Le français, une langue que mes enfants portent comme leur chair !

IOIOIOIOIOIOIO

La loi 101 est devenue, à mes yeux, un poème à trois chiffres!

Mettre l’imagination à l’œuvre

Y’a pas de mot pour exprimer mon attachement à la langue arabe. Je la porte en moi comme ma chair. De toutes les langues, je me sens privilégié que ce soit l’arabe qui fait partie intégrante de mon identité. De mon âme. J’ai parfois l’impression qu’elle a été programmée dans mon ADN.
Mon père enseignait l’arabe. Il lisait le Coran à haute voix. Il citait les poètes. Il écrivait des poèmes. Il me dictait des vers qui n’en finissaient pas. Très jeune, au fil de mes lectures et mes écritures, j’ai pris conscience du grand héritage culturel que cette langue transmet, de génération en génération. Plus tard, sur scène, j’ai incarné avec bonheur cet héritage dans différents personnages.
Si par malheur, ma langue arabe devait être menacée, je me batterais pour la défendre. Je crierais haut et fort, en exigeant des lois et des règles pour la protéger et pour assurer son rayonnement. Pour qu’elle demeure vivante dans les cœurs et les esprits.
Ma langue arabe, c’est ma culture, c’est mon imaginaire, c’est ma vie et celle de quelques 300 millions de personnes dans le monde.
Mon amour et mon attachement pour la langue arabe, c’est en français que je vous le dis !
C’est en français que je le déclare.
C’est en français que j’écris mon amour pour la langue arabe, parce que c’est au Québec que je vis depuis 30 ans. Parce que si la langue arabe n’est menacée nulle part dans le monde, le français au Québec décline très lentement mais sûrement. Et cela m’inquiète.
***
Les données du Recensement 2011 de Statistique Canada révèlent que le français à Montréal se parle de moins en moins à la maison. Que depuis 1986, le français en tant que langue d’usage à la maison est passé de 61,8 % à 53 %, et le pourcentage de francophones de langue maternelle à Montréal est descendu sous la barre des 50 %.
Montréal est le cœur du Québec. Tous les québécois devraient se sentir concernés par le déclin du français à Montréal.
On apprend par ailleurs qu’entre 1981 et 2010, le régime de libre choix a profité à 120 000 francophones qui ont choisi de poursuivre leurs études aux CEGEP anglais et seulement 10 000 anglophones ont choisi, dans les 30 dernières années, le CEGEP francophone.
Pourquoi le français décline-t-il au Québec et à Montréal en particulier ?
Le dossier de la francisation au Québec est depuis trop longtemps otage des partisanneries souverainistes et fédéralistes. Ce n’est pas un hasard si les fédéralistes, une fois au pouvoir, se montrent plus laxistes à l’égard des programmes de francisation et de la langue d’affichage. Ils sont incapables de dissocier la protection du français du projet souverainiste.
Ce n’est pas un hasard si les souverainistes, une fois au pouvoir, affichent leurs préoccupations du recul du français à Montréal. Ils savent pertinemment que le projet souverainiste est intimement lié à la protection du français.
Le défaut des fédéralistes est leur incapacité de concevoir la protection du français comme importante en soi. Le défaut des souverainistes (depuis une dizaine d’années) est leur incapacité de débarrasser leurs discours sur la protection de la langue d’une certaine crispation identitaire.
Les souverainistes s’inquiètent avec raison. Mais ils ne protégeront jamais le français en donnant l’impression à celui qui vient de débarquer à l’aéroport de Montréal que le sort du français au Québec dépend de lui.
Ils devraient plutôt lui offrir, si nécessaire, des cours de francisation et si possible de mettre sur son chemin des poèmes et des poètes dans la langue de Miron, de Langevin, de Laferrière, de Vigneault, de Blal, de Boucher, de Benyahia et de Benkirane. Tous des québécois et des québécoises, de toutes origines, qui font briller la langue française ici et ailleurs dans le monde.
Si les nouveaux arrivants, non francophones, doivent se sentir sérieusement concernés par la situation du français au Québec, les Québécois, qu’ils soient de souche ou d’adoption, devraient peut-être leur donner l’exemple.
Comment ? En manifestant bruyamment face aux responsables politiques leur inquiétude et en affirmant de nouveau l’urgence de consolider les mécanismes de protection de la langue. C’est ce sentiment d’urgence qui a donné naissance , en 1976, à la loi 101. C’est par le Parti Québécois que la loi 101 est venue au monde. C’est au PQ, même avec un gouvernement minoritaire, de lui redonner son souffle. De lui redonner vie.
Cependant, si la voix légale, coercitive, est très importante, même capitale, elle ne suffirait pas pour sécuriser la langue française au Québec. Pour donner aux non francophones le goût de la parler au travail et à la maison, il faut mettre l’imagination à l’œuvre pour que le français trouve une plus grande place dans leurs cœurs aussi.
En 1989, j’avais manifesté avec quelques 100 000 personnes à Montréal pour exprimer une grande inquiétude face au déclin du français à Montréal.
La même année, dans une exposition que j’avais consacrée à l’Intifada palestinienne, j’ai gravé des « IOIOIOIOIO » sur des petits morceaux de pierres que j’offrais symboliquement aux visiteurs de mon exposition. Sur les grandes pierres, j’ai calligraphié des poèmes de Langevin « Qu’à cela ne vache, qu’à cela ne chienne, ce fleuve de douleur apporta la révolte... » et de Miron « Je ne chante pas, je pousse la pierre de mon corps ».
Si je devais refaire la même démarche artistique aujourd’hui, j’irais planter ces pierres sur les murs des garderies et des CEGEPS. Voilà deux lieux où le français devrait être consolidé par la loi et par la poésie.
C’est en côtoyons des Gaston Mirons, des Gilbert Langevin, des Patrick Straram, des Denise Boucher, des Blal et des Benyahia que le Québec a trouvé sa place dans mon cœur. C’est en lisant et en disant leurs textes que la loi 101 est devenue, à mes yeux, un poème à trois chiffres.
Le Québec compte dix fois plus de poètes qu’en France. Mais où sont-ils donc ? Où se cachent-ils ? Ils sont partout sauf là où ils devraient être de nos jours. Dans nos médias, dans nos journaux et dans nos écoles.
Nous sommes loin des années 70 où les poètes faisaient la tournée des CEGEPS. Ils ne faisaient pas de discours sur l’importance de la survie du français, ils se contentaient de dire leurs poèmes. Ces rencontres cultivaient chez les jeunes la fierté de l’appartenance à une langue souveraine de ses poètes.
***
Aujourd’hui, alors que le français à Montréal est moins parlé qu’en 1989, que reste t-il de cette fierté d’appartenir à une langue qui a traversé quatre siècles de résistance... ?
Une langue belle, une langue vivante...
Une langue que mes enfants portent comme leur chair.

Featured c1b90b95f48d836a2ad7fea989740b7e

Mohamed Lotfi66 articles

  • 64 337

Journaliste et réalisateur de l'émission radiophonique Souverains anonymes avec les détenus de la prison de Bordeaux





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    @ Claude Jodoin Ing.
    Comme vous avez encore raison avec ce commentaire. Étant très politisé et indépendantiste, je trouve que la situation politique actuelle au Québec est très difficile à vivre intérieurement. Je ne peux plus ressentir cette impuissance collective du peuple québécois de ne pas vouloir se prendre en main au lieu de toujours subir cette dépendance aliénante dans le système fédéraliste "canadian".
    Et, en plus, rien ne bouge dans le bon sens; c'est tragique et pathétique! Je commence à comprendre ce que c'est de vivre son assimilation et sa disparition éventuelle à petit feu. Notre classe politique québécoise est vraiment traître et lâche!
    André Gignac 26 nov 12

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    Monsieur Lotfi,
    Je vais garder copie de votre contribution, ainsi que
    celle de madame Moreno, car ce sont les deux ultimes
    manifestations portant sur un Québec français qui se
    veut mort et incinéré. Le peuple, si nécessaire, n'en
    veut plus de sa mission historique en notre Nouveau-
    Monde. Il ne se préoccupe que de consommation immé-
    diate. Et il a les politiciens et les dirigeants
    d'affaires qu'il mérite.
    Comme vous dites si bien, il y a un contraste violent
    entre les années 60-70, ou même 80-90, et ce que nous
    voyons maintenant. J'habite hors Québec depuis belle
    lurette; cela me permet de ne pas vivre immergé dans
    cette atmosphère de veillée mortuaire qui descend de
    plus en plus sur ce qui fut l'Amérique française.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    La francisation des immigrants pourrait figurer sur la liste des promesses électorales non tenues du Parti québécois
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/364895/francisation-des-immigrants-quebec-n-est-pas-pret-a-trancher

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    25 novembre 2012

    La réalité de ce Gouvernement péquiste face à l’imposture de sa démarche politique
    [Québec réserve 100 000 $ pour un colloque
    Malgré un contexte de compressions budgétaires imposées à l'appareil de l'État, le gouvernement Marois a trouvé 100 000 $ de fonds publics à injecter dans un colloque de deux jours tenu à Paris, la semaine dernière.
    (…)
    Le coût total du colloque a été fixé au départ à 210 000 $, la France assumant sa part de la facture (110 000 $), principalement pour assurer la logistique de l'événement.
    En plus d'acquitter toutes les dépenses des conférenciers, le Québec assumera aussi la production et la gestion du site Internet de l'événement, présenté intégralement en français et en anglais. Québec acquittera aussi les frais de traduction simultanée du français vers l'anglais durant les deux jours du colloque.
    Deux réceptions étaient aussi aux frais du Québec.
    (…)
    Ce colloque, apprenait-on aussi dans le programme, devait ouvrir la porte à rien de moins qu'une «réforme des modes de vie, de notre rapport à l'Autre et au monde, autant qu'une réforme de la pensée».]
    Pour plus d’information, consulter http://divertissement.ca.msn.com/celebrites/nouvelles/qu%C3%A9bec-r%C3%A9serve-100-000-dollar-pour-un-colloque-2
    ***
    Francisation des immigrants: Québec pas prêt à trancher
    « La francisation des immigrants pourrait figurer sur la liste des promesses électorales non tenues du Parti québécois.
    Car le gouvernement Marois refuse de dire s'il va ou non respecter son engagement visant à forcer des milliers d'immigrants allophones à apprendre la langue officielle du Québec. »
    Pour plus de détails, consulter : http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201211/25/01-4597438-francisation-des-immigrants-quebec-pas-pret-a-trancher.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_politique-quebecoise_559_section_POS1
    ***
    Vive le Québec libre de caciques, de tricheurs, de mercenaires et imposteurs de la politique, de traîtres et de pilleurs des ressources fiscales et naturelles.
    JLPM

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Monsieur Lofti
    Votre texte m'a bien plu. J'aimerais bien que tous les Québécois ressentent et vivent comme vous cette fierté pour notre langue!
    André Gignac 25/11/12

  • Lucille Labrie Répondre

    25 novembre 2012

    Quelle belle lettre monsieur Lotfi, elle est pleine de sincérité!
    Mais hélas tout cmme vous je me désole de l'apathie ou de la trouille de mes compatriotes souverainistes, péquistes et des artistes jadis engagés
    Que se passe t-il, sommes-nous tellement souffrant du syndrome de Stocholm que l'on se laisse agonir à petit feu!

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Je crois que faire des changements à la loi 101 est le signal que l'on veut s’accommoder de la Charte canadienne des droits et libertés.
    La réalité est que le Québec, dans le Canada, ne devrait pas accepter des immigrants qui ne parlent pas français. Ceux-là n'ont qu'à aller dans les autres provinces, aussi simple que ça.
    Les seuls immigrants ne parlant pas français devraient être ceux qui viennent pas amour et rassemblements familiaux.
    Bref, il faut cesser d'arranger le Québec avec de la broche pour que ça tienne dans le Canada.
    Ce qu'il faut, c'est de faire un pays.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    D'un atome à un autre...
    "Ton coeur est juste, et ton âme guerrière... je suis content de vivre au même moment que toi."

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Et pendant ce temps-là la nouvelle ministre péquiste de l'immigration et responsable de la loi 101, Mme Diane De Courcy, tergiverse. Voir ici : http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201211/25/01-4597438-francisation-obligatoire-des-immigrants-quebec-tarde-a-trancher.php
    Je sens que notre ami André Vincent va piquer une autre crise betôt....et que notre ami Barberis-Gervais va trouver des excuses. Alleluiah.
    Pierre Cloutier