<i>Back to the future</i>

Le Québec renouerait-il avec le bipartisme ?

Chronique de Louis Lapointe


En ouvrant mon journal ce matin, j’ai eu l’impression de retourner 25 ans
en arrière. Comme dans le bon vieux temps, nous reviendrions à deux grands
réseaux français de télévision et deux grands partis politiques au Québec.
Le Québec renouerait-il avec le bipartisme ?

Dans une telle perspective, la popularité grandissante de Jean Charest
serait moins le résultat de son apparente et présumée métamorphose, que
celui d’un changement plus profond de l’humeur des Québécois. La popularité
de Jean Charest et de son parti n’en serait pas la cause, mais plutôt le
symptôme.
Lors des élections de 2003, le vote de Mario Dumont s’était écrasé à la
dernière minute pour permettre l’élection des libéraux de Jean Charest.
Bernard Landry était alors un adversaire suffisamment coriace pour
provoquer une polarisation des votes chez ses adversaires qui ne
souhaitaient pas la réélection d’un gouvernement du Parti Québécois.
Exactement l’inverse de ce qui s’est passé en mars 2007, où Boisclair était
perçu comme une personnalité trop faible pour entretenir cette polarisation
entre le PQ et le PLQ, permettant ainsi aux fédéralistes fatigués de donner
leurs votes à l‘ADQ de Mario Dumont sans que cela cause nécessairement la
défaite des fédéralistes de Jean Charest.
C’est probablement l’arrivée de Pauline Marois qui a changé cette donne.
Perçue d’abord comme une femme qui a de la poigne, les fédéralistes au sein
de l’ADQ de Mario Dumont ont vu son arrivée comme une menace pour la
réélection des forces fédéralistes au Québec. C’est donc moins la faiblesse
de l’équipe de Mario Dumont ou la nouvelle image de Jean Charest qui
provoquerait cette nouvelle polarisation entre le PQ et le PLQ, mais bien
le danger que représenterait la venue de Pauline Marois pour les forces
fédéralistes.
Tous les observateurs reconnaissent qu’elle a la capacité
d’aller chercher le vote mou des autonomistes, la stratégie qu’elle
emploiera pour les attirer étant probablement la clé de voûte du succès
qu’elle récoltera. Nul doute que les sondages de l’automne dernier ont
accrédité cette thèse au moment même où elle proposait ses deux projets de
loi sur la citoyenneté et la constitution du Québec. On a vu l’opinion
publique réagir immédiatement, d’un bord comme de l’autre, l’ADQ en étant
la principale victime.
Pour que mon hypothèse se vérifie, l’ADQ devrait normalement voir son vote
continuer à s’effriter au cours des prochains mois et la prochaine vague à
quitter le navire adéquiste devrait probablement être composée
d’autonomistes qui iraient sûrement rejoindre le camp du PQ. Si l’on tient
compte du taux de satisfaction envers le gouvernement des Libéraux de Jean
Charest de l’ordre de 41% et des 37% d’appuis au PLQ, la convergence de ces
deux données pourrait signifier que les Libéraux auraient atteint le
maximum de votes disponibles chez les fédéralistes.
Compte tenu de cette polarisation du vote fédéraliste dans le camp du PLQ,
si les libéraux déclenchaient une élection aujourd’hui, il pourrait
probablement compter sur cette convergence de 40% du vote, ce qui
provoquerait automatiquement l’effondrement du vote adéquiste. S’il y a bel
et bien une polarisation du vote qui émerge présentement au Québec, le PQ
devrait également en tirer profit et aller chercher lui aussi une
importante tranche des appuis à l’ADQ, entre 5% et 10% de l’électorat. Ce
qui positionnerait le PQ et le PLQ à égalité avec chacun 40% du vote. À la
vitesse que s’effectue le dégonflement de l’ADQ, cette conjoncture devrait
se manifester assez rapidement, une élection accélérant probablement ce
processus.
Or c’est justement dans le contexte d’une polarisation des débats que les
scandales font le plus mal à ceux qui les ont provoqués. Tous se
souviendront que l’affaire Oxygène 9 n’avait eu que peu de conséquences sur
les appuis à Bernard Landry lorsqu'elle avait été révélée au grand public,
mais la brèche était suffisamment grande pour qu’elle devienne une faille
lors des élections qui ont suivi. C’est ce qui risque d’arriver à Jean
Charest aux prochaines élections lorsque les électeurs se demanderont s’ils
doivent lui accorder un troisième mandat. Le doute fera inexorablement son
chemin auprès des électeurs qui auront alors suffisamment de raisons pour
ne pas lui accorder une troisième fois leur confiance.
Les frasques et les cachotteries de Jean Charest, si elles sont bien
exploitées par ses adversaires, ne pourront alors que jouer contre lui. La
même médecine devrait être servie aux conservateurs de Steven Harper. Si les
électeurs pardonnent rapidement les mauvaises décisions prises de bonne
foi, ils sont plus chatouilleux lorsqu’il s’agit de scandale. À preuve, le
Bloc québécois a pu faire deux élections consécutives en capitalisant sur
ce sujet. Les péquistes et les bloquistes devraient normalement exploiter
ces opportunités pour affaiblir de concert leurs adversaires respectifs.
Morale de l’histoire: Jean Charest ne devrait donc pas trop se fier à ce
que lui disent les sondages pour décider d’aller rapidement en élection. Il
y a de fortes chances que nous assistions présentement à une polarisation
des forces en présence et une élection rapide ne pourrait qu’accélérer ce
processus duquel il n’est pas certain que le PLQ ressortirait gagnant.
Louis Lapointe
Brossard
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 839 614

Chroniqueur et avocat à la retraite, l'auteur a été directeur de l'École du Barreau du Québec, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2008

    S.V.P, ajouter à la fin du premier paragraphe de mon texte-réponse intitulé Le bipartisme, une nécessité impérieuse, cette précision : comme intité nationale. (après de ...afin d’éviter leur disparition)
    Merci, Jean-Louis Pérez

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2008

    Le bipartisme, une nécessité impérieuse
    L'État qui donne la possibilité de disperser la représentation politique des citoyens en plusieurs groupes, tôt ou tard se verra immergé dans l'anarchie sociale
    Pour régler la question de la pleine souveraineté de la Nation québécoise vers son statut de pays, il est essentiel que le bipartisme entre deux forces antagonistes (l'une fédérale, le PLQ, et l'autre souverainiste, le PQ) puisse se maintenir, comme ce fut depuis la prise du pouvoir en 1976 par le PQ jusqu'aux dernières élections de 2007. Et cela, afin d'assurer que les Québécois francophones à l'Assemblée nationale continuent à détenir le pourcentage de 90% qu'ils possèdent depuis 1940, ce qui a facilité de manière déterminante l'accès au réveil national conduisant à la Révolution tranquille. La dispersion des votes entre plusieurs partis marginaux et de toute provenance donnerait alors un «coup de mort» à la survie de cette nation singulière, car l'atomisation de ces votes serait un lest pour atteindre, le plus tôt possible, le statut de pays que les Québécois nécessitent impérieusement afin d'éviter leur disparition.
    Les paragraphes suivants, provenant de mes écrits antérieurs, peuvent servir à expliquer en synthèse la convergence des positions argumentaires concernant l'unité que néccesitent les Québécois pour éviter la perversion et l'anarchie exposées dans les thèses La 3ème vague et Le changement du pouvoir de Elvin Toffler, qui se résument en la mondialisation sauvage et au pillage global :
    Il est temps que le PQ soit contrôlé par des directives cohérentes sous une seule et unique responsabilité organisationnelle. Les citoyens, les membres du PQ et les sympathisants de celui-ci ne feront majoritairement confiance à ce parti que lorsque les propositions politiques d’envergure seront débattues de façon interpersonnelle au lieu de les faire de manière collégiale et stratégique.
    C’est justement la fragmentation militante du PQ qui rendrait inutilisables la force politique et la crédibilité qui lui sont propres, ce parti étant l’unique mouvement souverainiste représenté à l’Assemblée nationale et ayant des atouts essentiels pour réaliser la pleine liberté du peuple québécois.
    Seule la convergence de la majorité des Québécois vers leur statut de souveraineté nationale peut résoudre la crise de division sociale et politique que nous vivons aujourd’hui au Québec, afin d’éviter des lendemains beaucoup plus instables socialement et économiquement, dus à la mondialisation et aux pillages des ressources fiscales et naturelles du Québec.
    Jean-Louis Pérez
    ***
    Vive le Québec libre de caciques, de tricheurs de la politique, de traîtres et de pilleurs des ressources fiscales et naturelles