La COVID-19 n’empêche pas le mépris!

4883b0d295af1ae8c48e4a930a71cb5f

Pas de pause politique en temps de virus, mais une radicalisation des clivages


Pandémie ou pas, cette mairesse d'arrondissement de la ville de Montréal n’hésite pas à distiller le mépris!   


Honte à vous, Sue Montgomery!  


En ce dimanche de confinement, on se demande ce qui a bien pu passer par la tête de la mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery.       


Vous êtes de ceux qui ont appuyé la loi 21 et la laïcité instituée par la Coalition avenir Québec?       


Racistes!       


Voyez comme c’est joli.      


  



La COVID-19 n’empêche pas le mépris!
 



Si vous êtes sur Twitter, ça vaut la peine d’aller voir les commentaires en réaction à son gazouillis franchement déplorable. À l’évidence, il n’y a pas que les pro-loi 21 qui trouvent que c’est tout simplement stupide comme message. D'ailleurs, plutôt que de faire sa morale à deux balles aux Québécois, peut-être que cette élue devrait s'occuper des plaintes de harcèlement qui vise sa chef de cabinet...        


On connaît depuis longtemps l’opinion de cette mairesse d’arrondissement par rapport à la loi 21. Il y a exactement un an, fin mars 2019, Sue Montgomery annonçait qu’elle entendait défier la loi et ne pas l’appliquer au sein de son arrondissement.      


De son côté, la mairesse de Montréal Valérie Plante a été plus diplomate en reconnaissant son opposition à la loi, mais aussi en signifiant son intention de la respecter.       


Les «pisse-vinaigre»  


On ajoutera le nom de Sue Montgomery au rang, très peu nombreux, heureusement, des pisse-vinaigre; c’est-à-dire de ceux qui n’observent aucune retenue de partisanerie en ces temps de pandémie.       


  



La COVID-19 n’empêche pas le mépris!

Photo Didier Debusschère




À 95% de taux de satisfaction pour sa gestion de la crise, on peut dire sans se tromper que François Legault a su rallier les Québécois à la cause et à ramer dans le même sens en ce moment critique où nous faisons face, collectivement à un défi sanitaire de taille.      


Voilà pourquoi je me demande en quoi des inepties comme celle de la mairesse Montgomery, ou d’autres, comme celle-ci, de ce chargé de cours de l’UQAM, aident en quoi que ce soit.       



La COVID-19 n’empêche pas le mépris!

Capture d'écran




La réponse c’est que pour les plus radicaux, il n’y a pas de trêve qui tienne ni de sens commun à observer. C’est toujours le bon moment pour taper du pied. Ou tirer du bazooka idéologique.      


Cela vaut pour les énervés du bocal du chemin Roxham qui rêvaient d’une manifestation de 100 000 personnes à la frontière... Non, mais faut vraiment être à côté de ses pompes. La fermeture du chemin Roxham comme projet de société. Que c’est déprimant!      


Heureusement, dans un cas comme dans l’autre, nous avons affaire à l’extrême marginalité.       


Ce qui est un peu troublant, c’est quand une élue, et ici du plus important arrondissement de la métropole, décide de sombrer là-dedans. Espérons que quelqu'un pourra rappeler à la la mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce que c’est juste pas le bon moment pour ses messages méprisants.  


Précision: 


Une première version de ce texte indiquait que Sue Montgomery était de l'équipe de Valérie Plante. Cela est erronné puisque Sue Montgomery a été expulsée de Projet Montréal il y a quelques mois suite à l'affaire d'harcèlement dans son arrondissement, dossier évoqué plus haut. Cette expulsion m'avait échappé. Mes sincères excuses à la mairesse Valérie Plante.