Le problème de tous les pays occidentaux.

Le Danemark a la solution au problème de demandes d'asile abusives.

Comme toujours, la Scandinavie innove et donne le ton.

Tribune libre

Les pays scandinaves sont réputés pour leur sens du progrès social et de l'innovation à solutionner les problèmes de façon pragmatique.

Le Danemark donne le ton aux autres pays occidentaux en apportant une solution simple et efficace au problème des abus de demandes de statut de réfugiés. On sait que le Canada est aux prises avec ce problème d'abus et a dû récemment prendre des mesures pour enrayer le raz-de-marée venant du Mexique et de la Pologne en exigeant le visa pour ralentir le phénomène.

Le Danemark quant à lui a mis sur pied un programme de primes de retour pour aider les réfugiés à revenir dans leur pays avec des résultats fort prometteurs.
En voici un extrait:
09.11.09

Le gouvernement libéral-conservateur danois a décidé de multiplier par dix la prime au retour accordée aux immigrés, leur offrant désormais 13 443 euros pour les inciter à rentrer définitivement dans leur pays, a-t-on appris lundi de source parlementaire.
Cette offre est destinée aux immigrés et réfugiés qui "ne peuvent pas ou ne veulent pas s'intégrer à la société danoise", a déclaré dimanche soir aux journalistes le président du groupe parlementaire du PPD, Kristian Tuelesen Dahl.
L'accord prévoit aussi une aide de 20 millions de couronnes (2,7 millions d'euros) aux mairies, responsables de l'intégration des immigrés, pour "motiver" les étrangers à revenir chez eux et à renoncer à leur titre de séjour.
Selon le ministère aux Réfugiés, immigrés et à l'intégration, 2.524 personnes notamment d'ex-Yougoslavie, d'Irak, d'Iran, du Liban, de Somalie et de Turquie ont quitté le Danemark depuis 1997, date de l'introduction dans ce pays d'un régime de rapatriement.
Les immigrés représentent 7,3% de la population danoise de 5,5 millions d'individus, au 1er juillet 2009, dont 4,5% issus de pays non occidentaux.
(fin de l'extrait)
Les pays occidentaux sont de plus en plus conscients de ce problème et doivent envisager des solutions pratiques pour le solutionner. Imitons le geste de générosité du Danemark envers les démunis afin qu'ils retrouvent leur famille.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie519 articles

  • 963 226

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique. L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    3 décembre 2009

    Pour ceux qui ne le savent pas encore, le Danemark est un pays avec une majorité droite-extrême-droite, et comme en Suisse, ils ne se disent pas racistes, mais préfèrent les étrangers chez eux... Dans une Europe qui se veut expansive, une telle décision est absurde! Refuser l'asile, ou proposer aux réfugiers de rentrer dans leurs pays pris avec une guerre ou un manque de nourriture ou un manque de tout, tout simplement, est honteux. L'Europe s'extrémise, je suis Belge et croyez-moi, je sais de quoi je parle! Se radicaliser n'a jamais été la solution!

  • Archives de Vigile Répondre

    2 décembre 2009

    Une solution idiote comme les rapatriements forcés (charters) mis en place par la France.....Le Danemark sous une apparence bonasse est un pays franchement très raciste comme les autres pays nordiques quand on les connait un peu...
    Ce que vous ne percevez pas c'est que ces imigrants sont avant tout des réfugiés économiques pas politiques dans la presque totalité des cas.
    La seule facon d'arrêter ces flux migratoires est de procéder à une répartition différente de la richesse mondiale ce qui est plus compliqué que de s'émerveiller sur des mesures administratives et policières qui ont largement fait la preuve de leur inefficacité.
    Alain, Montréal

  • Archives de Vigile Répondre

    2 décembre 2009

    Juste un rappel
    Un pays politiquement vulnérable comme le Québec, est le Danemark, autre exemple de cette réalité de l’expansionnisme islamiste : « Au Danemark c’est Naser Khader, musulman d’origine syrienne, qui soutient, avec son parti Nouvelle alliance (NA), le gouvernement du premier ministre Anders Fogh Rasmussen au pouvoir depuis 2007. Celui-ci, en tête du Parti libéral (PL-V) ne compte que sur 52 députés, n’atteignant pas la majorité. Le même premier ministre danois qui refusait de se rétracter des déclarations faites rejetant la censure pendant la crise des caricatures sur l’Islam publiées au pays. Comptant sur l’appui de ce seul député, Naser Khader, pour obtenir la majorité requise afin de former un nouveau gouvernement, s’est vu obligé de demander pardon à la communauté musulmane. Au Québec ce phénomène de dépendance politique pourrait aussi survenir avec Québec solidaire. »(1).
    JLP
    ______________________________________________
    1. Extrait de Lettre ouverte à Mme Marie-Michelle Poisson , note 5 (publiée à Vigile.net) et transcrite de la note **** de l’article Comment les Canadiens français vont-ils s’en sortir ? EXPANSIONNISME ISLAMISTE ET CONQUETE POLITIQUE AU QUEBEC (publié à Vigile.net).

  • Archives de Vigile Répondre

    1 décembre 2009

    «Les immigrés représentent 7,3% de la population danoise de 5,5 millions d’individus, au 1er juillet 2009, dont 4,5% issus de pays non occidentaux»
    Les immigrés représentent 13% de la population québécoise de 7,8 millions d'individus.
    Le Danemark n'est pas une province d'un autre pays. Le Danemark n'a pas une minorité nationale de 8% d'Anglos. Le Danemark n'est pas entouré de 300 millions d'Anglophones

  • Archives de Vigile Répondre

    1 décembre 2009

    J'ai lu ou entendu dans les médias qu'ils encaissaient les sous, qu'ils partaient, mais qu'ils revenaient.
    Je crois que c'était dans l'affaire de Calais en France.
    Bien sûr, il n'y a pas de solution parfaite.
    Et cela, c'est sans doute avant les grandes migrations de réfugiés climatiques prévues.
    Mais une chose à la fois.