Société et démocratie

la révolution nécessaire

Épilogue sur les scandales de corruption-collusion au Québec

Tribune libre

Alors que la (la Commission Charbonneau) en arrive presque à terme sur le volet « Ville de Montréal » de son long, dur et nécessaire travail, nul besoin d’attendre le rapport de madame la juge (en tout respect) Charbonneau pour mener une réflexion sur ce qui, en tant que société, institutions, corporations, entreprises et individus, a bien pu nous entraîner vers une corruption qui semble s’être généralisée depuis bon nombres d’années ici au Québec, et comment il est possible de donner le coup de barre nécessaire pour que tous, nous puissions vivre et prospérer de manière un peu plus saine et harmonieuse.
Un constat s’impose de lui-même : l’argent semble être au cœur et à la source de toute la problématique que nous retrouvons tout au long des témoignages défilants jours après jours à la Commission Charbonneau. Et si l’argent est le cœur et la source de la corruption et de la collusion (un corollaire nécessaire des deux dans ce contexte), la finalité en est sans aucun doute le pouvoir. Au nom de l’acquisition de cet idéal et ascendant (le pouvoir), la fin justifiant les moyens, les règles élémentaires du jeu démocratique se voient être violés de manière plus ou moins conscientes par des acteurs du monde des affaires, de la fonction publique et de la politique, et ce, dans des rapports qui nous apparaissent aujourd'hui, à l’écoute des témoignages à la Commission Charbonneau, incestueux.
Au-delà de tous les aspects spectaculaires qui apparaissent au grand jour à cette Commission Charbonneau, des réactions de révoltes provoqués par ce que nous y voyons et entendons, et d’une forme de thérapie publique, des questions fondamentales surgissent et elles nous renvoient à chacun de nous-mêmes, en tant que personne et individu, sur nos propres valeurs et attitudes face aux questions liés à l’argent. Je vous entends tous me répondre au secret de vos consciences : « mais les coupables ce sont les corrompus que nous voyons défiler à la Commission Charbonneau, pas nous! » Et si nous nous exercions un moment à une petite introspection?...
Quel est mon rapport à l’argent?
A quel point suis-je libre par rapport à l’argent?
L’accumulation de richesses monétaires : est-ce le seul but que j’ai dans la vie, au point d’en être devenu l’esclave?
Où l’argent n’est-il qu’un moyen parmi d’autres pour être confortable?
Jusqu’à quel point mes responsabilités citoyennes (impôts) me posent-elles problèmes dans la vie?
Si ma conscience me cause des maux de têtes à la vue de ces quelques questions bien simples, alors un examen en profondeur de mes valeurs est devenu une nécessité, en tant qu’individu certes oui, mais en tant qu’organisation (de quelque nature que ce soit en société) également.
Lorsqu’il est devenu une pratique normale de faire des choses en cachette par rapport à l’argent (par exemple par l’échange d’argent comptant uniquement pour service ou bien rendu) alors nous avons une indication de la conscience qu’il y a un problème! Lorsque je cherche à faire toutes sortes de détours légaux en apparence mais profondément injuste en substance pour « sauver » de l’impôt, alors il y a un problème! Lorsque je fais transiter de l’argent par cent mille détours pour servir la cause d’un parti politique d’une manière en apparence légale et qu’au fond toutes les règles du jeu démocratique sont violés en secret, alors oui il y a un sacré problème!
S’il y a un danger qui guette le Québec présentement de nous retrouver un jour en une situation pire que la Grèce actuelle, ce ne sera pas à cause d’un déficit budgétaire ou une dette endémique, non : ce sera par une déresponsabilisation généralisé par rapport à l’usage dont nous faisons individuellement et collectivement de l’argent et de la valeur que nous y rattachons, et de sa conséquence directe et lourde sur la dette publique! C’est cette corruption généralisée qui a conduit la Grèce à sa situation présente et rien d’autre! C’est ça que nous cherchons au Québec? Non? Alors si nous ne questionnons pas, fondamentalement, notre attachement par rapport à l’argent, et je le répète, de manière individuelle et collective, c’est exactement là où nous nous retrouverons, au même endroit où les Grecs sont. Une révolution nécessaire doit s’opérer dans les mentalités et ça presse! Nul besoin du rapport Charbonneau pour s’y attarder dès maintenant.
Je dois avouer très franchement qu’il y a une chose qui me tombe royalement sur les nerfs : alors que nous entendons partout dans les milieux d’affaires au Québec que nous devons fonctionner dans le libre marché et la concurrence, ce que nous entendons à la Commission Charbonneau met en relief exactement son contraire par des acteurs de ce même milieu des affaires. Lorsque nous sommes témoins des stratagèmes de collusion entre entrepreneurs du milieu de la construction, idem pour les firmes de professionnels, cette collusion donc fait échec directement au leitmotiv dans le discours du libre marché. Mais c’est quoi toutes ces « amanchures » là?
Ni le monde des affaires au Québec, ni la fonction publique et ni le milieu politique n’échappent guère à l’examen de conscience que j’évoquais plus haut. Il va falloir que nous cessions de croire que le respect de la loi dans sa lettre est chose suffisante pour que nous puissions montrer pattes blanches dans l’opinion publique. Tant le milieu des affaires, de la fonction publique et du milieu de la politique ont un triple défi devant eux : un respect de la loi dans sa lettre, un respect de la loi dans son esprit, et la projection d’une image publique s’appuyant tant sur l’un et l’autre solidement. Et je m’adresse ici particulièrement aux services de contentieux légaux de ces trois milieux au Québec : le respect de la loi dans son esprit, essence et substance n’est pas une chose secondaire ou accessoire car, dans le contexte actuel, c’est ce sur quoi l’opinion publique aura désormais les yeux rivés lorsqu’il voudra s’assurer de la probité de votre organisation. Et pour vous accompagner dans ce travail, il vous faudra être accompagné d’experts en questions éthiques et morales. Le droit n’est pas une discipline qui s’est inventé d’elle-même, elle est essentiellement fondée sur la morale. Il vous faudra accepter d’être confronté dans vos convictions par ces experts lorsqu’il s’agit de juger de situations particulières dans vos milieux respectifs.
Et s’il y a un aspect que j’espère voir ressortir dans les recommandations de la juge Charbonneau au terme de son travail c’est celui que je viens d’évoquer. En toute honnêteté, les changements en profondeur que requiert le milieu des affaires, de la fonction publique et du milieu de la politique au Québec ne pourront s’opérer sans un redressement très solide des questions d’éthiques, pas uniquement en surface et en forme, mais en substance et sur le fond des choses.
Normand Perry

Squared

Normand Perry126 articles

  • 89 442

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé