Loi 21

Le Québec est l'endroit pour vaincre le virus des coronas

À la défense de la laïcité de l'État

175a60c5a6f9b1f24d21cc64fc3cc1f7

Tribune libre

 


 


L'image agrandie est bien connue : Vu à travers la lentille d'un microscope électronique, chaque particule entière du coronavirus a ce qui semble être une couronne ou un halo. N'est-ce pas parfaitement synchronique avec les réalités de notre monde que cette menace diabolique de l'humanité porte ce qui peut être considéré comme la couronne des rois et des reines, ou le halo des saints ? Certaines personnes verront cela comme un signe du dieu auquel ils croient, ou de l'univers auquel ils croient: pour se méfier de ce que les humains se transmettent entre eux qui porte une couronne ou un halo. Qu'est-ce que vous pensez ? Le monde ne serait-il pas meilleur si les gens s'engageaient davantage à garder leur royauté et leurs saints à eux-mêmes ?


 


N'est-il pas vrai qu'au cours de l'histoire, les êtres humains ont beaucoup souffert de la transmission des pouvoirs meurtriers de la royauté et de la religion dans les gouvernements ? En ce sens, le virus des couronnes a toujours été là, une pandémie transmise d'un âge à l'autre, d'un siècle à l'autre, d'une époque à l'autre.


 


N'est-il pas vrai que les âges les plus sombres, les siècles les plus sombres et les époques les plus sombres ont été lorsque la royauté et / ou les chefs religieux ont projeté de grandes ombres sombres sur des masses de gens ? Je me réfère métaphoriquement et euphémiquement aux périodes où des atrocités brutales de toutes sortes ont été (et sont toujours) perpétrées à la vue du public et pires que des atrocités normales ont été (et sont toujours) perpétrées dans des cachots ou des cellules de prison, et parfois dans des restaurants – si les tortionnaires ont l'intention de rester hors de vue, mais pas hors de l'esprit. Pensez-vous à Kashoggi maintenant ?


 


Les dommages causé, à des degrés divers, par l'implication des familles royales et de la religion organisée dans les gouvernements modernes du monde entier ne peuvent être niés, tout comme les dommages causés par le réchauffement global ou les combustibles fossiles ou COVID-19 ne peuvent être niés. Mais on n'entend pas Trump ou Biden ou Trudeau déclarer l'importance de séparer l'église et l'État et on n'entend pas Trump ou Biden ou Trudeau déclarer que les familles royales n'ont pas de place où règne l'égalité.


 


Pensez à la façon dont cela choquerait le monde (et à quel point le monde serait mieux) si le prochain président des États-Unis ou le prochain premier ministre du Canada devait être élu, plus que pour toute autre raison, parce qu'elle ou il défend fermement la laïcité, l'humanisme et la démocratie. Que cela va arriver bientôt est aussi improbable que la possibilité que Trump et Biden et Trudeau vont appeler bientôt pour l'indépendance du Quebec et du Vermont.


 


Où une nouvelle genre de société peut-elle émerger sur la scène mondiale, où les gens garderaient leurs rois, leurs reines et leurs saints pour eux-memes – dans leur vie privée, séparés de la vie gouvernementale ? Où une nouvelle société peut-elle émerger, où tout le monde jouira de la liberté de croire ce qu'il choisit de croire au sujet de la nature de la vie, la nature de la mort, la nature de l'univers, leur  propre nature, sans être opprimé pour ses croyances ?


 


 


Où un nouveau type de société peut-il émerger, où les femmes seront reconnues comme égales aux hommes et il sera reconnu que violer une femme ou créer des lois pour lui refuser le droit de choisir un avortement sont à la fois des violations dégoûtantes et abjectes du droit d'une femme à son propre corps ?


 


Où une nouvelle société peut-elle émerger, qui sera connue pour rejeter la mentalité patriarcale qui crée des dieux dans les images des hommes et construit des églises, des temples, des mosquées et des maisons d'État au service des hommes d'une richesse obscène, des hommes affamés de pouvoir, des hommes psychopathes et dépravés, aux dépens de l'humanité ?


 


Où existe-t-il une culture suffisamment différente des cultures dominantes du Canada et des États-Unis pour produire un gouvernement et une société qui seraient de nouveaux modèles pour 21e siècle ?


 


En juin 2014, j'ai écrit un article d'opinion pour la Gazette de Montréal qui s'est avéré controversé. Dans cet article j'ai dit : « Le Québec a tout ce qu’il faut pour être une nation, un qui sépare la religion et le gouvernement et l'argent, de manière à ce que ses voisins ne font pas, avec des valeurs associées plus aux femmes qu’aux hommes, des valeurs humaines plutôt que materialists ». Le titre de cet article, « Parlez français, ou résignez-vous à devenir américain », résume encore ce que je veux exprimer à mes amis anglophones qui lisent la Gazette de Montréal…et résume également ce que je veux exprimer à mes amis francophones et bilingues du Québec qui agissent comme si la guerre des langues est pas au sujet de plus que la langue. et dire que le bilinguisme pour une nation doit être deux fois plus efficace que de fonctionner avec une seule langue commune.


 


Je dis à mes amis du Québec, qui peuvent être anglophones, francophones ou locuteurs d'une autre langue : Parlez Bleu. Mais oui, parlez Bleu ce qui pour moi signifie parler français, parler du fond du cœur, parler avec un amour pour ce qu'est le Québec et ce que le Québec peut deviner. Laissez les gens du laissez-faire speak White.


 


Je parle comme un homme dont la deuxième langue (bien loin deuxième, malheureusement) est le français, mais qui est un fier membre de la Société de Saint-Jean-Baptiste, la plus ancienne association patriotique d'Amérique du Nord française. Je parle comme un grand-père qui est citoyen des États-Unis, qui partage son temps presque également entre chez moi au Québec et chez moi à New York,  qui cherche à améliorer sa capacité à communiquer en français parce que c'est la langue utilisée par le peuple qui sont les plus progressistes d’Amérique du Nord.


 


Lorsque le gouvernement provincial du Québec a promulgué le loi 21 en juin 2019, il a fait quelque chose qu'aucun autre gouvernement provincial ou d'État en Amérique du Nord n'oserait faire ou ne voudrait faire: il se déclarait un État laïque. J’aimerais voir Bernie Sanders essayer de faire ça en Vermont.  En déclarant le Québec un État laïque, le loi 21 a démontré que le Québec est l'État le plus progressiste d'Amérique du Nord…et donc une menace pour le statu quo dans le reste d'Amérique du Nord.


 


Au Québec ce sont les anglophones qui se sont le plus opposés de loi 21. Les critiques les plus sévères par des anglophones du Québec (et de certains francophones dans une moindre mesure) sont au sujet les restrictions que le loi 21 met sur les symboles religieux portés au travail par les fonctionnaires tels que les juges, les policiers et les enseignants des écoles publiques. Les critiques de loi 21 déclarent que ces restrictions ont été conçues pour restreindre la diversité plutôt que faire progresser la diversité par la séparation de la religion et de l'État.  On prétend également que ceux qui soutiennent le loi 21 soutiennent  « la laïcité radicale ».  Cela me fait grimacer parce que à mes oreilles Amériquébécois, cela fait sonner les opposants au loi 21 comme les républicains et les évangéliques de mon pays.


 


Les républicains et les évangéliques des États-Unis considèrent ceux qui soutiennent la laïcité ou l'humanisme comme leurs ennemis, alors qu'ils démantèlent ce qui a été construit jusqu'à présent d'une démocratie. Je suis l'un de leurs ennemis. Et vous ? Ma bataille est-elle votre bataille ?


………………………………….


John-Jean Ofrias est l'auteur de Synchronicity Bleue, un roman sur les débuts d'une nouvelle ère dans une petite ville du Québec.


 


Featured 4a0b79961519f0880bc38b82aac71903

John-Jean Ofrias12 articles

  • 7 426

John-Jean Ofrias (alias John-Jean) écrit pour des publications françaises et anglaises des deux côtés de la frontière canado-américaine. Ses articles ont paru dans d'éminentes et diverses publications, telles que New York Newsday, The Montreal Gazette, Vigile.Québec, La Voix de l’Est, Indépendantes.Québec, Journal Le Tour et The Sherbrooke Record. Le 23 juin 2014, The Montreal Gazette a publié un éditorial très controversé par John-Jean intitulé : « Parlez français, ou résignez-vous à devenir américain ». Dans cet éditorial, il a exhorté les anglophones du Québec à parler français (« Parlez bleu a-t-il dit ! ») et soutenir le mouvement indépendantiste du Québec. John-Jean est un citoyen des États-Unis mais il s'identifie avec enthousiasme comme « Amériquébécois » et il n'y a pas d'autre américain qui est plus impliqué dans le mouvement indépendantiste du Québec. Il est un défenseur franc du mouvement des femmes et il était le seul homme à parler à la célébration 2016 de la Journée internationale des femmes à Montréal, parrainée par Oui-Québec. John-Jean est l'auteur de Synchronicity Bleue, un roman au sujet d'une petite ville cachée au Québec qui va déterminer le destin de l'humanité. Il est le premier roman de John-Jean et peut-être le premier roman écrit en même temps pour les lecteurs de langue anglaise et les lecteurs de langue française. Le roman est surtout anglais au début et surtout français à la fin (la transition fait partie de l'histoire). Il habite dans les univers parallèles des Cantons de l'Est du Québec et l'East End of Long Island, New York, où il est professeur de sciences sociales de l'Université d'État de New York à Suffolk County Community College. Il est actuellement en train de faire une tournée de conférences des deux côtés de la frontière Canado-USA.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé