Laïcité et Noël - Archives

Laïcité - Débat québécois



Le sens subversif de Noël

Patrice Perreault, Le Devoir vendredi 24 décembre 2004 - La fête de Noël nous rappelle l'insertion de tout être humain au coeur d'une société
Quand souhaiter «Joyeux Noël» n'est pas politiquement correct
Giles Hewitt La Presse mercredi 22 décembre 2004

Une fête commune
Bernard Descôteaux éd. LD 24.12.002

Christmas is for all
éd. MG 24.12.002
Happy Christmas
National Post éd. 24.12.002
Liberté, liberté, que de choses on dit en ton nom!
Nabil Zaloum LD 24.12.002
L'incroyable ambivalence québécoise
Françoise Nduwimana LD 24.12.002
Merry, um, happy, uh, whatever
LYSIANE GAGNON G&M 23.12.2002 - Should Christmas become a forbidden word on the ground that it excludes non-Christians?
Keep Christmas in the holidays
Éd. TS 22.12.2002
C’est censé être une fête de paix...

Jean-Guy Dubuc éd. VdeE 21.12.2002
Le père Noël n'est pas une ordure

Gil Courtemanche LD 21.12.2002 - Chaque 24 décembre, à minuit, je suis pris d'un frisson quand j'entends Minuit, chrétiens. Ces talibans voudraient me priver de frissons. Qu'ils s'occupent donc du père Noël qui est obèse, ce qui n'est pas politiquement correct mais n'en fait pas pour autant une ordure.
Noël ! Noël ! C'est Noël, « chriss »...
Michel Vastel Le Soleil Le samedi 21 décembre 2002 - Au diable, politiciens peureux, pontifes de la rectitude politique, zélotes du multiculturalisme, vous ne me ferez pas renoncer à Noël ! C'est un moment bien trop important de chacune de mes années pour que je l'escamote dans une fête du Solstice.
Holiday is now a celebration of cultures: For some, Santa's a foreign concept
SUSAN SEMENAK The Gazette Friday, December 20, 2002 - Immigrant children at welcoming class in Lachine are taught about the magic and lore of Christmas
Seuls Québec et Terre-Neuve souhaitent «Joyeux Noël» à leurs citoyens - Presse Canadienne Le vendredi 20 décembre 2002 - Toronto - Cette année, seuls deux des 13 premiers ministres canadiens ont osé faire référence à Noël dans les cartes de voeux envoyées à leurs électeurs à l'occasion du temps des fêtes.
D'après le National Post, qui a mené une enquête sur la question, Bernard Landry et son homologue Roger Grimes, de Terre-Neuve et Labrador, ont souhaité «Joyeux Noël» à leurs électeurs.
Les autres ont plutôt choisi une variété de formules plus «religieusement neutres» pour exprimer leurs voeux. Ainsi, Lorne Calvert, de la Saskatchewan, a fait parvenir aux citoyens de sa circonscription une carte dans laquelle il leur souhaite «Amour, compassion et bonheur».
De son côté, le premier ministre de l'Île-du-Prince-Edouard, Pat Binns, a préféré exprimer à ses électeurs ses «meilleurs voeux de paix et de bonheur, beaucoup de joie en cette saison de vacances et une nouvelle année remplie de santé, de bonheur et de prospérité». Selon son porte-parole, Patrick Dorsey, cette carte laïque «reflète la diversité» des destinataires et tient compte du fait que «ce n'est pas tout le monde qui célèbre Noël».

En conséquence, il semble qu'il soit aujourd'hui de bon ton de parler de «Voeux de saison»...

Les symboles de la fête de Noël et les immigrants
Ruba Ghazal LD 20.12.2002 - En cette période des Fêtes, un malaise refait surface au sein de la société québécoise. Cette dernière se pose des questions aussi profondes et existentielles que son malaise. Est-il acceptable pour une société multiculturelle et pluraliste d'afficher aussi ouvertement son appartenance à la religion chrétienne en décorant des sapins de Noël dans des lieux publics?
Interaction culturelle - Du «soi» et de l'«autre»
Jocelyn Létourneau LD 18.12.2002 - Il est proprement incongru de rebaptiser le sapin de Noël «arbre des festivités» pour s'ajuster aux impératifs d'une société civique ou afin de ne pas déplaire aux non-chrétiens
À Noël, défendu de mentionner Noël!
Jean-Guy Dubuc La Voix de l'Est 16 décembre 2002
Le sapin à l’index?
Louise Leduc éditorial LP 6.12.2002 - Montréal, le sapin n’est plus qu’un simple sapin de Noël: il est devenu cette semaine le porte-étendard de la lutte contre tout nouvel assaut, imaginaire ou réel, de dogmatisme laïc. (...) Seule une infime minorité a prôné l'abolition des décorations de Noël au profit d'un espace public «inclusif».

Des Arbres de Noël pour le monde entier!
Claude Gendron LP 6.12.2002 - Certains médias nous informaient vendredi dernier que d’aucuns souhaitaient changer le nom de l’Arbre de NOËL, en celui d’arbre de lumière ou de vie, sous prétexte que notre société a évolué, qu’elle est devenue cosmopolite et forme maintenant une mosaïque culturelle et religieuse.
Le débat sur Noël est lancé , notamment par rapport à l’arbre de Noël à l’Hôtel de Ville de Montréal. Deux articles sur le même sujet ont paru dans The Gazette, le 5 décembre 2002. En voici un, par une femme juive de Calgary, qui dénonce la rectitude politique mal placée. Nous reproduisons également un poème écrit au départ en Yiddish où le poète dit à quel point il se sent à l’aise à Montréal avec ses églises, ses cloches et ses croix. Juif, il ne se sent aucunement menacé par ces symboles de la religion catholique.

Les défenseurs de la langue allemande partent en guerre contre les
anglicismes de Noël:
la tradition n'est pas à vendre



"X-Mas-Shopping", "X-Mas-Grüße", "Power-Christmas" - la tradition n'est
décidément plus ce qu'elle était... La puissance du marché et l'influence
culturelle anglo-saxonne ne seraient-elles pas en train de gâcher toute la
magie de Noël ? Pour l'association de défense de la langue allemande de
Dortmund, en tout cas, la guerre est déclarée: haro sur les anglicismes
qui envahissent aujourd'hui le vocabulaire de la plus traditionnelle de
toutes les fêtes en Allemagne.


"'X-Mas' est l'expression qui m'inspire le plus d'horreur", s'insurge
Walter Krämer, le président de l'association. "Elle est le symbole-même
d'un univers technique et sans âme, et elle ôte toute sa magie à la fête
". "Nous ne sommes pas l'un des Etats américains, et Noël n'est pas pour
nous un "Game& Fun-Event'". Noël est lié à la patrie et à la tradition,
"la fête traditionnelle par excellence", explique-t-il.


Aujourd'hui, l'Allemagne entre dans la fête au son des "Jingles Bell", qui
ont remplacé les cloches allemandes de Noël. "Ailleurs, on peut chanter
"Jingles Bells" si l'on veut mais, en Allemagne, beaucoup de gens
préfèrent entendre 'O Tannenbaum'" ("O Tannenbaum" Volksweise E. Anschütz. Mon
beau sapin, roi des forêts, Que j'aime ta verdure). Pour l'association de défense de la
langue allemande, c'est déjà bien assez qu'Halloween ait pris le pas sur
la célébration de la Saint-Martin aux quatre coins de l'Allemagne. Un
véritable crime de lèse-tradition, de lèse-culture, que les quelque 14 000
membres qui adhéreraient à cette association créée en 1997 n'entendent pas
laisser s'enraciner: des annonces devraient être mises dans la presse pour
défendre une attitude plus respectueuse envers la langue et la tradition.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé