ALENA

L’échec est possible

82ea2816e76e1c0744ed2f7fdbc578c0

Une évaluation très réaliste de l'état de la situation



Les négociations pour le renouvellement de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ont commencé en force, hier, à Washington. Contrairement à d’habitude, les négociateurs ont abordé d’entrée de jeu les dossiers les plus susceptibles de faire échouer le processus. Avec Donald Trump aux commandes, un tweet suffit pour mettre le feu à la baraque.





D'ici dimanche, plusieurs équipes de négociateurs représentant les trois pays signataires de l’ALENA aborderont la première phase des discussions traitant des dossiers les plus litigieux, dont l’agriculture, l’arbitrage des différends, l’exonération des droits de douane pour les voyageurs, le droit des entreprises de poursuivre les gouvernements, etc.


 

Avec des sujets aussi complexes et des enjeux aussi importants, il est inutile de préciser que les négociations risquent d’être longues et pénibles. À moins, bien sûr, qu’elles ne soient rompues abruptement. Car, contrairement au passé, cette fois l’Administration américaine ne semble pas déterminée à rechercher un accord de type gagnant-gagnant, mais à pouvoir crier victoire devant l’électorat. America first, ça passe ou ça casse !


 

Pour l’essentiel, ce sont les Américains qui ont des demandes, sur à peu près tout. Et ce sont leurs exigences qui feront l’objet des plus âpres discussions.


 

L’objectif du président Trump est simple : réduire le déficit commercial des États-Unis en facilitant la pénétration accrue des produits agricoles, culturels et manufacturiers américains, l’abolition du tribunal indépendant de règlement des différends, l’augmentation du contenu américain dans la construction des autos et un accès garanti sans obligations aux marchés publics canadiens et mexicains sans renoncer pour autant au Buy America Act… Ouvre tes portes pendant que je ferme les miennes.


 

En début de semaine, la ministre responsable des négociations pour le Canada, Chrystia Freeland, a fait connaître ses propres priorités, dont l’inclusion des ententes parallèles sur le travail et l’environnement déjà négociées du temps de Bill Clinton et le maintien d’un mécanisme d’arbitrage des différends indépendant des tribunaux américains.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir






Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé