Vingt-deux ans après le référendum de 1995, une nouvelle étude Le Hir

Le compte à rebours est commencé, le Québec français disparaîtra en 2035

Plus que 18 ans pour renverser la vapeur !

955362337755dc45d718dbe779e4d51c

Le poids démographique des Canadiens-français au Québec est en voie d’effondrement sous l’effet de l’immigration de masse


« La démographie, c'est le destin » - Auguste Comte


Dans la quiétude du mois d’août a atterri avec fracas sur le bureau de Vigile une étude aux conclusions alarmantes, voire même effrayantes, que nous avons décidé de partager avec nos lecteurs après avoir pris de nombreuses précautions pour nous assurer de la fiabilité de ses conclusions. Vous trouverez le texte complet de cet article en format PDF au bas de cet éditorial.


En voyant ce pavé atterrir sur mon bureau, je me suis senti brusquement reporté en arrière de 22 ans alors que, en ma qualité de ministre délégué à la Restructuration, chargé des études référendaires, je devais rendre publique une série d'études censées convaincre les Québécois de voter OUI au référendum.


J'ai eu l'occasion à plusieurs reprises au cours des dernières années d'expliquer ici-même sur Vigile en quoi la démarche que nous avions alors suivie était inadéquate. Pour faire court, ces études constituaient une mise à jour de celles qui avaient été effectuées pour la Commission Bélanger-Campeau, et ne répondaient que de façon très incomplète et imparfaite aux besoins d'information des Québécois avant de prendre une telle décision.


J'ai donc hésité avant de m'associer à la diffusion de la présente étude, très conscient qu'elle risquait de rappeler de mauvais souvenirs. Si je m'y suis résolu, c'est qu'elle contient des informations que les Québécois doivent absolument connaître car elles sont déterminantes pour leur avenir en tant que peuple et nation.


À sa face même, cette étude présente toutes les caractéristiques d’un travail de recherche répondant aux critères les plus élevés de l’excellence académique et scientifique. La méthodologie y est clairement exposée, les sources sont irréprochables, les calculs justifiés et expliqués, bref, un modèle du genre. Il y avait toutefois un problème.


Devant un tel document, le premier réflexe est de se renseigner sur l’auteur. Or après une courte recherche, nous nous sommes rendus compte que l’auteur avait choisi d’employer un pseudonyme. Dans la mesure où le nom de l’auteur est le premier élément de la validation d’une telle étude, sa publication posait problème, aussi intéressante et pertinente pouvait-elle être.


Nous pûmes cependant entrer en contact avec l’auteur et convenir avec lui d’une rencontre où il nous révélerait son identité réelle, ses qualifications, les motifs de son désir de rester anonyme, et répondrait à quelques unes de nos interrogations sur la solidité de ses prémisses. La rencontre eut lieu chez l’auteur dimanche le 27 août dans une petite municipalité sise dans un rayon de 100 km de Montréal. Pour l’occasion, Vigile était représenté par Alexandre Cormier-Denis et le soussigné.


L’auteur est un jeune Québécois d’une trentaine d’années. Il est ingénieur de formation et titulaire d’une maîtrise en sciences. C’est un spécialiste de l’analyse des données, et il a une passion personnelle pour l’histoire et la démographie. Il a entrepris ce travail il y a deux ans et y a appliqué toute la rigueur méthodologique à laquelle sa formation l’a préparé. Cette rigueur transparaît à toutes les lignes de son étude.


Constatant les réactions que suscitait son initiative dans certains milieux de recherche, il a compris qu’il abordait un terrain miné, et que son incursion dans le domaine de l’ethnicité et de la démographie risquait de lui porter préjudice sur les plans personnel et professionnel, ce que nous avons été à même de lui confirmer sur la base de nos propres expériences.


Satisfaits des explications que nous avons reçues sur le sérieux et les compétences de l’auteur et la solidité de ses prémisses, nous sommes heureux de contribuer à la diffusion de son étude dont les conclusions méritent d’être largement connues de tous les Québécois.


Elle a comme premier mérite de dissiper comme une douche froide certains mythes sur la diversité des origines des Québécois. Son premier tableau révèle en effet que les Canadiens-Français du Québec sont à 89,8 originaires de France, à 5 % originaires de l’Acadie, 1,5 % originaires de Grande-Bretagne, 1,4 % d’origine autochtone, 1 % d’autres pays européens, 0,6 % d’origine irlandaise et 0,4 % d’origine allemande. Rares sont les pays dont la population est si homogène sur le plan de ses origines.


Malgré tout, la conclusion est implacable : « En résumé l’analyse démontre que le nombre des immigrants est si élevé que les CFQ (Canadiens-français du Québec), qui étaient très largement majoritaires il y a une génération, deviendront minoritaires dans moins d’une génération. » D’où l’urgence absolue d’obtenir le plus rapidement possible le plein contrôle, je répète, le plein contrôle, sur notre immigration.


Et le pire est que, selon des données de l'Institut Fraser mises à jour en 2014, notre politique d'immigration massive coûte au Québec 4 à 6 milliards $ nets par année. Nous nous nous trouvons donc à financer notre propre extinction. Plus complaisants que ça... tu meurs !


Voici les faits saillants de l’étude dégagés par l'auteur :


I - Rappel de la littérature


♦ 95% des ancêtres des Québécois catholiques mariés entre 1945 et 1965 (baby-boomers) ont immigré de France avant 1760 (*Vézina 2005)


♦ En 1971, 79% des Québécois appartenant au groupe ethnique canadien-français (*Robert Maheu 1973)


II - Les résultats


♦ En 2014, le poids démographique des Canadiens français était de 64%


♦ Le poids démographique des Canadiens français à diminué de 0.5% par année au cours des dernières années


♦ Les projections supposent que les Canadiens français passeront sous la barre des 50% à l’horizon de 2035


♦ En considérant le taux d’immigration, la fécondité des natifs et des immigrés, les taux de mortalité, le taux de rétention des immigrants, le métissage et les migrations interprovinciales, on constate que le principal facteur causant la chute du poids démographique des Canadiens-français est de loin les niveaux élevés d’immigrants s’installant au Québec


♦ La comparaison des rapports de dépendances avec et sans immigration montre que l’immigration ne renverse pas la tendance du vieillissement de la population; elle ne fait que l’atténuer


III - Validation des résultats par rapport à d’autres études


♦ Les travaux de Jacques Henripin supposent que 50% des Québécois de l’an 2050 descendront des Québécois de 1981. En considérant l’ethnie canadienne-française, ses travaux pointent vers une minorité dans l’horizon 2030-2040 (*Henripin 1987)


♦ En janvier 2017 Statistique Canada publiait une étude affirmant que les immigrants de première et deuxième génération pourraient représenter 46 à 50% de la population canadienne en 2036 (**Morency 2017)


► * Références disponibles dans le document


►  ** Morency J.D., Caron-Malenfant E. et MacIsaac S. (2017) Immigration et diversité : projections de la population du Canada et de ses régions, 2011 à 2036, Statistique Canada, http://www.statcan.gc.ca/pub/91-551-x/91-551-x2017001-fra.htm


Télécharger la version PDF de l'étude



Laissez un commentaire



19 commentaires

  • Pierre Bourassa Répondre

    1 novembre 2017

    Justin Trudeau devrait écouter l'allocution de Tucker Carlson ce soir,au sujet des États-Unis qui ont privilégié trop longtemps le multiculturalisme avant le bien-être,les intérêts et la sécurité des citoyens américains,à travers un programme baptisé Diversity Lottery.


    Tucker: Our leaders are extremists about diversity https://www.youtube.com/watch?v=Emr4vY5iAvE


     


    Pourtant l'ancien avocat de l'ONU,Me André Sirois, nous avait déjà avertis que l'immigration au Québec en était une de remplacement du peuple québécois déjà en place.


    Me André Sirois en entrevue avec Benoit Dutrizac 8 octobre 2013 https://www.youtube.com/watch?v=fDOhW5Hijqg




  • André Gignac Répondre

    31 octobre 2017

    Pas surprenant cette disparition programmée, ce suicide collectif des Québécois. Ça fait longtemps que j'écris à Vigile sur ce sujet tabou qu'est l'immigration pour signifier que nous sommes victimes d'un génocide bien planifié par Trudeau et son multiculturalisme suivi à la lettre par son gérant de succursale du "quebec province", Couillard, la caq, le pq et qs.



    En voulez-vous des chiffres: depuis le référendum perdu de 1995, il est entré au Québec au-dessus d'un million d'immigrants. Faites les calculs: 19 années à un minimum de 50 000 immigrants par année et vous arrivez à la somme de 950 000 immigrants et si vous tenez compte des dernières années à 55 000 immigrants par année, vous dépassez facilement le million d'immigrants qui sont venus diluer la population québécoise pour l'empêcher de faire l'indépendance.



    Les politiciens tous confondus à Québec au service du fédéralisme "canadian", du multiculturalisme de Trudeau et de la mondialisation ne font évidemment rien pour stopper l'hémorragie suicidaire. Et les Québécois qui ont peur de bouger vont continuer à réélire ces politiciens à la prochaine élection. C'est inconscient et désespérant!  Ici tout ce qui compte, c'est le confort, l'indifférence et le maintien du standing de vie.



    Tout un avenir collectif nous attend; les futures générations méritent mieux que ça, il me semble. Un nouveau parti vraiment indépendantiste doit faire urgemment son apparition sur la scène politique québécoise sinon l'indépendance, oubliez ça! Parizeau avait dit ceci après le référendum perdu de 1995: " Nous avons été battus par l'argent et le vote ethnique." Aujourd'hui, il dirait par l'argent et assimilé par l'immigration. 



    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!



    André Gignac 31/10/17


  • André Gignac Répondre

    11 octobre 2017

    Je reviens sur le boycottage des produits espagnols: pourquoi ne pas commencer par boycotter les vins d'Espagne? Encourageons plutôt les vins québécois!


    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!


    André Gignac 11/10/17


  • André Gignac Répondre

    1 octobre 2017

    En signe d'appui aux Catalans victimes de répression policière espagnole en cette journée de votation du 1er octobre 2017, j'exhorte tous les Québécois à boycotter tous les produits provenant d'Espagne.


    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!


    André Gignac 1/10/17


  • André Gignac Répondre

    28 septembre 2017

    Dans ma tête, il est clair que le choix entre "Je me souviens" et "Je disparais" a été fait par les Québécois, c'est-à-dire que "Nous disparaissons". Deux référendums qui n'ont rien donné sauf cette immigration accélérée depuis 1995 suite au dernier référendum pour nous diluer et nous empêcher de réaliser l'indépendance du Québec. Nous assistons avec impuissance à un génocide collectif en douce sans même poser un seul geste d'affirmation positive pour nous en sortir. C'est un suicide collectif!. Regardez aller les Catalans; il me semble qu'ils devraient nous inspirer à se battre, à descendre dans la rue pour la venue du pays québécois.



     Lorsque Justin Trudeau, par deux fois, nous a signifiés, cette année, que le gouvernement fédéral ne renégocierait pas la constitution de 1982, le message était assez clair. Si le PQ avait vraiment été indépendantiste, ce parti aurait compris que la seule solution, c'était de quitter ce pays et de prendre les moyens appropriés pour en sortir avec une élection référendaire suivie d'une déclaration unilatérale d'indépendance. Comble du ridicule, toute l'opposition officielle n'a même pas répliqué à Trudeau. Pour moi, il est clair dans ma tête que les dirigeants politiques à Québec sont tous fédéralistes, multiculturalistes et mondialistes et que seul l'arrivée d'un nouveau parti indépendantiste peut nous sortir de ce fédéralisme assimilateur antiquébécois. L'avenir me donnera raison, j'en suis sûr!



    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!


    André Gignac 28/9/17


  • Olivier Guilbaud Répondre

    26 septembre 2017

    Je ne vois pas pourquoi un tel article n'est pas publiable dans une revue de démographie. L'auteur a-t'il soumis sont travail à une revue spécialisée? L'article a-t'il été refusé? Pourquoi l'étude de l'ethnie CFQ ne serait-elle pas permise? Il me semble qu'un refus de publication pour des motifs autres que méthodologiques devrait être porté à l'attention du public.


    Par contre, un élément qui me semble discutable (dans le mesure où j'ai bien compris la méthodologie) est de considérer comme CFQ un individu dont au moins 75% des ancêtres sont CFQ en 1971. J'aurais plutôt choisi 50%, ou encore mieux j'aurais distribué les naissances métisses au pro rata des ancêtres.


  • Martin Pelletier Répondre

    22 septembre 2017

    J'ai pas de misère à croire aux conclusions de Bergeron
    Je suis tombé récemment sur une stat renversante : « Parmi les 86 800 bébés québécois nés en 2015, trois sur dix ont au moins un parent né à l'extérieur du Canada »
    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201610/04/01-5027155-trois-bebes-quebecois-sur-dix-ont-au-moins-un-parent-ne-a-letranger.php
    « Chez les mères comme chez les pères, les trois principaux pays sont le Maroc, l'Algérie et Haïti. 
    20% ont même deux parents nés à l'extérieur du Canada. Ajoutez les enfants d' anglophones (8%) et les enfants d'autochtones (2%), vous avez 40% des enfants au Québec présentement qui n'ont pas deux parents d'origine québécoise !
    Dans 18 ans :
    1) ces enfants auront des enfants à leur tour
    2) le gros des 65 ans et plus seront morts.
    La conclusion de Bergeron est donc tout à fait plausible.
    Evidemment y'a pas un seul média qui va parler de cela. Encore moins un politicien. Sont plus préoccupés par le sort des baleines noires que de notre peuple qui agonise sous nos yeux à Montréal.
    Avez-vous envoyé l'étude à Bock-Coté ?

  • Archives de Vigile Répondre

    22 septembre 2017

    Cette étude de Statistique Canada datant de janvier 2017 dit essentiellement la même chose au niveau Canadien:
    ''Ensemble, les immigrants et les personnes de deuxième génération pourraient représenter près d’une personne sur deux au pays (entre 44,2 % et 49,7 %) en 2036, en hausse par rapport à 2011 (38,2 %).''
    http://www.statcan.gc.ca/pub/91-551-x/91-551-x2017001-fra.htm

  • Yves Corbeil Répondre

    21 septembre 2017

    Le compte à rebours électoral au Québec est commencé.
    Donc, pouvez-vous m'expliquer comment se fait-il que tous les partis politiques se cherche une plate forme électoral pour défaire les libéraux.
    Qu'est-ce qui peut être plus important pour les québécois, tous les québécois, que le projet de loi 106 sorti sous bâillon avant Noël par le ministre Arcand.
    Permettez moi de douter de l'intelligence de toutes ces personnes qui travaillent de près ou de loin dans tous ces partis d'opposition.
    La priorité au Québec ce n'est surement l'âge qu'on devrait fixé pour fumer du pot, ni qu'est-ce qu'on va faire avec les immigrants irréguliers, auront-ils une tuque, des mitaines pis un manteau pour l'hivers 2017, l'ALENA, on protège la gestion de l'offre ou on la sacrifie pour le bois d'oeuvre et ça continue comme ça avec les turbans, les niquabs et tous ces signes religieux sans charte ou avec une charte, les soins de santés, le salaire des docs, les coûts de tous les travaux infrastructuraux de réparations et de développements, les vraies affaires quoi.
    Le projet de loi 106, c'est la survie de la population et de la ressource première de tous le habitants de la terre l'EAU.
    On cherche une recette pour son plan d'attaque, comment dégommer les libéraux (...)
    Allo Houston! on a un méchant problème de représentants politique au Québec, un méchant gros problème de perception de ce qui est vraiment important avec ce qui sont seulement des irritants qui font mal certes mais qui ne nous feront pas disparaître de la planète.
    Dites moi que je rêve, tout cela n'est pas vrai et nous allons nous réveiller tous ensemble dans un Québec plus libre et plus propre qu'il n'a jamais été après ces élections maudites là.

  • Archives de Vigile Répondre

    21 septembre 2017

    Il me semble que le PQ devrait être le moins flou possible en ce qui concerne les points sensibles ayant trait à la survie et à la vitalité de la communauté francophone. En pratique cela voudrait dire adopter une combinaison de quelques engagements concrets, raisonnables, équilibrés et surtout quantifiés aux plans démographique et linguistique. En ayant des engagements quantifiés, il deviendrait beaucoup plus difficile de ne pas prendre les actions pour les atteindre. Voici à titre suggestif et non limitatif quelques engagements quantifiés raisonnables dont la combinaison pourrait donner de bons résultats.
    -Adopter une politique familiale et nataliste comme dans les pays scandinaves avec pour objectif d'avoir un taux de fécondité semblable à ceux-ci (en 2015 les taux de fécondité étaient de 1,86 en Norvège et de 1,88 en Suède comparé à 1,60 au Québec). Spécifions que ces pays scandinaves sont parmi les plus avancés en ce qui concerne les mesures sociales, le féminisme, l'égalité homme-femme et qu'ils ont mis tout un train de mesures favorisant la famille et la natalité. En supposant un comportement semblable des Québécois vis-à-vis l'instauration de telles mesures et l'atteinte de taux de fécondité similaires cela se traduirait par une augmentation au Québec d'environ 15 000 naissances par année.
    -Autoriser au Québec 35 000 immigrants par année au lieu du 50 000 actuel. Cette réduction de l'immigration aurait pour avantage de faciliter une plus grande sélection des immigrants (notamment par rapport à la maîtrise du français) et une plus grande intégration de ceux-ci. À noter qu'au prorata de la population ce nombre d'immigrants autorisés au Québec serait encore supérieur au nombre d'immigrants autorisés en France et aux États-Unis.
    -Assortir d'une obligation de résultats les mesures pour rendre plus attractif le CÉGEP francophone auprès des clientèles francophones et allophones sous peine d'étendre l'application de la loi 101 au niveau collégial si ces résultats ne sont pas atteints. En d'autres termes, si après X temps le pourcentage de francophones et d'allophones allant au CÉGEP anglophone n'a pas diminué d'au moins X%, la loi 101 s'appliquerait au collégial.
    Somme toute, pour la survie et la vitalité des francophones le problème n'est pas de trouver des solutions efficaces et raisonnables. Le problème c'est plutôt de trouver des politiciens pour les promouvoir et les mettre en application avec une volonté aussi inébranlable que celle de Camille Laurin lors de l'élaboration et l'adoption de la loi 101.

  • Yves Corbeil Répondre

    21 septembre 2017

    Un autre compte à rebourd est en marche avec Justin Trudeau.
    J'espère que Vigile va mettre en ligne sur le site les discours de Trudeau à l'ONU cette après-midi à New York et ce en français et en anglais car les traductions simultanées ne sont pas vraiment adéquates, très loin souvent des mots utilisés par le locuteur.
    Tu écoute cela et tu demande qu'on cancel les élections à jamais de façon à ce que ce gars là demeure premier ministre du Canada jusqu'à sa mort pour ensuite être remplacé par sa descendance.
    Naturellement, après un discours à l'ONU, il n'y a pas de période de questions. J'aimerais que cette période de questions qui n'a pas eu lieu ait lieu justement ici au Canada à son retour de façon à ce qu'il nous explique comment on pourra dans le future être imputable de ce que notre premier ministre a promis en notre nom,celui de tous les responsables de nos institutions, celui de tous les résidents ainsi que le sien.
    De cette façon, nous pourrons être assurer que ce genre de discours ne soit pas comme toujours des paroles qui ne suivent pas les bottines car ici dans ce pays, cette province des discours vides on connait.
    Et pendant cette période de questions, ceux qui ont un travail de recherche de vérités pourrait en profiter pour le mettre devant les multiples cas qui vont à l'encontre de ce qu'il dit sur les multiples tribunes qui sont mises à sa disposition.
    Mettez sur le site les deux discours de RC et CBC, ça fera toujours ça en attendant la suite des choses si il y a une suite.
    Merci.
    P.S_ Est-ce que l'on vit dans une télé-réalité avec tout ce qu'il se passe dernièrement, ça a vraiment plus d'allure tellement tout cela grossit chaque minute.

  • Martin Pelletier Répondre

    21 septembre 2017

    Y'a une info importante sur la mortalité, figure 4, On apprend que l'espérance de vie d'un immigrant est beaucoup plus élevée que celle d'un Canadien. En 2011, les immigrants vivaient 2 ans de plus que les Canadiens: 83 ans vs 81. C'est énorme lorsqu'on sait qu'on commence à payer les pensions à 65 ans. Un immigrant encaissera donc 18 ans de pension contre 16 pour un Canadien.
    Et dire qu'on nous dit qu'on fait venir des immigrants pour payer nos pensions! lolol
    http://www.statcan.gc.ca/pub/91-551-x/91-551-x2017001-fra.htm
    Une seule hypothèse a été retenue pour tenir compte de la mortalité différentielle entre les divers groupes composant la population. Reposant sur les données de l’Étude canadienne de suivi de la mortalité selon le recensement, 1991 à 2006, cette hypothèse suppose, entre autres, que la mortalité des immigrants est inférieure à celle des personnes nées au Canada (figure 4), particulièrement chez les immigrants récents, et que cet écart tend à s’amenuiser avec la durée écoulée depuis l’immigration.

  • Yves Corbeil Répondre

    21 septembre 2017

    Vous n'êtes pas écoeurés de mourir bande de caves! C'est assez!
    1971, date à laquelle cette murale est sorti à Québec avec cette phrase qui vient du poète écrivain Claude Péloquin.
    Il serait peut-être temps qu'on arrête de mourir et dans ce cas précis ça n'a pas de langue ni de race ce génocide environnemental des libéraux de l'insensible Couillard. Qui peut affirmer vraiment connaitre cet homme?
    https://www.youtube.com/watch?v=XwPPEqFQitA

  • Yves Corbeil Répondre

    21 septembre 2017

    Il N'y a pas seulement le Québec français qui va disparaître si le peuple ne sort pas les libéraux de Couillard du pouvoir.
    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/508467/les-plans-d-eau-du-quebec-ouverts
    Y-a-t-il quelqu'un sur ce site qui peut m'expliquer comment il se fait que ce gouvernement puisse agir de la sorte sans que PERSONNE ne lui fasse obstruction.
    Qu'est-ce que je ne comprends pas dans le fonctionnement d'une démocratie quand ton gouvernement pose des gestes qui pourraient mettre en périls la santé publique à très, très long terme.
    La mascarade Anticosti pour rembourser les amis qui perdaient de l'argent là-bas et permettre ceci ensuite après tous les beaux discours à la COP21 et sur toutes les tribunes ou il a accès pour livrer ces messages VIDES.
    Expliquez moi quelqu'un j'en perd mon Latin.
    En voulez-vous du vent avec Couillard et ce n'est pas du vent éolien.
    https://www.youtube.com/results?search_query=philippe+couillard+sur+le+climat
    Je suis assommé que personne ne face rien pour empêcher ça, totalement assommer que nous soyons les otages de ces politiciens véreux.

  • Pierre-Yves Dubreuil Répondre

    20 septembre 2017

    @ P.BouchFournier
    Vous aborder d'intéressants arguments et sujets de discussion qui méritent approfondissements.
    Il y a toutefois certaines choses qu'il faille considérer dans votre analyse que certains pourraient passer outre. J'en énumère quelques unes pour donner une idée.
    -N'importe quel groupe sur un territoire peut réclamer son exceptionalisme comme argument d'existence. Ça ne veut pas dire qu'il «mérite» d'exister et ça vaut pour tous les peuples ou même communautés.
    -un argument de ceux qui veulent éliminer le Québec comme nation disctincte, comme la plupart des libéraux, est justement que le Québec n'a rien à sauver, ou bien qu'il aura queque chose à sauver qu'après la 4ième révolution, et probablement la 5ième ensuite, etc. Quand une nation est forte on veux la sauver et quand elle est faible , on veut l'euthanasier.
    - les nations peuvent être soit en compétition, soit en litige, dépendamment des circonstances temporelles, géographiques, technologiques, démographiques,etc.
    -Préserver la langue française ne saurait être un objectif en soi. Si le français devient une traduction de l'anglais, par exemple, il ne sert plus à rien.
    - Les anglophones contrôlent l'État fédéral. Une grande partie en tout cas, mais pas entièrement. par exemple, notre premier ministre fait partie du système fédéral. Sans premier ministre francophone au Québec, dieu sait de quoi aurait l'air le Québec (ou même plus). Digne de mention sont aussi les intérêts étrangers. Il est aussi à se demander si le Canada comme il est actuellement du moins a réellement un «peuple» avec un ciment durable, consirérant sa manière globale, à grande échelle d'agir à travers les derniers siècles.
    -On nous dit que l'immigration renforcie notre économie. Cette affirmation est de plus en plus contestée. D'autant plus qu'il faille définie «notre» dans une société post-nationale (concept qui n'a aucun sens).
    ----------

    Si il y a d'autres choses qui me viennent l'esprit, je partagerais...

  • Archives de Vigile Répondre

    20 septembre 2017

    La perspective forte de cette étude serait que la mise en minorité de l'ethnie canadienne française rend impossible ou extrêmement difficile, la capacité d'assimilation des immigrants et de leurs familles. Puisque à un seuil donné d'immigration soutenue, les Canadiens français par leur natalité hors la tradition catholique ne peuvent soutenir le rythme pour que leur poids reste majoritaire.
    Considérant que les Français d'Amérique n'ont pas la masse critique et majeure des anglophones en Amérique du Nord depuis 1850 afin de maintenir leur culture et leur langue. L'immigration européenne aux É.U a renforcé la population anglicisée depuis 1860 et au Canada, l'immigration britannique, irlandaise et d'Europe de l'Est a renforcé l'anglais pendant que les Canadiens français sont restés majoritairement au Québec, qu'une partie d'entre eux s'est exilé en Nouvelle Angleterre et que le français dans les écoles a été proscrit dans les écoles en Ontario et dans l'Ouest canadien après l'écrasement des métis français.
    Considérant que le multiculturalisme de l'État fédéral encourage l'immigration avec peu d'assimilation à la nation d'accueil, ce sont les Canadiens français qui sont touchés au Québec profondément, puisque le Canada anglophone d'origine protestante ou anglicane a une plus grande masse peuplée et contrôle tout simplement l'État fédéral.
    Selon moi, ce qui est en cause dans cette étude c'est non la fixation absolue sur l'ethnicité, ce qui est en cause c'est la volonté légitime de maintenir en Amérique une nation de langue française dont la présence est le résultat de l'aventure de colons français qui sont ceux qui ont le mieux traités les autochtones dans toute l'Amérique.
    De façon plus critique.
    Que les Québécois n'ont pas à recevoir de leçons de morale de quiconque, considérant la brutalité universelle de l'histoire humaine concernant ceux qui ont eu le pouvoir de bâtir des empires dont en exemple: les Angloaméricains, sans oublier l'Espagne ou en Orient les royaumes arabes.
    La protection de petites nations, légitime ce type d'étude démographique qui demande que les cultures nationales soient respectées et que leur langue contribue à la diversité mondiale.
    L'immigration de masse ne s'arrête pas à la protection des cultures ce qui permet la critique de l'immigration qui n'a pas à obtenir un certificat d'interdiction de débat par tabou politique.
    D'autant plus que la majorité de l'immigration actuelle existe pour un motif économique et que les intentions politiques de ceux qui gouvernent ne sont pas loin, dont celles des fédéralistes au Québec.
    Le Québec a besoin de contrôler son immigration et de la rendre proportionnelle à sa capacité d'intégration-assimilation.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 septembre 2017

    @M. Pelletier
    Le premier tableau présente la contribution (%) des peuples dans le patrimoine génétique des français du Québec selon le pays d’origine
    Cela n'exclus aucunement le métissage. Je pourrais avoir 1% de mon patrimoine génétique originant de France, et je ferai quand même parti du 89.8%

    • Philippe Bouchez Répondre

      6 octobre 2017

      L'ethnie des Canadiens-Français est une des populations les plus étudiées au monde pour des raisons médicales liées aux caractéristiques de l'histoire du peuplement du Québec.
      Bien que Grégoire Bergeron fasse allusion à la génétique, il me semble, à moins que j'ai mal lu l'article, qu'il ne donne pas d'informations précises sur le patrimoine génétique des Canadiens Français.
      Or,plusieurs études existent à ce sujet & mettent en évidence l'écrasante contribution des pères fondateurs français dans le pool génétique des Canadiens-Français modernes..
      90% du pool génétique des Canadiens-Français modernes provient des 8000 Français, premiers pères fondateurs de la Nouvelle France.
      " Here we characterize the population structure through the analysis of the genetic contribution of 7,798 immigrant founders identified in the genealogies of 2,221 subjects partitioned in eight regions. In all but one region, about 90% of gene pools were contributed by early French founders. In the eastern region where this contribution was 76%, we observed higher contributions of Acadians, British and American Loyalists."
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21302269
      " The current population of six million French-Canadians in Quebec are descendants of about 8,500 French settlers who colonized the province between 1608 and 1759, before the English conquest [17], [18]. Although colonization included emigrants from all of France, the migration event mostly originated from the Atlantic coast and Paris region. After 1760, French immigration virtually stopped, and the French-Canadian population experienced rapid growth due to a high birth rate, and became genetically isolated from France with limited exchange with other non-French communities in the same geographical area [19]. Overall, French-Canadians have experienced a growth from 8,500 to six million individuals, which represents a population expansion of more 700% in less than 20 generations. While other colonized territories in America or Oceania may have experienced a similar growth, the uniqueness of the French-Canadian population is due in part to the reduced contribution of new immigration after the first settlers [20] and the founding population is estimated to have contributed 90% of the current French-Canadian genetic pool [21]. "
      http://journals.plos.org/plosgenetics/article?id=10.1371/journal.pgen.1003815
      Idem en ce qui concerne la distance génétique, Fst, entre les populations du Québec, de Montréal & de deux populations de référence issues du HapMap CEU-central europe) &
      HGDP French(human genome diversity panel).
      " We calculated Fst statistics to assess population sub-division within Quebec and between Quebec and the two reference populations. We observed Fst values of 0.0014and 0.00078 between the Quebec sample, taken as a whole,and HapMap CEU and HGDP French, respectively. Fst between the Montreal sample and HapMap CEU and HGDP French were 0.0020 and 0.0012, respectively.Within Quebec (Table 1), Fst values ranged from 0.001(between Quebec City and Montreal, and Saguenay andNorth Shore) to 0.008 (between Acadians and North Shore,and Acadians and Saguenay)"
      C'est avec le HGDP French que les distances génétiques sont les plus faibles.
      https://www.academia.edu/13113947/Genomic_and_genealogical_investigation_of_the_French_Canadian_founder_population_structure
      La contribution des "Native American"est estimée à 1,3% en moyenne; de 0,84% à 2,5%..
      "Using HAPMIX [39], the overall degree of Native American admixture in the Quebec population was estimated at 1.3±1.3%, with 3-fold differences (0.84 to 2.50%) between population groups (Table 1) and much greater variation among individual genomes"
      http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0065507

  • Martin Pelletier Répondre

    20 septembre 2017

    "Son premier tableau révèle en effet que les Canadiens-Français du Québec sont à 89,8 originaires de France, à 5 % originaires de l’Acadie, 1,5 % originaires de Grande-Bretagne, 1,4 % d’origine autochtone, 1 % d’autres pays européens, 0,6 % d’origine irlandaise et 0,4 % d’origine allemande.
    Voilà qui détruit tout le mythe de notre métissage! lol
    Oui il y a eu un apport des anglos, des Écossais, des Irlandais, des Allemands, des Autochtones, puis plus tard des Italiens. Mais cet apport est faible (10%) dans l'ensemble de notre peuple qui est l'un des plus plus "pur" au monde.
    Bravo à votre chercheur. J'ai hâte de voir l'impact médiatique