Le PQ réfléchira à la convergence avec QS

D9bcd6a9fdfe6c48eb13d42552c7edcf

La Québec-solidarisation du Parti québécois s'annonce inéluctable

Au lendemain d’une soirée électorale aux allures de catastrophe, le Parti québécois (PQ) encaissait le choc mardi. Mais une conclusion s’impose déjà pour la présidente du parti : la question de la convergence avec Québec solidaire (QS) devra se poser de nouveau. À condition que QS ouvre une porte qui semble pour l’instant fermée.


« L’analyse et les conclusions à tirer, on va prendre le temps de les tirer comme il se doit », a soutenu Gabrielle Lemieux mardi.


Il est toutefois évident à ses yeux que la question de la convergence « fera partie des réflexions. Je pense que la population, et en particulier les jeunes, veut que les partis fassent preuve d’ouverture, qu’on ne ferme pas la porte à des discussions qui pourraient avantager tous les Québécois ».


« On ne sait pas ce qui serait arrivé si QS avait accepté l’offre d’alliance électorale » proposée par le PQ en 2017, soulignait de son côté la députée Catherine Fournier, l’une des rares rescapées de l’élection de lundi — et l’une des rares péquistes à s’exprimer mardi.


« Maintenant qu’on a un gouvernement de droite avec une opposition de droite, il faudra réfléchir à l’avenir, comment faire progresser les voix progressistes et souverainistes. Il y a des débats qui s’imposent. »


Sauf que pour les solidaires, une alliance ne semble pas au coeur des priorités du parti après leur percée historique. La formation politique de gauche a triplé son nombre de députés, passant de trois à dix, et se voit comme « la véritable opposition officielle » au gouvernement majoritaire de François Legault.


« On est un nouveau mouvement politique […] et ça ne se réduit pas à des vases communicants avec le PQ. [Lundi], on en a eu la démonstration dans l’urne, alors je pense qu’il faut tourner cette page-là », a fait valoir Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS.


Devant les médias, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois sont demeurés évasifs sur la possibilité d’entreprendre un dialogue avec les péquistes.


« Il n’y a jamais eu de porte fermée », a assuré Mme Massé, avant d’ajouter que « le seul parti au Québec qui porte réellement les objectifs de changement, c’est QS ».


Stratégie


La fin de la campagne électorale a été marquée par une série d’attaques de Jean-François Lisée contre le programme de QS et autour de son mode de fonctionnement.


Le chef démissionnaire a-t-il eu raison d’agir ainsi ? Gabrielle Lemieux reconnaît que « dans la façon de poser les questions, ça aurait pu être fait autrement. Il aurait pu y avoir discussion autour de ces points-là, plutôt que des questions directes ». La population demande « une approche positive » en politique, a-t-elle dit.


« Est-ce que M. Lisée était la bonne personne pour poser ce genre de question ? Ce sera une question à se poser » dans le cadre de l’analyse rétrospective, ajoute Mme Lemieux. M. Lisée était lui-même menacé par un solidaire dans sa circonscription, qu’il a perdue.


Stagnation


Derrière la progression inédite de Québec solidaire (QS) et le recul historique du Parti québécois (PQ) lundi se cache une statistique nette : en 2014 ou en 2018, les deux formations souverainistes et progressistes ont obtenu exactement le même niveau d’appui populaire.


En pourcentage cumulatif (environ le tiers des voix) ou en nombre de votes exprimés (un peu moins de 1,4 million), le soutien combiné des deux partis n’a donc pas progressé d’un iota : il s’est simplement exprimé différemment pour permettre à QS de faire sept gains (dont quatre aux dépens du PQ, et trois circonscriptions ravies aux libéraux).


Le PQ a terminé 34 fois en deuxième place, tandis que QS a obtenu 14 deuxièmes places.


« L’intense activité militante que nous avons dû [déployer] pour nous battre dans nos propres circonscriptions, nous l’aurions déployée ensemble pour conquérir d’autres circonscriptions et, qui sait, changer l’issue du scrutin », a constaté Jean-François Lisée dans son discours de défaite lundi soir. « On ne peut pas réécrire le passé, mais il faut en tirer des leçons pour l’avenir. »


De son côté, QS n’a pas exprimé de regret sur ce qu’aurait pu changer une alliance péquiste-solidaire, exprimant au contraire de la fierté d’avoir démontré ne pas être « le petit frère » du PQ.


« QS n’est pas une sous-catégorie du PQ. Alors, tous les calculs mathématiques où on tente d’additionner les votes ne tiennent pas la route », a insisté M. Nadeau-Dubois.


La Coalition avenir Québec (CAQ) doit entre autres à cette division PQ-QS au moins huit victoires lundi, dont sa percée à Montréal dans Bourget et dans Pointe-aux-Trembles. Dans chacun de ces cas, la CAQ a pu se faufiler, mais avec un niveau d’appui inférieur aux deux autres partis combinés.


> La suite sur Le Devoir.