L’éléphant d’Afrique pourrait disparaître d’ici 20 ans

43a2cc566981f094fc820d34455a90b3

De l’imminente disparition de la nation québécoise

C'est le titre d'un article qui paraît dans l'édition électronique du Devoir du 23 mars 2015. Disparation présentée comme une catastrophe. Sans doute en est-ce une.

Toutefois, nationaliste invétérée, par conséquent xénophobe et raciste et pourquoi pas ennemie même des races animales, selon les idéologues fédéralistes, détenteurs du pouvoir de vie et de mort sur le Québec, cette nouvelle m'émeut infiniment moins que l'éminente disparition de la nation québécoise, si le combat pour son indépendance ne la freine pas, si sa réalisation ne l'empêche irréversiblement.

Pour le moment c'est la progression de l'opération « Génocide en douce, » telle qu'annoncée et décrite par l'essayiste Pierre Vadeboncoeur dans son ouvrage justement intitulé Un génocide en douce. Génocide tel qu'actuellement prédit, en vue de le conjurer, par le clairvoyant et combattant Pierre Karl Péladeau.

Évidemment Le Devoir non seulement n'en fera pas sa manchette, pas même dans sa version électronique, mais trouvera le moyen de dénoncer la crainte de PKP de l'étiolement de plus en plus létal de la nation québécoise, ne serait-ce qu'à travers la plume incohérente et frustrée de Michel David, (un jour fédéraliste de service, un jour souverainiste de salon).

Et dire que Le Devoir se gargarise de son indépendance. Ce qui, en principe, dans un Québec assujetti aux décisions du pouvoir canadian, devrait en faire un journal de combat et non un quotidien servile. J'en ris pour ne pas en pleurer.

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 112 461

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    27 mars 2015

    À côté de vous, Mme Ferretti, hier soir, au Gainzbar de la rue St-Hubert, rempli à déborder, Robert Laplante s'efforçait de nous insuffler de l'optimisme sur la Cause. Il nous suggérait de devenir tous assez militants pour ouvrir les yeux de nos concitoyens: "Les hydrocarbures, c'est votre argent que les multinationales utilisent pour vous faire danser sur une plaque chauffante!" Nous aurons beau sortir à millions dans les rues pour protester, rien n'y fera, le Canada peut désormais opérer à sa guise, sans notre avis: la voie maritime lui appartient. Seul moyen, l'INDÉPENDANCE! La force d'un pays!
    Oui mais... les moins de 25 ans qui n'ont jamais entendu parler de ce projet libérateur, rappelons-le, nous voient prêcher comme des demeurés qui refusent la mondialisation. Ils sont heureux de payer pour faire partie d'un "grand ensemble" qui partage cette énergie essentielle au progrès! Ils veulent être de la majorité bruyante, les winners de ce monde: speak white, sont-ils prêts à nous répliquer quand nous parlons "petit", français, Québec international, distincts, folklore, ceinture fléchée, petite école, loser... Robert Laplante, saurez-vous trouver les mots?

  • Archives de Vigile Répondre

    25 mars 2015

    Merci à l'équipe de vigile.net de ne pas censurer.
    «Pour le moment c’est la progression de l’opération « Génocide en douce, » telle qu’annoncée et décrite par l’essayiste Pierre Vadeboncoeur dans son ouvrage justement intitulé Un génocide en douce»
    Au Québec: le pire est à venir avec 30000 avortements par année, 50% sont des filles...
    Le pardon pour l'avortement de Jacques Bompard à l'Assemblée nationale.
    http://gloria.tv/media/xTmRp3meptN

  • Yves Rancourt Répondre

    24 mars 2015

    Vous avez bien raison, madame, de parler de "génocide" de la nation québécoise. Au moment où Vadeboncoeur livrait cette réflexion dans les années '70, des centaines de milliers de québécoises étaient stérilisées, à des niveaux que l'éminente démographe et sociologue québécoise, Nicole Marcil-Gratton, qualifiait de "presque délirants". Tout récemment encore, un article du Journal de Québec signalait, chiffres à l'appui, que les Québécois sont les "champions du monde de la vasectomie. Et ne parlons pas du recours massif à l'avortement chez nous. Quelques braves ont osé délicatement soulever ces questions ces dernières années, dont Antoine Robitaille en septembre 2001, mais personne n'a voulu entendre. Je ne le souhaite évidemment pas mais j'ai bien peur personnellement que le sort de notre nation n'ait été scellé alors, l'immigration de remplacement que l'on connait aujourd'hui ne venant qu'ajouter à ce triste bilan.
    Comme pour les bélugas du St-Laurent ou les caribous du Parc de la Gaspésie, une nation qui ne sait pas se reproduire peut difficilement espérer survivre à moyen et long terme. C'est là mon humble point de vue, madame. Mes salutations respectueuses à vous.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    24 mars 2015

    "Et ce n’est pas en raison de l’immigration que nous nous sommes dit « Non » deux fois."... Voilà le fruit de la propagande! La victoire de Lord Durham!... Qu'on se soit dit NON deux fois! Plus on nous minorise (depuis l'Acte d'Union jusqu'aux nouvelles circonscriptions électorales dans l'Ouest) plus on peut nous accuser de "théorie du complot" quand on crie haut et fort à l'injustice: les référendums volés, les Commandites, les immigrants non intégrés... et surtout, la dénationalisation! Comment nous est venu « l’étiolement de plus en plus létal de la nation québécoise »?
    Le travail de sape auquel nous avions su résister fait désormais son effet sur les jeunes qui n'en peuvent plus de voir leur nation comme éternelle "loser". Ils voient leur salut dans l'assimilation aux sirènes des "winners". Ils l'ont l'affaire, les Amaraquins! Conséquence de l'abandon de l'Histoire, du français parlé et écrit, du spectacle en français, du cinéma "en langue originale obligatoire", des séries télévisées en vrac, en anglais d'abord... mépris des origines françaises, qui font kitch, des prénoms, même, qu'on donne à ses enfants, pour qu'ils s'intègrent mieux à cet avenir mondialisé.
    Quand la jeunesse a perdu son identité de peuple, elle cherche ailleurs. Zombie, elle préfère s'asseoir sur ses mains dans les salles de classe, en pleine force de sa jeunesse, tout en laissant une minorité (d'allumés) sortir dans la rue pour résister au "normalisateur". Mais zombies bien accrochés à la propagande écrasante: elle utilise même les cours de justice pour attaquer davantage les "libérateurs de peuples" déjà éclopés par la matraque de la police d'État.
    Non, nous ne nous sommes pas dit NON deux fois. Notre minorisation, depuis la conquête, nous a réduit la résistance. Au lieu d'une revanche des berceaux, il nous aurait fallu une revanche des cerveaux. Manque de vigilance, manque de prudence, perdu notre descendance. Trop de dos ronds sous les coups nous a perdu la fierté de nos enfants. Menaud se gourait: "...une race qui ne sait pas mourir!"

  • Jean-Pierre Bélisle Répondre

    24 mars 2015

    Quoi qu’aurait pu en penser Mordecai Richler, ma grand-mère a donné naissance à treize enfants. Ma mère cinq; desquels sont issus six petits-éléphants, soit une moyenne de 1,2.
    Il est vrai qu’Ici comme ailleurs, certains ont le loisir ou assez d'argent pour faire des enfants simultanément ou consécutivement avec plusieurs conjoint(e)s, mais dans le monde occidental en particulier, la tendance du taux de natalité n'est certes pas à la hausse. Et quelles que soient les qualités que nous pourrions lui attribuer ab-initio, Monsieur Péladeau ni quiconque d’ailleurs ne pourra jamais rien changer à cette donne.
    Quelle est donc la cause première de « l’étiolement de plus en plus létal de la nation québécoise » ? La révolution tranquille et la désintégration de l’Église catholique? Le féminisme? La frigidité et la dysfonction érectile? Je vous le demande.
    Je suis quant à moi de l’école philosophique selon laquelle la cause fondamentale du développement des choses et des phénomènes n'est pas externe, mais interne.
    Ce n’est pas à cause de la confédération que les patates ne poussent pas en hiver.
    Et ce n’est pas en raison de l’immigration que nous nous sommes dit « Non » deux fois.
    Demandez-le aux électeurs de la région de Québec. Demandez-le aux portoricains.
    Nous aimons « mourir dans la dignité ».

  • Archives de Vigile Répondre

    24 mars 2015

    Madame Ferretti
    Je prédis que le PQ disparaîtra de la carte si Bernard Drainville est élu chef de ce parti et qu'il ne restera que 15 années pour réaliser l'indépendance au lieu des 25 années tel que le mentionnait, la semaine dernière, M.Péladeau. Contrairement au député Villeneuve de Berthierville qui vient de joindre le clan Drainville et qui dit que Drainville est un grand rassembleur; moi j'affirme le contraire, c'est-à-dire qu'il va diviser le parti.
    Rappelez-vous, les paroles de M. Péladeau, au premier face à face des candidats à Trois Rivières, qui disait que le fédéralisme "canadian" divisait les Québécois. Drainville fait le jeu des fédéralistes, je n'élaborerai pas plus pour le moment. Et Gilles Vignault qui prédit que le français disparaîtra au Québec dans 50 ans; nous avons tout un avenir devant nous, ne trouvez-vous pas? PÉLADEAU! PÉLADEAU!
    André Gignac 24/3/15

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2015

    J'ai été abonné au journal Le Devoir pendant plusieurs années. Je me rendais bien compte que le contenu devenait de plus en plus biaisé,à saveur politique PLQuiste. Je m'en suis plaint souvent sur Vigile jusqu'au moment où quelqu'un m'a fait remarquer que je payais pour me faire raconter des balivernes, surtout au niveau des nouvelles internationales...les nationales aussi d'ailleurs. J'ai cessé mon abonnement. Le Devoir a pris une tengeante dangereuse et n'est plus du tout le journal neutre que j'avais connu auparavant. Peut-être sommes-nous moins importants que les éléphants d'Afrique.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2015

    Démographie 101
    Examinons la situation démographique au Québec.
    Le Québec décline. Comment ça? Sa population vieillit. Bientôt le ratio travailleur- personne retraité sera de 2 pour 1. Moins de travailleurs pour supporter de plus en plus de retraités.
    Si on prend une génération 1 de 100 personnes adultes (soit 48 femmes en âge de procréer), il faut que ces 48 femmes mettent au monde 2,1 enfants chacune afin que la génération 2 soit renouvelée et comprenne à son tour 48 x 2,1 = 100 personnes.
    Au Québec, la fécondité d'une telle génération 1 n'assure que 1,6 enfant par femme, la génération 2 sera donc de (100/2,1) × 1,6 = 48 × 1,6 = 77 (environ) personnes.
    Par un rapide calcul en chaîne, et en supposant un indice de fécondité constant, on peut envisager l'avenir du Québec pour les générations suivantes :
    génération 3 = (77/2,1) × 1,6 = 59
    génération 4 = (59/2,1) × 1,6 = 45 personnes, soit un 45% de la génération 1.
    "Notre civilisation a toujours su se doter de
    structures de pouvoir et de soumission,
    aussi bien politiques que culturelles (notamment grâce aux moyens de communication sociale), qui lui permettent d'imposer à l'humanité entière ses erreurs et ses excès." (Entrez dans l'Espérance, p.205)
    http://gloria.tv/media/QM1Nm22GqDN
    Le « grand remplacement » a été vivement critiqué par des démographes, des sociologues dont Raphaël Liogier, des intellectuels et plusieurs médias...
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_remplacement