La mission

Bc013f39b15b14ad9a0db71c6449ab2a

Le PQ devrait plus se préoccuper de la CAQ que des solidaires...

L’appui inconditionnel de Nicole Léger, dont la famille règne sur Pointe-aux-Trembles depuis près d’un demi-siècle, ne laissait aucun doute sur l’investiture de Jean-Martin Aussant, qui peut maintenant dire que le plus facile est fait.


Ceux qui espéraient depuis longtemps son retour au bercail voient en lui, comme il se plaît lui-même à le croire, l’héritier spirituel de Jacques Parizeau, qui saura à terme convaincre la jeune génération des bienfaits économiques de l’indépendance.


M. Aussant a des talents pédagogiques certains. Même si Option nationale avait obtenu moins de 2 % des voix sous sa gouverne à l’élection de 2012, il avait attiré un groupe de jeunes militants d’une remarquable qualité, qui lui vouaient une admiration sans bornes.


À plus court terme, sa mission est cependant d’un autre ordre. Dimanche, à Pointe-aux-Trembles, le mot d’ordre était très clair : il faut empêcher la CAQ de prendre pied sur l’île de Montréal le 1er octobre prochain.


La victoire facile de Nicole Léger en avril 2014 ne veut plus rien dire. Avec 24 % des voix, le caquiste Mathieu Binette avait obtenu un résultat légèrement supérieur à celui de la CAQ dans l’ensemble du Québec.


Or, le dernier sondage Léger-LCN accordait 34 % des intentions de vote à la CAQ, et la mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui a survécu au naufrage de l’Équipe Denis Coderre l’automne dernier, est une candidate autrement plus redoutable.




 


Au PQ, on se plaît à comparer la lutte hautement démocratique qui a opposé M. Aussant au président de la Société Saint-Jean-Baptiste-de-Montréal, Maxime Laporte, à la désignation arbitraire de Mme Rouleau, sans que les caquistes de Pointe-aux-Trembles aient été consultés le moindrement.


Il est vrai que la CAQ demeure essentiellement la créature de François Legault, comme l’ADQ était celle de Mario Dumont. À bien des égards, elle tient davantage du mouvement que d’un véritable parti politique.


Même si les militants du PQ ne font plus la pluie et le beau temps comme jadis, ils exercent un contrôle sur ses orientations, qui n’a rien à voir avec le « rubber stamp » auquel se résument les congrès de la CAQ.


Les contributions faites à un parti politique, maintenant limitées à 100 $, constituent une sorte de baromètre de sa vitalité interne. Même si elle a terminé l’année 2017 largement en tête dans les sondages, la CAQ arrive au 4e rang au chapitre des contributions, loin derrière le PQ, le PLQ et même QS, qui ne compte pourtant que trois députés.


Le danger qui guette le PQ est précisément qu’une victoire le 1er octobre permette à la CAQ de prendre véritablement racine. Une fois au pouvoir, elle pourra créer les réseaux sur lesquels reposent les partis appelés à durer, ce que la défunte ADQ n’avait pas eu le loisir de faire.


Ce faisant, ce ne sont pas les plates-bandes libérales que piétinera la CAQ, mais celles du PQ. Les péquistes ont beau répéter qu’il y a urgence à débarrasser le Québec des libéraux, une victoire de la CAQ serait bien plus inquiétante pour l’avenir de leur parti.




 


Le « projet de société » de la CAQ l’est tout autant. Par une intéressante coïncidence, Jean-Martin Aussant a été investi dans Pointe-aux-Trembles le même jour où la CAQ désignait officiellement l’économiste Youri Chassin pour défendre ses couleurs dans Saint-Jérôme.


Il est difficile d’imaginer deux visions plus opposées que celles de l’ex-directeur général du Chantier de l’économie sociale et du directeur de la recherche de l’Institut économique de Montréal, qui occuperait sans doute une place importante dans un gouvernement caquiste.


Son chef a beau se réclamer lui-même de « l’extrême centre », le choix de M. Chassin ne peut que renforcer l’image de parti de droite qui a été accolée à la CAQ.


« François Legault et Youri Chassin se connaissent depuis très longtemps et ont toujours partagé une vision commune pour le Québec », peut-on lire sur le site Internet de la CAQ. Par exemple, les deux hommes sont partisans de l’exploitation du pétrole, veulent construire de nouveaux barrages ou abolir les commissions scolaires.


M. Chassin manifeste toutefois une aversion pour l’intervention de l’État qu’on n’a jamais sentie aussi vive chez le chef caquiste. Le 22 mars dernier, il écrivait sur son blogue personnel : « Si je me montre si suspicieux envers les solutions étatiques, c’est principalement parce que je ne crois pas au mythe d’un État au service du bien commun. Déjà, l’idée qu’il puisse exister un “bien commun” sonne l’alarme. »


> La suite sur Le Devoir.