OISEAUX DU SAINT-LAURENT

L’étude de TransCanada jugée inacceptable

0ceba31ba987c74a6c307775d1f37608

Décidément, TransCanada, c'est zéro sur toute la ligne !

Même si le projet de port pétrolier de Cacouna est situé en plein coeur d’une région très importante pour les oiseaux marins, l’évaluation des impacts pour ces nombreuses espèces a été carrément bâclée, estime un biologiste spécialiste de la faune aviaire.

Les documents déposés par TransCanada auprès de l’Office national de l’énergie (ONE) concluent en fait que la construction et l’opération du port d’exportation n’auront pas d’effets significatifs sur les oiseaux qui dépendent de l’habitat maritime, des côtes et des îles de la région de Cacouna.

Le professeur Jean-François Giroux, du département des sciences biologiques de l’UQAM, estime toutefois que cette conclusion « est pour le moins prématurée, sinon non fondée ». « Les données incomplètes fournies par la compagnie à l’Office national de l’énergie relèvent soit de l’incompétence soit de la fraude intellectuelle, affirme-t-il dans une analyse transmise au Devoir. Quelle que soit la raison, il est légitime de se questionner sur la qualité des informations » transmises à l’ONE plus tôt cet automne.

M. Giroux souligne notamment que les inventaires réalisés en 2013 pour TransCanada le long du rivage et en mer ont été effectués au mois de novembre. Or, à cette période de l’année, la très vaste majorité des espèces normalement présentes dans la région sont déjà reparties.

C’est le cas du bécasseau maubèche, un oiseau de rivage désigné comme étant « en voie de disparition » en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada. Cette espèce passe par l’estuaire du Saint-Laurent entre la mi-août et la fin octobre. La région de Cacouna est d’ailleurs particulièrement critique pour cet oiseau. « Dans son document, TransCanada mentionne qu’aucun bécasseau maubèche n’a été observé lors des inventaires faits le long du rivage en 2013. Ceci n’est pas surprenant considérant que les inventaires de TransCanada ont été réalisés après le passage de cette espèce migratrice dans la région de Cacouna », explique M. Giroux.

En juillet et août, on retrouve également des regroupements de plus de 10 000 macreuses (canards plongeurs) en mue qui se reposent et s’alimentent en milieu marin tant en amont qu’en aval de Cacouna. « Ces oiseaux avaient fini leur mue et migré vers leurs aires d’hivernage au sud lorsque TransCanada a réalisé ses inventaires », souligne le biologiste.

Les données de la Banque informatisée des oiseaux marins du Québec indiquent enfin que plus de 18 000 oiseaux nichent au printemps sur des îles situées à moins de 15 km du site prévu pour le port d’exportation pétrolière. Ces aires protégées servent d’habitat à plusieurs espèces qui avaient déjà quitté la région au moment des inventaires.

Oiseaux mazoutés

Jean-François Giroux fait par ailleurs valoir qu’il n’existe aucune infrastructure au Québec qui serait en mesure de prendre en charge les nombreux oiseaux marins qui seraient mazoutés en raison d’un déversement pétrolier.

« La seule capture d’oiseaux souillés est une opération très complexe qui devient une source de stress supplémentaire pour ces animaux, souligne en outre le scientifique. Le nettoyage d’oiseaux mazoutés n’a souvent pour but que de donner bonne conscience aux pollueurs, car la survie subséquente des oiseaux réhabilités et relâchés est généralement très faible. »

Selon un rapport portant sur des « scénarios de déversement » produit pour TransCanada et obtenu par Le Devoir, un déversement de pétrole qui surviendrait à Cacouna risquerait de souiller plus de 100 kilomètres de côtes le long de la rive sud du Saint-Laurent, et ce, en à peine cinq jours. Et toute opération de nettoyage serait très compliquée en cas de présence de glace.

« Il n’existe aucune mesure de remédiation qui peut recréer des milieux naturels comme ceux utilisés par les oiseaux qui fréquentent l’estuaire du Saint-Laurent », explique M. Giroux. Pour lui, le constat est donc clair : « La seule façon de prévenir l’impact des déversements d’hydrocarbures est de réduire les risques en ne construisant pas de terminal pétrolier à Gros-Cacouna ni ailleurs au Québec. »

Pour le moment, le seul lieu envisagé par TransCanada pour la construction du port d’exportation demeure Cacouna. Sur le total de 27 lobbyistes inscrits au registre québécois, 14 ont un mandat lié à la construction de ce port.

Le porte-parole de l’entreprise, Tim Duboyce, a néanmoins souligné vendredi que la pétrolière « analyse » la situation, à la suite de la désignation du béluga comme espèce « en voie de disparition ». Le secteur de Cacouna constitue un habitat essentiel pour l’espèce, mais le gouvernement fédéral ne le reconnaît toujours pas.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé