Les ailes et les ornières

À propos du nouveau chef du PLC

Tribune libre


Stéphane Dion, chef du parti libéral du Canada.
Si on excepte Jean Charest, gérant canadien de la succursale québécoise, et peut-être à la rigueur un Benoît Pelletier - ministre pour qui la volonté de Libération de la nation québécoise se réduirait à une triple pulsion de ressentiment, de frustration et de victimisation (appréciation à vue de nez et d'une petitesse devenue hélas ! coutumière chez cet homme : [www.vigile.net/spip/vigile3128.html->3128]) -, on peut présumer sans risque majeur d'errance que cet éventuel premier ministre du Canada (alors plébicisé en exclusivité par le Canada hors Québec : nul, je crois, ne saurait en douter) sera le tout dernier Québécois - ô Darlan de notre temps en Nouvelle Nouvelle-France * - à tenter de barrer la route de manière plus ou moins significative, quoique vaine en dernière analyse, à l'Indépendance du peuple auquel il appartient pourtant.
Or comme tous ses prédécesseurs, qui ne seront jamais parvenus à terrasser le dragon de la dignité chevillée au coeur des Fils de la liberté, il tombera au Champ de bataille. Dans le déshonneur, je le crains, et bientôt l'oubli. Sinon le ridicule.
J'incline donc à penser que M. Stéphane Dion est de ces hommes pour qui, obstinément, le contresens historique tient lieu de vérité.
Car à l'instar d'Icare à la faveur de ses grandes ailes d'albatros qu'il aura tôt fait de transformer en ornières, et qui s'est cru un instant au-dessus de tout et de tous, il n'aura pas su voir à temps, trop rompu jusque-là aux rouges feux tamisés et interlopes de l'enfer, qu'il ne faisait décidément pas le poids, par excès de poids même, dans les cimes bleues du ciel.
Bienvenue dans l'Histoire, M. Dion.

Et bon travail, M. Chapleau !
Jean-Luc Gouin,

Québec, le 2 décembre 2006 (il y a 155 ans aujourd'hui, Louis-Napoléon Bonaparte, le futur Napoléon III, pilotait le coup d'État qui devait dissoudre la République française et rétablir l'Empire...)
* Rappel historique si besoin est : http://geoffroy.dastier.free.fr/darlan.htm

Featured 9d70efc13bfcf28a347710d42fbdde90

Jean-Luc Gouin94 articles

  • 85 962

Chambrelan du verbe et indocile citoyen de la Cité (les dossiers de la Francité et de la « Question » nationale du Québec l’occupent – et le préoccupent – tout particulièrement), mais également docteur en philosophie diplômé de l'Université Laval et spécialiste nord-américain du penseur allemand Hegel, JLG a publié ouvrages et maint article portant pour la plupart sur celui-ci.



Hegel. De la Logophonie comme chant du signe, son dernier opus, fruit de trente ans de recherche, a été publié simultanément, en 2018, et aux PUL, à Québec, et chez Hermann à Paris.

 

Textes « citoyens » choisis de Jean-Luc GOUIN ( 1995-2018 )

( parmi quelques centaines, qui hélas ne vieillissent pas )

 

•• Les Bilinguistes. Grands sorciers des langues phagocytaires

•• Débat sur la langue dans le quotidien Le Devoir (Été de 1998)

•• Qui sort, digne ! Franchir le miroir de notre schizophrénie collective

•• Le Franc Pays. Québécois ou Québec coi ? (+ de 20 ans plus tard, rien n’a changé...)

•• Le Lys dans le lisier (Ou pourquoi l’Indépendance du Québec, en quelques mots)

•• Aux larmes citoyens ! (anthropoème en hommage à Gaston Miron)

•• Philippe Couillard : Le Philippe Pétain de notre temps (Lettre à mon premier sous - ministre)

•• Autres espaces de réflexion (Société, Culture, Politique... dont : Ouvrez le Feu ! , Liquider pour argent liquide , Halloween. Plaie ou plaisir de l’enfance ? , Interdit de ne pas fumer ! ...) 

•• De l’humain travesti en divin (modeste contribution au projet d’une Charte de la laïcité)

•• Précis sur la malhonnêteté intellectuelle (aussi nommée mauvaise foi)

•• L’Homme Prométhée (une forme de « CQFD » irrésistible aux textes qui précèdent...?)

 

 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé