Le PQ, QS, le Bloc et le NPD: trouvez l’erreur

727bc8ea330417ec504e088bf3ae6415

« Dans une dizaine de circonscriptions, le vote des électeurs de QS pour le NPD a entraîné la victoire des libéraux, de justesse, aux dépens du Bloc. »


Même si le Bloc québécois a effectué un beau retour en force, ce qui est de bon augure pour le Parti québécois, la vague bleue fleurdelisée aurait pu déferler avec encore plus de puissance lors des élections fédérales du 21 octobre.


Le parti indépendantiste a recueilli 1 377 554 voix, soit 32,5 % des suffrages au Québec, et fait élire 32 députés. S’il n’a pu obtenir davantage, c’est à cause notamment du vote en faveur du NPD, un parti fédéraliste, d’une forte proportion de l’électorat de Québec solidaire, un parti qui se dit indépendantiste. Et ce, à l’instigation de plusieurs dirigeants et militants de Québec solidaire (QS).


Selon des données non diffusées dans les médias et tirées d’un vaste sondage Léger en date du 17 octobre, juste avant le scrutin, une majorité relative des électeurs de QS (37 %) ont répondu qu’ils allaient voter pour le NPD ; 28 % seulement optaient pour le Bloc.


En comparaison, près des trois quarts (72 %) des électeurs du PQ ont choisi le Bloc, tout comme 39 % des électeurs de la Coalition avenir Québec. Le Bloc arrive largement en tête chez ces deux partis, surtout au sein du PQ, parti indépendantiste où milite la gauche modérée, sociale-démocrate. De son côté, QS montre, une fois de plus, qu’il est une officine de la gauche radicale avant d’être un parti indépendantiste.


Dans une dizaine de circonscriptions, le vote des électeurs de QS pour le NPD a entraîné la victoire des libéraux, de justesse, aux dépens du Bloc. Ce fut le cas dans deux circonscriptions où l’on a dû procéder à des recomptages, Hochelaga dans l’est de Montréal et Québec au coeur de la Capitale-Nationale, où le Parti libéral l’a emporté à l’arraché.


Même scénario dans d’autres circonscriptions où le Bloc a essuyé des défaites crève-coeur : Longueuil–Charles-LeMoyne, Gaspésie–Les-Îles-de-la-Madeleine, Argenteuil–La-Petite-Nation, Brome-Missisquoi, Châteauguay-Lacolle et Compton-Stanstead. Dans Chicoutimi-Le Fjord, c’est le député conservateur sortant qui l’a emporté sur le Bloc par un score serré.


Les accointances QS-NPD


Alors que le PQ a appuyé son parti frère, le Bloc, publiquement et sur le terrain comme à l’accoutumée, QS n’a appuyé — officiellement — aucun parti, divisé entre une direction en majorité pro-NPD et une minorité qui penchait vers le Bloc.


Beaucoup de dirigeants et militants de QS ont oeuvré pour le NPD. Le seul député néodémocrate rescapé au Québec, Alexandre Boulerice, est un militant de longue date de QS, tout comme la candidate vedette Nima Machouf battue dans Laurier–Sainte-Marie. Il en va de même de plusieurs autres députés et candidats défaits. La raclée subie par le NPD a aussi été une cinglante défaite pour Québec solidaire.


Au sein de QS, les appuis les plus forts au NPD sont venus des nombreux et infatigables militants gauchistes issus des groupes révolutionnaires trotskystes, c’est-à-dire communistes, qui ont participé à la fondation du parti. Ces militants d’extrême gauche, disciplinés, ont noyauté QS et y occupent plusieurs postes de direction, selon la bonne vieille tactique de l’entrisme. Le programme marxiste très radical du parti leur doit beaucoup. Ils se sont opposés en bloc à toute « convergence » avec le PQ. Leurs camarades au Canada anglais appuient eux aussi le NPD.


Si QS appuyait franchement les pleins pouvoirs pour le Québec, il aurait invité son électorat à voter pour le Bloc, la seule force souverainiste en lice comme l’a martelé à moult reprises son chef, Yves-François Blanchet, qui s’est engagé à « promouvoir inlassablement l’indépendance ». Après les élections, le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, a rappelé cette évidence : « Tous les candidats du Bloc étaient indépendantistes et tous ses élus le sont ! »


À QS, on prétexte que la souveraineté du Québec n’était pas du tout à l’ordre du jour des élections. Or, quel que soit le théâtre d’opérations, elle l’est toujours lorsqu’on veut défendre les intérêts du Québec et, en même temps, faire avancer la cause de l’indépendance. Et puis comment peut-on voter pour un parti fédéraliste lorsqu’on veut faire du Québec un pays ? Trouvez l’erreur.


Les indépendantistes savent donc pour quel parti voter : le Bloc à Ottawa et le PQ à Québec. Grâce à un effet de vases communicants, la montée en puissance du Bloc devrait favoriser le retour en force du PQ. Un parti refondé et recentré sur sa raison d’être, l’indépendance, puis uni derrière une figure de proue qui serait aussi remarquable qu’Yves-François Blanchet. Il est sûrement possible d’en trouver une…









LE COURRIER DES IDÉES


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.




Squared

Louis Fournier33 articles

  • 55 922

* Journaliste et syndicaliste à la retraite, Louis Fournier a travaillé à
CKAC, Québec-Presse, Le Jour et Radio-Canada, puis au Fonds de solidarité et
à la FTQ. Il a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire du Québec et celle
du mouvement ouvrier.