Un sénat à l'image du gouvernement

La corde au cou / L'agenda caché de Stephen Harper

Sécurité de la vieillesse - rupture d'un pacte social

Tout en réitérant timidement sa position contre la peine de mort, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu y est allé d’une autre déclaration casse-cou en affirmant que les prisonniers condamnés pour meurtre qui occupent les prisons devraient disposer d’une corde pour avoir les moyens de s’enlever la vie…et cela, à quelques jours du lancement de la semaine québécoise de prévention au suicide!
Dans la même « logique », le sénateur, qui siège sur le comité sénatorial qui se penche sur le projet de loi C-10 durcissant la justice criminelle, a ajouté encore un peu d’huile sur le feu en déclarant que, dans certains cas où il n’y a aucune possibilité de réhabilitation, une réflexion sérieuse devrait être entamée sur l’éventualité d’envisager la peine de mort pour ces criminels.
Et, tant qu’à poursuivre dans la logique Boisvenu, le sénateur conservateur a invoqué la raison économique d’un système où la société défraie des coûts astronomiques pour maintenir ces condamné en prison, alléguant, entre autres, que les trois membre de la famille Shafia, reconnus coupables de meurtres cette semaine, coûteront 10 millions $ à l’État canadien.
Par ailleurs, même si le gouvernement Harper joue les vierges offensées devant les déclarations fougueuses d’un homme profondément blessé par ses malheurs personnels, il m’apparaît que l’idéologie du sénateur Boisvenu répond à celle de ce gouvernement déterminé à prendre la défense des victimes contre celle des criminels, écorchant au passage le Québec comme le royaume du laxisme au profit d’un Canada s’affichant comme l’idéal de l’État vengeur.
Enfin, en ce qui a trait au sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, considérant ses propos criminels en ce qui a trait à l’incitation au suicide, il doit être retiré immédiatement du comité étudiant le projet de loi C-10. Cette fois, le sénateur vient de se mettre la corde au cou!
*****************
L’agenda caché de Stephen Harper
Depuis que Stephen Harper a pris le pouvoir du Rest of Canada (ROC) le 2 mai 2011, il s'est complètement dissocié des intérêts du Québec. En effet, nombreuses ont été les décisions que ce gouvernement a prises, particulièrement au niveau du respect du français comme une des deux langues "officielles" du pays, qui ont bafoué nos droits fondamentaux.
Compte tenu de l’insolence et de du mépris outrancier dont fait preuve le Prime Minister du ROC envers l’un des deux peuples fondateurs de ce pays nommé le Canada, je me demande si son intention n’est pas de construire un pays unilingue anglais et de renier les Québécois qu’il a toujours considérés, comme beaucoup d’autres de ses prédécesseurs, comme des éternels insatisfaits.
En ce sens, notre premier ministre "canadian" nous présente, sur un plateau d’argent, tous les ingrédients pour accéder à notre indépendance...à tel point que je me demande si, dans son agenda caché, ce n'est pas justement ce qu'il souhaite!
En fait, Stephen Harper, par ses attitudes bassement provocatrices, incarne le meilleur allié de l’indépendance du Québec! Mais enfin, qu’est-ce que nous attendons pour accepter son invitation?
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2047 articles

  • 1 438 584

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 février 2012

    Boisvenu a beau être émotif, il reste qu'il a un certain nombre de convictions qui font qu'il a choisi le Parti Conservateur et/ou que le Parti Conservateur l'a choisi. Rien n'arrive pour rien au parlement, et d'une certaine manière, le meurtre de sa fille sert de prétexte pour une preuve-par-vécu : le durcissement des lois est bon parce qu'il aurait pu venger Boisvenu qui aurait aussi pu être vous et moi. Il est engagé par le Parti Conservateur à cause de son vécu, mais en même temps, Boisvenu accepterait probablement pas faire de l'opinion en public s'il se croyait pas au moins à moitié.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 février 2012

    Boisvenu ne s'est jamais remis complètement de la mort de ses 2 filles, l'une assassinée et l'autre à la suite d'un accident de la route.
    Il réagit de façon essentiellement émotive à une problématique extrêmement complexe.
    S'il fallait laisser la justice entre les mains de ces personnes, il y aurait des pendus dans tous les poteaux des villes avec parfois l'inscription : Toutes nos excuses à sa veuve, on s'est trompé!
    Pour Harpeur, tout a été dit. Si les Québécois ne comprennent pas qu'il faut sortir de ce pays de merde au plus vite pour éviter ce fou furieux, ils ne méritent tout simplement d'exister comme peuple.
    Pierre Cloutier