À qui cela profite-t-il?

L'exigence du français, un cheval de Troie?

Des critères de sélection à revoir

Tribune libre


À première vue, exiger la connaissance du français comme pré-requis pour venir s'établir au Québec semble aller de soi, dans une optique de sauvegarde de l'un des éléments de cohésion essentiels de notre culture, notre langue maternelle.

Pourtant, en y regardant de plus près, on s'aperçoit que ceux à qui cette politique profite le plus actuellement sont les Maghrébins et les Africains, deux minorités visibles pratiquant l'islamisme. En d'autres mots, cette réglementation d'accueil contribue à faire grossir le problème de société qui préoccupe à juste titre la grande majorité des Québécois. De plus, ce sont deux catégories dont les chances d'acceptation, d'embauche et d'intégration sont les plus réduites. Faut-il rappeler que plus de la moitié des 93 000 assistés sociaux de Montréal ne sont pas nés au Québec?

Les critères de sélection des immigrants doivent être revus pour tenir compte de la volonté de la population d'accueillir des candidats se rapprochant de nos valeurs fondamentales, dont l'intégration se fera sans heurts, et qui ne deviendront pas une charge permanente à la société.

Source: plus de la moitié des assistés sociaux de Montréal ne sont pas du Québec:

http://74.125.93.132/search?q=cache:Q0yrL2ObQgoJ:www.vigile.net/Pres-de-3-BS-sur-10-sont-des+66+assist%C3%A9s+sociaux+immigrants+montr%C3%A9al&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=ca


M. Pierre Curzi vient de publier son rapport sur la détérioration du français à Montréal:

http://pierrecurzi.org/sites/pierrecurzi.org/files/Le_grand_Montreal_sanglicise.pdf

Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie537 articles

  • 1 009 096

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    9 avril 2010

    En effet, nous avons échangé quatre trente sous pour une piastre.
    Cela en valait-il la chandelle compte tenu des problèmes sociaux qui pointent de plus en plus à l'horizon.