La visite oubliée du général de Gaulle

Fa3c41a296a472ed4ec778ee05a12dab

Avant la déclaration de 1967, de Gaulle était venu au Québec en 1944 et en 1960


12 juillet 1944. Le général Charles de Gaulle foule le sol du Québec pour la première fois, un peu plus d’un mois après le débarquement des Alliés en Normandie. Le représentant de la France libre passe en coup de vent. Il n’a pas encore acquis son statut d’icône dans la vallée du Saint-Laurent.


Le militaire de 53 ans atterrit au Canada après un séjour fructueux aux États-Unis. À Washington, le président Roosevelt l’a enfin reconnu comme représentant de la France libre. De Gaulle a arraché ce statut à la dure, rappelle l’historien Olivier Courteaux dans un entretien avec Le Devoir.


« Roosevelt voyait en lui un dictateur en puissance », dit-il.


À Ottawa, le général est reçu en chef d’État à sa descente de l’avion. Le premier ministre Mackenzie King a compris avant Roosevelt que de Gaulle incarnait l’avenir. Il modère toutefois ses ardeurs en raison de la popularité au Québec du maréchal Pétain qui dirige la France occupée depuis 1940. « La majorité des Canadiens français restent dans l’expectative, souligne Courteaux, mais il y a la minorité nationaliste qui est très bruyante et qui considère que le maréchal Pétain fait du bon travail. »


Brouillard québécois


De Gaulle quitte Ottawa pour Québec dans le brouillard le matin du 12 juillet 1944. Le visiteur ne sait pas trop à quoi s’attendre à son arrivée à l’aéroport de L’Ancienne-Lorette.


« Il n’est pas connu du tout au Canada français, précise Courteaux, et pour beaucoup de nationalistes, de Gaulle est un suppôt de l’impérialisme britannique. »


Le général peut tout de même compter sur un noyau de partisans. « À Québec, on a abandonné Pétain beaucoup plus vite qu’à Montréal », souligne l’historien Roger Barrette. Ce dernier ne partage pas l’avis de son collègue Courteaux. « La réponse de la population a été enthousiaste. C’est quand même à Québec qu’a été créé le premier comité de la France Libre en dehors de l’Angleterre. »


L’opinion publique québécoise est préparée à la visite du général par l’entremise de publicités pleine page payées par la Sun Life, notamment.


« Il y a de grandes annonces dans lesquelles on souhaite la bienvenue à de Gaulle, même les magasins anglophones », souligne M. Barrette.


La voiture du général parcourt la Vieille Capitale à la vitesse d’un panzer, précédée par une douzaine de motos de la police. De Gaulle passe de l’hôtel de ville à la résidence officielle du lieutenant-gouverneur. En longeant la Grande-Allée, il aperçoit la silhouette du parlement, qui est fermé pour la durée de la campagne électorale au terme de laquelle Duplessis reprendra le pouvoir pour de bon.


De Gaulle s’envole pour Montréal à midi. Il y signe le livre d’or de la Ville avant de s’arrêter au balcon de l’hôtel Windsor où il est présenté à quelques centaines de partisans.


« Montrez au général de Gaulle que Montréal est la deuxième ville française au monde ! » s’exclame le maire Adhémard Raynaud. Le général repart pour Alger en soirée.


En dépit de la ferveur montréalaise, c’est à Ottawa que le représentant de la France libre est le mieux reçu, estime M. Courteaux.


« Il n’a que des louanges pour le premier ministre Mackenzie King et il va remercier officiellement le Canada pour toute l’aide qu’il a apportée. Il a des paroles très intéressantes, quand on connaît la suite… »


Révolution tranquille


De Gaulle revient au Québec en avril 1960, deux ans après son élection à la présidence de la République française. À l’instar de son premier voyage, le second ne laisse guère de traces dans la mémoire collective. Il marque toutefois un jeune étudiant de 22 ans, Lucien Bouchard, qui s’empêtre dans un fil de fer en se frayant un chemin dans la foule massée devant l’hôtel de ville de Québec.


« Le général me vit et, par pitié ou appréciation de mon enthousiasme, me tendit la main », écrit le futur premier ministre dans son autobiographie.


Le chef d’État français est prudent au printemps de 1960. « Il ne fait aucune déclaration », constate Olivier Courteaux, qui attribue ce silence à la guerre d’Algérie qui fait rage. Les relations diplomatiques entre la France et le Québec se resserrent par la suite, dans la foulée de la Révolution tranquille. Elles culminent à l’approche de l’Exposition universelle de Montréal, en 1967.


Pour préparer la troisième visite du général en sol québécois, le gouvernement unioniste de Daniel Johnson commande un sondage visant à mesurer la notoriété du héros. Stupeur : Charles de Gaulle est moins connu que le maréchal Pétain, qui est pourtant décédé en 1951.


« C’est quand même un comble ! » lance Olivier Courteaux au bout du fil. Une campagne de marketing permet d’accroître sa popularité à temps pour l’Expo.


Les Québécois ne sont pas près d’oublier cet ultime voyage du général qui se termine par son célèbre « Vive le Québec libre ! » lancé du balcon de l’hôtel de ville de Montréal. « Il savait très, très bien ce qu’il faisait », précise Courteaux en rappelant que le général ne s’intéressait pas tellement à Expo 67, qu’il qualifiait de simple « foire ».


N’y a-t-il pas là une forme d’ingratitude envers Ottawa, qui a soutenu de Gaulle aux heures les plus sombres de la guerre ?


« Oui, il y a de l’ingratitude, reconnaît Courteaux. En même temps, il y a une certaine logique dans son approche. » Le général est hanté par la perte du Canada en 1763 sous le règne de Louis XV. « C’est quelqu’un qui considère que la France a commis une faute et qu’il convient de la réparer. »









LE COURRIER DE LA COLLINE


Nouvelle infolettre


Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.