La religion du marché

Solidaires vs Lucides - sondage CROP

Aird*Robert - L'État a remplacé l'Église dans le coeur des Québécois, s'est moqué Alain Giguère, de la maison de sondage CROP, qui, comme les autres disciples de Milton Friedman, se croit le détenteur de la vérité absolue. À cela, je lui rétorque que le marché est pour lui et ses copains les «lucides» le nouveau Dieu, la nouvelle Église.
Les désastres écologiques et l'écart toujours grandissant entre riches et pauvres, causé en bonne partie par le marché libre, n'ébranlent évidemment pas sa foi. Pour ma part, je penche du côté de l'État, sur lequel je peux exercer un certain contrôle, ne serait-ce que par le truchement des élections et des moyens de pression. Ce n'est pas le cas des petits dictateurs et des dictatures privées, pour lesquels le profit passe bien avant l'intérêt collectif. C'est aussi cela, la démocratie, M. Giguère, pas seulement la possibilité d'employer la propagande pour «convaincre» la population des bienfaits du néolibéralisme, parce qu'on ne peut user aisément de la matraque pour passer ses messages (ce serait beaucoup plus rapide et plus simple comme ça, quel dommage!).
Il est tout de même curieux que ces détenteurs de la vérité ne s'interrogent pas sur le virage à gauche des pays sud-américains qui ont eu à subir l'électrochoc néolibéral au cours des années 80 et 90. Pour paraphraser un personnage bien connu, ils sont fous, ces «lucides»!


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé