« Je suis un citoyen américain sans pays »

Ef1d75ea80f8ce013714569672523314

Tribune libre

Le pays dont je suis citoyen n'existe plus. L'élection de Donald Trump en 2016 comme président a certifié que les États-Unis étaient devenus les Dollar$-Uni$ de l'Amérique, pour exprimer ce qui s'est passé aussi économiquement que possible.


Quel était autrefois un grand pays, un modèle de démocratie, n'existe plus. Le pays de ma naissance a été transformé en une ploutocratie obscène, un pays gouverné par un petit nombre d'hommes riches obscènes.


Trump et les hommes comme lui utilisent le patriotisme et la religion comme l'opium pour dominer et contaminer les systèmes de croyance de leurs victimes. Dans le pays de ma naissance il y a des millions de personnes qui croient à peine en la science, ne croient pas en l'évolution, ne croient pas au réchauffement climatique, ne crois pas qu'une femme a le droit à son propre corps et ne crois pas que les gens ont le droit d'aimer ce qu'ils veulent. La mentalité de ces personnes à laquelle je fais référence est extrêmement autoritaire, mais ils sont les américains qui agitent le drapeau et qui prétendent être les véritables champions de la liberté dans cet âge de Non-Vérité.


Parce que je vois la vérité comme je le fais, je déclare que je suis un citoyen américain sans pays. Le serment d'allégeance que j'ai récité des milliers de fois ne demande pas d'allégeance aux Dollar$-Uni$ de l'Amérique.


Je veux être un citoyen d'un pays où Dieu n'est pas considéré comme un Américain ou un homme, où le droit d'une femme à son propre corps est reconnu, où les femmes sont considérées comme les égaux des hommes. Un tel pays serait le point de départ pour créer un monde où tous les individus sont considérés comme des égaux et comme membres d'une même famille humaine.  Si nous ne voulons pas mourir sur les plaines des religions abrahamiques comme les victimes d'une guerre apocalyptique produite par des prophéties auto-remplies sur les soi-disant bonnes personnes et les mauvaises personnes, nous devons considérer l'humanité comme une seule famille, n’est-ce pas ?


Peut-on créer une société modèle où les femmes et les hommes et les personnes de toutes les variantes sont réellement considérés comme des membres égaux d’une même famille humaine? Le Canada ou les États-Unis peuvent-ils créer la société modèle dont le monde a besoin… alors que l'humanisme reste une idée blasphématoire ? Je ne pense pas.


Au Québec, une province où le français est plus parlé que l'anglais, l'humanisme n'est pas une malédiction, ni hérétique, ni anti-patriotique.  La laïcité est valorisée aux côtés de l'humanisme au Québec. Cela me donne plus de motivation comme un anglophone pour améliorer ma capacité à communiquer en français et à vivre dans les Cantons de l’Est, même si je suis citoyen américain. Plus important, le fait que l’humanisme n’est pas une malédiction au Québec me donne l’espoir que le Québec puisse devenir une societé modèle (et plus, un pays modèle!) d'être émulé par le reste du Canada et des États-Unis. De cette façon le Québec peut changer l'Amérique du Nord et le monde. 


[John-Jean Ofrias est l'auteur de SYNCHRONICITY BLEUE (disponible chez Amazon). C'est un roman au sujet l'avenir du Quebec. Le roman est surtout anglais au début, surtout français à la fin, et la transition fait partie de l'histoire.]


Featured 4a0b79961519f0880bc38b82aac71903

John-Jean Ofrias9 articles

  • 5 087

John-Jean Ofrias (alias John-Jean) écrit pour des publications françaises et anglaises des deux côtés de la frontière canado-américaine. Ses articles ont paru dans d'éminentes et diverses publications, telles que New York Newsday, The Montreal Gazette, Vigile.Québec, La Voix de l’Est, Indépendantes.Québec, Journal Le Tour et The Sherbrooke Record. Le 23 juin 2014, The Montreal Gazette a publié un éditorial très controversé par John-Jean intitulé : « Parlez français, ou résignez-vous à devenir américain ». Dans cet éditorial, il a exhorté les anglophones du Québec à parler français (« Parlez bleu a-t-il dit ! ») et soutenir le mouvement indépendantiste du Québec. John-Jean est un citoyen des États-Unis mais il s'identifie avec enthousiasme comme « Amériquébécois » et il n'y a pas d'autre américain qui est plus impliqué dans le mouvement indépendantiste du Québec. Il est un défenseur franc du mouvement des femmes et il était le seul homme à parler à la célébration 2016 de la Journée internationale des femmes à Montréal, parrainée par Oui-Québec. John-Jean est l'auteur de Synchronicity Bleue, un roman au sujet d'une petite ville cachée au Québec qui va déterminer le destin de l'humanité. Il est le premier roman de John-Jean et peut-être le premier roman écrit en même temps pour les lecteurs de langue anglaise et les lecteurs de langue française. Le roman est surtout anglais au début et surtout français à la fin (la transition fait partie de l'histoire). Il habite dans les univers parallèles des Cantons de l'Est du Québec et l'East End of Long Island, New York, où il est professeur de sciences sociales de l'Université d'État de New York à Suffolk County Community College. Il est actuellement en train de faire une tournée de conférences des deux côtés de la frontière Canado-USA.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé