PREMIER CYCLE UNIVERSITAIRE

Les Français paieront trois fois plus cher pour étudier au Québec

7530f0911a2f025de20f1ca3c131d4e0

Voilà comment on impose un frein à l'immigration francophone de qualité

Les étudiants français inscrits au premier cycle universitaire au Québec paieront trois plus qu’auparavant en droits de scolarité, soit 6650 $ par an, tandis que les étudiants à la maîtrise et au doctorat continueront de payer les mêmes droits que les Québécois, soit 2300 $.

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, et le ministre des Affaires étrangères et du Développement international de la France, Laurent Fabius, ont fait l’annonce qu’ils en étaient venus à un accord sur cette modification de l’entente de réciprocité intervenue en 1978.

Les étudiants québécois en France ne perdent rien au change puisqu’ils continueront à avoir accès gratuitement ou presque à l’université publique. Pour les grandes écoles privées dont les droits de scolarité sont souvent très élevés — jusqu’à 36 000 euros pour HEC Paris, a souligné Christine St-Pierre —, la France s’est engagée à déployer « une action incitative » afin que les étudiants québécois aient des conditions d’accès aussi favorables que les étudiants français.

L’État québécois retranche 30 millions des 120 millions que lui coûte l’accueil des étudiants français, a mentionné la ministre.

Calmer le jeu

Cette entente survient après que Philippe Couillard et le président François Hollande, lors de son passage en décembre, en eurent arrêté les grandes lignes et à trois semaines de la visite alternée du premier ministre québécois en France. Elle vient calmer le jeu puisque la volonté unilatérale du gouvernement du Québec de dénoncer cet accord international n’avait pas manqué de froisser la France.

Les étudiants français au Québec au premier cycle paient les mêmes droits que les étudiants canadiens au Québec, une moyenne des frais de scolarité en vigueur dans le reste du Canada. Ceux qui poursuivent déjà leurs études continueront de payer les droits de 2300 $ par an. Douze mille étudiants français fréquentent les universités québécoises, dont 4000 aux deuxième et troisième cycles.

« L’attractivité du Québec pour les étudiants français demeure élevée », a soutenu Christine St-Pierre, qui croit que leur nombre ne fléchira pas. L’Université McGill, qui compte plus de 1500 étudiants québécois, a indiqué au Devoir que 30 % des droits de scolarité seront versés aux étudiants sous forme de bourses.

L’accueil de ces étudiants encourage de façon sensible l’immigration française au Québec. Ainsi, en 2013, 856 d’entre eux ont demandé leur certificat de sélection pour émigrer, soit deux fois plus qu’il y a deux ans.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé