SNC Lavalin, le dernier et non le moindre d'une série noire

Ingénieurs ou entrepreneurs en construction?

Pourquoi on en est venu à confondre le génie-conseil avec une entreprise de construction

Bb0303719aae6c60032f527ffd6f9483

Tribune libre

L'histoire de nos grandes sociétés de génie-conseil était écrite dans le ciel depuis des décennies. Les grands projets québécois ont mis la table il y a très longtemps à une culture du "buffet à volonté", faisant monter en grade dans ces organisations les ingénieurs qui étaient plus habiles dans leurs compétences en affaires que dans leur domaine d'études qui, il faut le souligner, est souvent au niveau de la maîtrise universitaire dans l'une ou l'autre des spécialités du génie.


Le "reality check" n'en a été que plus abrupt. Espérons que la chute de SNC Lavalin, pourtant pas la moindre, mettra fin à cet hécatombe de fin de règne. L'Ordre des ingénieurs commence d'ailleurs à avoir hâte que ça se termine et travaille ardemment à redresser la barre. Ce ne sera pas facile de sortir des ornières laissées par des années de laisser-aller déontologique.


Pour revenir à ce qui était écrit dans le ciel, voyons voir. Churchill Falls, Métro de Montréal, Manicouagan, Expo 67, Baie James, Jeux olympiques, SQAE (programme québécois d'assainissement des eaux), ce sont tous des projets de grande envergure où les sociétés d'ingénierie québécoises ont fait la pluie et le beau temps. En multipliant certes les grandes réalisations, nos sociétés de génie ont pris de très mauvaises habitudes: copinage avec les politiciens, tarification au pourcentage des travaux pour la fameuse "surveillance des chantiers" et finalement associations d'affaires avec de multiples fournisseurs de biens et services du secteur de la construction pour des projets supposément "clés en mains" comme le pont Champlain par exemple. Les fondements de cette noble profession qu'est celle de l'ingénieur ont aujourd'hui cédé la place aux affaires et à la finance, sous l'oeil presque complice de nos gouvernements qui cherchaient de plus en plus à se libérer de leurs propres responsabilités dans la réalisation de grands projets.


Les petits bureaux de génie-conseil québécois, qui comportaient moins d'une cinquantaine d'employés, ont toutes été phagocitées par les gros joueurs, seuls capables de soumissionner sur de plus gros projets selon les exigences des donneurs d'ouvrage. Plusieurs de ces gros joueurs, plus agressifs politiquement, se sont fait prendre par la Commission Charbonneau et ont dû être démantelés ou vendus, leurs noms et leurs réputations étant devenus toxiques: Roche, Tecsult, Dessau pour en nommer quelques-uns.


SNC Lavalin a pour sa part essaimé plus que les autres à l'international  ce qui n'a certainement rien fait pour réduire son appétit pour les profits faciles, appris de son passé. Mais où donc était passé le génie-conseil dans tout ça? Une bien petite part dans les activités de cet ingénieur devenu entrepreneur en construction, supposé "fleuron du génie québécois" auquel même notre Caisse de Dépôt a cru bon participer.


Le temps est venu de passer à autre chose, la réputation des Québécois au Canada et peut-être même à l'international est ternie pour un bout de temps. C'est le dommage le plus important qui en résultera, une fois la poussière retombée après le passage historique de ces ingénieurs carriéristes et mégalomanes qui se sont soudainement cru tout permis.


Que nos gouvernements se le disent: en génie comme dans bien d'autres domaines qui relèvent de l'expertise professionnelle, les plus petits joueurs ont moins tendance à ce genre de choses. Ils se concentrent sur leus compétences et leur expertise pointue plutôt que de s'imaginer investisseurs, financiers, promoteurs, vendeurs, entrepreneurs, manufacturiers, lobbyistes ou même politiciens.


Parce qu'en fin de compte, pour moi, une firme de génie-conseil, c'est essentiellement une organisation qui encadre un groupe de professionnels et qui fournit à ses clients des services-conseil en génie. Une entreprise de construction peut fort bien embaucher des ingénieurs mais alors, ce n'est plus du génie-conseil.

 


Featured 2ccef7d68eddffd8a474d98e29cacd96

André Verville10 articles

  • 1 588

Géomaticien et expert en technologies géospatiales et en imagerie aérienne, André Verville a une réflexion scientifique sur plusieurs enjeux de société. Publiés à l'occasion dans le journal Le Soleil depuis quelques années, ses textes d'opinion surprennent parfois parce qu'ils amènent un point de vue qui sort souvent des sentiers battus, un peu comme la photographie aérienne nous permet de mieux comprendre la géographie du territoire. À la fois souverainiste et écologiste convaincu, il est par contre réaliste et il tente par son approche logique des enjeux politiques de notre société d'amener ses concitoyens à remettre en question certaines croyances et principes à courte vue qui à son avis sont contre-productifs pour l'avancement de ces causes. Le changement du point de vue est parfois essentiel pour mieux comprendre les choses...





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Éric F. Bouchard Répondre

    9 mars 2019

    Votre juste constat M Verville, nous devrions tous le partager. Et le mal dénoncé est si ancien et si profond qu’il devrait nous permettre de porter plus loin la réflexion. Ce que vous nous dites des ingénieurs, nous pourrions l’appliquer au monde de la santé, de l’éducation, de l’industrie culturelle et multiculturelle, des secteurs publics et parapublics.


    Depuis le tournant des années 1970, la poursuite des intérêts corporatifs, communautaristes ou personnels est à la base de notre vie collective, politique ou socioéconomique, et en conséquence, la recherche du bien-commun ne fait plus vraiment de sens au Québec.


    Vous nous dites qu’il est temps de passer à autre chose, mais à quoi? Dans un contexte post-national, en cette québécitude où la recherche du bonheur consiste à savoir mieux que les autres s’en mettre plein les poches, seul ou en groupe , qu’est-ce qu’on peut faire?