Hitler chez les Québécois

3a79eb2b916eaca51112d7d16e0fa0f6

« Le fédéralisme nous civiliserait, il nous permettrait de refouler nos bas instincts et de vivre selon des standards démocratiques inatteignables par nous-mêmes. »



Laissés à eux-mêmes, les commentateurs du Canada anglais finissent toujours par faire un lien entre le Québec et Adolf Hitler. Ils ne peuvent pas s’en empêcher. C’est leur manière de dire ce qu’ils pensent au fond d’eux-mêmes du nationalisme québécois, même dans sa forme la plus raisonnable. On l’a vu depuis une semaine dans le cadre de la campagne fédérale.


Petit rappel : Yves-François Blanchet a terminé le Face-à-Face TVA mercredi dernier en reprenant une phrase de la célèbre et magnifique chanson de Stéphane Venne, « À partir d’aujourd’hui, demain nous appartient », qui avait accompagné l’élection du PQ, en 1976.





Chanson


C’est d’ailleurs ce qu’a dit Blanchet, mot pour mot : « Demain nous appartient ». Ceux qui ont un peu de mémoire politique ont compris le clin d’œil. Les autres n’ont rien vu passer.


Mais la presse canadienne-anglaise a décidé de voir les choses autrement. Blanchet n’aurait-il pas plutôt évoqué une chanson nazie tirée du film Cabaret, Tomorow Belongs to Me ? N’aurait-il pas avoué ainsi secrètement sa sympathie pour le IIIe Reich ? À tout le moins, la question se poserait, a-t-on pu comprendre !


Mais non, la question ne se pose pas ! Soit dit en passant, ce n’est pas la première fois qu’on fait le coup aux Québécois. Mordecai Richler en 1976 avait lancé la même accusation en accusant le PQ de reprendre des chants hitlériens !


Les plus « ouverts », dans le commentariat canadien-anglais, ont rejeté l’accusation tout en laissant comprendre que la formule de Blanchet était ambiguë. Comment ça, ambiguë ? Doit-on comprendre que les Québécois ne devraient plus faire référence à leur propre histoire de peur que les journalistes du Canada anglais, qui l’ignorent, ne la déforment en l’interprétant ?








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Le Canada anglais devrait plutôt faire preuve de prudence lorsqu’il parle du Québec.


Cette manie de nous soupçonner du pire était aussi visible avant-hier lors du débat en anglais. Une journaliste, Althia Raj, a ainsi posé une question exceptionnellement biaisée à propos de la loi 21 sur la laïcité en la présentant comme une loi discriminatoire et en demandant aux chefs s’ils allaient avoir le courage de l’affronter. C’est ce qu’on appelle du journalisme militant, biaisé et orienté.


On retrouve là la vieille thèse du père Trudeau, reprise par Trudeau le petit : laissé à lui-même, le Québec serait tenté de persécuter ses minorités et se laisserait aller à une dérive ethnique et autoritaire.


Le fédéralisme nous civiliserait, il nous permettrait de refouler nos bas instincts et de vivre selon des standards démocratiques inatteignables par nous-mêmes. Pour cela, Ottawa doit nous surveiller, nous gronder, nous punir, cela, toujours pour notre bien.


Condescendance


On aurait envie de leur dire : mêlez-vous de vos affaires et cessez de croire que votre pays représente la prochaine étape dans l’histoire du progrès humain. Arrêtez de croire à votre supériorité morale. Arrêtez de croire que votre pays est immaculé comme une carte postale de la capitale fédérale.


On leur dira plutôt un jour : adieu, ce pays n’est pas le nôtre. Nous n’avons pas besoin de votre permission pour exister.