Motivons les jeunes grâce à un engagement écologique

Il ne manque qu'à peine 15% pour que le Oui l'emporte

Le secret: promettre de faire du Québec le pays le plus écologique de la planète

6fca8f930db909c20c8eda357cf226a5

Tribune libre

Bon an, mal, an, l'appui à la noble cause de l'indépendance québécoise reste stable entre 35 et 40%, ne variant pas significativement d'une année à l'autre.


Conséquemment, il suffit d'aller chercher qu'une quinzaine de points de plus pour atteindre la majorité qui nous permettra d'accéder à notre pays tant attendu.



Et c'est chose d'autant plus possible du fait que chaque vote compte. On n'a pas à remporter tout un comté à la fois pour que ça vaille la peine. Même les quelques votes Oui glanés dans les quartiers multiethniques de Montréal où il reste encore quelques Québécois de souche nous serviront à l'emporter.



Une bonne stratégie pour aller chercher ces 15% manquants consisterait à gagner l'appui des jeunes qui à leur âge sont prêts à plus d'audace, capables d'oser le beau risque, de relever le défi courageusement.



Et comme la préoccupation actuelle de la jeunesse s'est orientée vers l'écologie, une façon de les faire adhérer à la bonne cause consisterait à prendre l'engagement de faire du Québec le pays le plus écologique au monde, devançant même par son envergure les pays scandinaves qui sont généralement à l'avant-garde dans tant de domaines.



Et pour accélérer la bonne marche des choses, faisons en sorte que la prochaine élection soit référendaire. Si le Parti québécois l'emporte, c'est le processus d'indépendance qui s'enclenche automatiquement. La Grande-Bretagne a réussi son Brexit en s'extirpant résolument de l'Union européenne malgré les ronchonneux de bas acabit. Ce sera alors à notre tour de réussir notre Québexit!



Le Parti québécois doit consacrer une large part de son programme électoral à cet enjeu crucial qui saura gagner la faveur de la jeunesse, lui justifiant l'absolue nécessité de l'indépendance pour y arriver.



Ce serait la meilleure façon pour que les jeunes se sentent impliqués dans ce beau grand projet de société.



Le Québec libre, le levier d'Archimède qui nous permettra de vivre de manière éco-responsable, mieux que partout ailleurs.


Le Québec libre, pour sauver la planète!



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie805 articles

  • 1 394 750

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 390 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    22 mai 2022

    J'ai fait part par écrit de mon idée d'associer indépendance, environnement et jeunes à M. Saint-Pierre Plamondon et à l'aile jeunesse du PQ.


    L'idée semble avoir fait son chemin. On peut lire cette semaine:


    Le PQ entend rallier les jeunes en liant indépendance et environnement


    Le chef du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon sait pertinemment que c'est l'environnement qui est au sommet des préoccupations des jeunes. Et il s'agit là, selon lui, du meilleur argument pour l'indépendance.


    On ne peut pas dissocier l'indépendance et l'environnement. Seule l'indépendance du Québec nous permettra de reprendre les 2 milliards de dollars qu'on envoie en cadeaux et en subventions en Alberta en ce moment pour le pétrole et mettre ça dans la transition vers l'économie verte, dans les entreprises québécoises qui nous permettent une économie durable, une transition qui est verte et juste pour les travailleurs.


    Source: L'indépendance pour sauver l'environnement



  • Réjean Labrie Répondre

    20 mai 2022

    Les plus récents sondages sont très encourageants pour la cause de l'indépendance du Québec.


    En effet, l’aspiration à la libération nationale progresse, surtout chez les plus jeunes.



    Enquête GROP : 52,6 % des québécois pour la souveraineté-association. 40,5 % pour l’indépendance pure et simple.


    Rappelons qu’un an avant le référendum de 1995, l’appui à la souveraineté (question « dure ») se situait à 35,4% (Léger, novembre 1994). Or, 27 ans plus tard, en 2022, cet appui s’élève à 40,5% (« que le Québec devienne un pays indépendant »)


    Faits saillants :




    • 40,5% des répondants se déclarent favorables à l’indépendance du Québec. 48,6 % chez les francophones ;



    • 52,6% se disent pour la souveraineté-association. 60,5% chez les francophones ;



    • 61,9% appuient l’idée d’un statut particulier pour le Québec. 68% chez les francophones ;



    • Selon les résultats de l’enquête, les moins de 25 ans s’affichent comme de tendance souverainiste, alors que les répondants de 25 à 54 ans se révèlent plutôt de tendance fédéraliste. Toutefois, chez seuls francophones de ce groupe d’âge, le portrait est plus nuancé, allant de très faiblement souverainiste pour les 25 à 34 et croissant chez les 35 à 44 ans, puis encore un peu plus chez les 45 à 54 ans. Enfin, les 55 ans et plus présentent une forte tendance souverainiste. L’étude présente également les résultats du coup de sonde en fonction du lieu de résidence des répondants et de leur situation économique.



    • Par ailleurs, 51,2% des souverainistes considèrent qu’il serait possible de réformer le fédéralisme canadien, cette proportion passant à 68,5% chez les centristes et à 54,3% chez les fédéralistes ;



    • La reconnaissance du droit du Québec à faire sécession du Canada est partagée par 99,6% des souverainistes, 82,9% des centristes et à peine 9,4% des fédéralistes ;



    • La confiance dans la capacité du Québec d’être un pays souverain rejoint 99,6% des souverainistes, 67,9% des centristes et 6,3% des fédéralistes ;



    • 95,1% des souverainistes jugent la souveraineté faisable, cette proportion étant de 49,7% chez les centristes et de seulement 2,3% chez les fédéralistes ;



    • En ce qui concerne le sentiment d’appartenance nationale, l’étude relève que si la majorité des jeunes se définissent en tant que québécois et québécoises, ceux-ci manifestent toutefois un attachement identitaire plus faible que leurs aînés envers le Québec, et se montrent plus individualistes et pragmatiques que ces derniers. Chez les francophones, trois groupes d’âge se distinguent : 1) les 55 ans et plus, majoritairement souverainistes, affichant un fort sentiment identitaire québécois de nature symbolique ou normative et présentant des traits collectivistes ; 2) les 35 à 54 ans qui, au sein de la catégorie plus large des moins de 55 ans, se révèlent les plus enclins à appuyer le camp fédéraliste ; 3) les moins de 35 ans, qui forment un fort contingent de centristes. [Étude Cotnoir, p. 3]


    Source: https://vigile.quebec/articles/enquete-grop-52-6-des-quebecois-pour-la-souverainete-association-40-5-pour-l



  • Réjean Labrie Répondre

    16 mai 2021

    On apprend que l’ex-ministre péquiste et ancienne cheffe du Bloc québécois Martine Ouellet reprend du service et annonce qu’elle crée un nouveau parti politique, à la fois écologiste et indépendantiste.


    1- Est-ce que ce sera le parti qui ralliera les jeunes à la cause de l'indépendance, selon l'hypothèse de mon article?


    2- Est-ce que Mme Ouellet ira chercher les indépendantistes qui ont voté nombreus pour la CAQ pour ses prétentions nationalistes?


    3- Est-ce qu'elle rapatriera les partisans du PQ qu'on dit moribond?


    4- Est-ce qu'elle ira chercher les jeunes indépendantistes qui ont commis l'erreur de voter Québec solidaire, aux prises avec des cellules activistes radicales ouvertement anti-québécoises et pro-islamique. La motion de blâme envers le dangereux Collectif antiraciste décolonial (CAD) a été adoptée dans une proportion d’environ 81%, samedi, lors du Conseil national de Québec solidaire. 


    Si Mme Ouellet réussit à réunir tout ce beau monde éparpillés à 4 endroits sous la nouvelle bannière, il est permis d'espérer pour le mieux pour la cause.