Le coup d’État du 19 mars 2007

Est-ce que les Québécois peuvent être achetés, et à quel prix?

Il ne s’agit pas de comptabilité, mais de fierté pour un peuple qui en a assez de se faire traiter de quêteux

Québec 2007 - Tribune libre de Vigile

Par Jean-Yves Papineau
J'aimerais soumettre pour publication une étude que j'ai réalisée sur le
déséquilibre fiscal.
Le dépôt d'un budget fédéral aux derniers jours d’une élection
démocratique au Québec va en révolter plus d’un.
Le National Post du 15 mars prétend que le Québec recevra dans ce budget
un montant additionnel de un milliard et demi à deux milliards de dollars
répartis à peu près également entre un ajustement à la péréquation
(obligation constitutionnelle) et de nouveaux paiements de transfert
(discrétionnaires).
Comme on le sait, le Québec réclamait un versement de trois milliards neuf
cents millions à même les surplus du Canada qui s’annoncent à environ dix
milliards pour 2007.
Avant d'aller voter, je crois qu'il serait dans l'intérêt de vos lecteurs
et de tous les Québécois de comprendre les implications profondes de ce
sujet plutôt rébarbatif que j'ai essayé içi de vulgariser.
----

Face à un déni cynique du processus démocratique, si ce n'est une arnaque
comme celle d’Option Canada en 1995, il sera sans doute difficile pour les
opposants dans la course électorale en cours d’endosser toute cette analyse
car les cadeaux annoncés les aideront à justifier le coût de leurs
promesses.
Mais les vrais enjeux d'un Québec fédéraliste, autonome ou souverain
auront été posés.
Car il ne s’agit pas de comptabilité, mais de fierté pour un peuple qui en
a assez de se faire traiter de quêteux.

Quels sont les vrais enjeux?

Compétences constitutionnelles, déséquilibre fiscal et dette du Québec
La dette
La question de la dette a quitté les manchettes et les mécanismes de son
remboursement éventuel par le Fonds des générations semblent presque faire
consensus.
Malheureusement, le gouvernement s’en donne bonne conscience pour
continuer à contracter des dettes. Il dira que ce sont des investissements
et donc de bonnes dettes. On dira aussi qu’une bonne part de ces
investissements proviennent de transferts obtenus de chaude lutte du
gouvernement fédéral.
On passera sous silence que ces transferts sont de durée limitée,
arbitraires et conditionnels au respect de normes et de procédures
fédérales, très souvent imposées dans des domaines et champs de compétence
constitutionnelle exclusive du Québec. On oubliera aussi de dire que c’est
en bonne partie cette sujétion au bon vouloir ou aux mauvaises intentions
des ministres et de la bureaucratie fédérale qui, en fermant le robinet des
transferts discrétionnaires, ont pelleté leur recherche de l’équilibre
budgétaire et de la réduction de la dette fédérale dans la cour du Québec.
Dès le début des années 1970, ils ont ainsi contribué puissamment à la
mauvaise dette du Québec, qualifiée vicieusement de dépenses d’épicerie et
de cadeaux aux fonctionnaires québécois. Ces déficits québécois avaient au
moins le mérite d’alimenter les dépenses de consommation des bénéficiaires
sociaux comme des fonctionnaires, contribuant au moins et d’une façon
importante au Produit intérieur brut québécois (PIB).
Les surplus des budgets Martin et Harper appliqués à la réduction de la
dette fédérale plutôt qu’aux transferts au Québec ont par contre un aspect
proprement scandaleux. Les Québécois ont contribué à rembourser la mauvaise
dette et les dépenses d’épicerie fédérales ayant servi, entre autres, à
financer les prébendes identifiées par le juge Gomery et les salaires des
hauts fonctionnaires et des sénateurs qui, comme on le sait, en majorité ne
vivent pas au Québec et ne contribuent pas à son PIB. À cause des coupures
de transferts fédéraux ainsi engendrées, les Québécois ont payé une seconde
fois par des impôts québécois plus élevés et une dette plus importante.
On doit en tenir compte quand on impute au Québec une part de la mauvaise
dette fédérale.
Le rythme du saccage s’est accéléré quand le Parti québécois a pris le
pouvoir une première fois en 1976 et c’est devenu la guerre ouverte à son
retour au pouvoir et par la suite, à la quasi-victoire des souverainistes
au référendum de 1995.
On verra que monsieur Parizeau aura beaucoup de difficultés à trouver les
ressources propres et devra recourir aux emprunts pour mener la politique
keynesienne classique pour relancer l’économie et l’emploi. Il fallait
d’urgence amorcer la pompe par des investissements et des dépenses de
consommation pour contrer l’augmentation du chômage au Québec due aux
effets du ralentissement de l’économie mondiale.
Compétences, dette et déséquilibre fiscal, d’hier à aujourd’hui
En formulant stratégie et tactiques dans la conjoncture actuelle, les
Québécois peuvent emprunter au passé.
En particulier il faut se rappeler que la grande transformation du Québec
débutée en 1960, connue sous l’euphémisme de révolution tranquille, a été
en effet le début de la décolonisation tranquille, à la fois à l’endroit
des marionnettistes canadiens de la haute finance et du gouvernement
fédéral canadien.
Le Québec était fort de la flexibilité de son propre régime d’imposition,
établi en 1954, et de son faible endettement, tous deux des héritages du
premier ministre Maurice Duplessis : celui de "rapatrier notre butin".
Arrive ensuite une grande capacité d’autofinancement grâce à la Caisse de
dépôt et placement du Québec dont la création fut arrachée de haute lutte
au gouvernement Pearson, alors minoritaire.
Aiguillonné par ses ministres Paul Gérin-Lajoie et René Lévesque et son
équipe comprenant Claude Morin et Claude Castonguay, le premier ministre
Jean Lesage, celui de "maître chez nous", a alors exigé du gouvernement
Pearson la fin des “programmes conjoints” par lesquels Ottawa cherchait à
infantiliser le Québec dans les champs de ses propres compétences. En leur
place, monsieur Lesage exigea et obtint en avril 1964 le transfert de
points d’impôt pour une valeur équivalente. L'assiette fiscale du Québec
dans l'impôt des particuliers passa alors de 18% à 47%. C’est aussi la
base de l’actuel “abattement de 16.5%” accordé aux contribuables québécois
dans l’impôt fédéral.
Compétences québécoises violées, des solutions
Aujourd’hui, on assiste à une mascarade où du côté du nouveau ministère
conservateur, on promet un rôle international au Québec dans des
institutions qui n’accueillent que des États souverains. On promet un
règlement au déséquilibre fiscal tout en reniant des transferts déjà agréés
en faveur du programme de garderies. On promet le respect des compétences
provinciales tout en faisant revivre le paiement direct aux familles,
plagiat des anciennes allocations familiales.
Du même souffle, M. Harper dit: “Réglons la question du pouvoir fédéral de
dépenser dans des domaines de compétences des provinces”.
Bien entendu le Québec pourrait même aller jusqu’à réclamer que cette
interdiction du pouvoir fédéral de dépenser dans des domaines de
compétences des provinces soit reconnue dans la Constitution. Si elle ne
l’est pas, c’est qu’Ottawa et le reste du Canada refusent le caractère
distinct du Québec, avec tout ce que cela suppose quant à la réactivation
du dossier constitutionnel.
Pistes de stratégie
Pour le Québec, il est impératif de bien articuler les dossiers de la
dette, du déséquilibre fiscal et du rapatriement des compétences
constitutionnelles.
Que ce soit dans son statut actuel de province parmi douze autres, comme
dans le Conseil de la Fédération, ou dans l’éventualité de la souveraineté
avec le plein contrôle par le Québec de ses compétences nationales et
internationales, de ses finances et de sa fiscalité.
Plusieurs scénarios sont possibles:
1.- laisser perpétuer et s’accélérer l’envahissement des compétences
reconnues par la constitution canadienne.
2.- accepter le statu quo des transferts discrétionnaires et de la
dépendance servile.
3.- s’y objecter et risquer d’être accusé de priver le Québec de la juste
jouissance de ses impôts perçus par Ottawa.
4.- ou entre les deux, faire une bataille, cas par cas, pour limiter les
dégâts ou, à tout le moins, pour éviter de céder des victoires faciles à
l’autre côté.
Ce sont là des mesures défensives où on laisse l’initiative aux
fédéralistes centralisateurs à Ottawa et à leurs taupes qui seraient à
Québec.
Or il existe une stratégie pro-active qui, qu’elle réussisse ou qu’elle
échoue, aurait des retombées positives pour le Québec.
Il existe en effet une occasion inespérée fournie par le premier ministre
Harper. Il a promis d’évacuer les champs de compétence provinciale et de
régler le dossier du déséquilibre fiscal, en ajoutant astucieusement, sujet
au consensus (improbable) des provinces!!!.
Les Québécois, comme Jean Lesage il y a quarante ans, pourraient exiger
diverses conditions pour accorder leur support au gouvernement minoritaire,
par exemple lors du dépôt du budget du 19 mars 2007 et de la prochaine
élection fédérale.
Voici quelques scénarios, sujet à chiffrer les budgets de chacun, avec la
source des fonds:
- Ottawa ignore les objections de certaines provinces, et adhère à la
proposition du Québec pour la nouvelle formule de calcul de la péréquation
et du transfert social. Source: le surplus fédéral.
Tant que le Québec fait partie du Canada, la péréquation, telle
qu'inscrite dans la constitution, continue à courir.
- Ottawa tranfère des points d’impôt au Québec équivalant aux transferts
statutaires et discrétionnaires actuels, comme en santé, en éducation (à
venir), en formation de la main-d’oeuvre, etc. Source: les budgets
réguliers du Canada pour ces empiétements anciens et actuels.
- Ottawa transfère des points d’impôt au Québec correspondant à la somme
des dépenses unilatérales du gouvernement fédéral, directement ou
indirectement à travers ses agences et fondations, dans les domaines de
compétence du Québec. On se réfère aux calculs et à l’étude récente de
Jacques Léonard pour le Bloc Québécois. Source: les budgets réguliers du
Canada pour ces empiétements.
- Ottawa cède au Québec des points d’impôt pour les autres composantes du
déséquilibre fiscal, en sus de celles mentionnées ci-haut, telles
qu’identifiées et chiffrées dans le rapport sur le déséquilibre fiscal
(Séguin), validées par l’étude du Conference Board du Canada et consolidées
dans le projet de budget du Québec souverain par François Legault.
- Logiquement, Ottawa transfère aussi les points d'impôt équivalant aux
coûts d'administration de ces programmes et abolit la présence au Québec
des organismes correspondant à ces transferts de points d’impôt.
Il en résulte cependant un gain net moindre qu’en apparence puisque le
Québec voudra assumer le coût des services qu’il jugera utiles et qui ne
font pas double emploi avec ses propres programmes. En somme, ces
transferts de points d’impôt ne représentent qu’une faible ponction sur les
surplus faramineux accumulés sur le dos des provinces par le gouvernement
fédéral. Plusieurs se trouvent déjà dans les budgets réguliers des
ministères et organismes fédéraux visés.
Noter que, selon les médias, le transfert de points d’impôt pour régler un
certain déséquilibre fiscal était la position originale du Gouvernement du
Québec de Jean Charest. Il aurait reculé devant les oppositions soulevées à
son Conseil de la Fédération réuni à Montréal le 11 avril 2006. La
solution qu’il se résignerait à accepter, soit une augmentation des
paiements de transferts en espèces, consisterait ainsi à troquer une plus
grande autonomie fiscale pour une plus grande dépendance au pouvoir fédéral
de dépenser, tel que confirmé par l’avis complice de la Cour suprême du
Canada.
Conclusion
Pour les Québécois, que cette stratégie, en tout ou en partie, soit
victorieuse ou subisse un échec, ils en sortent gagnants.
Si M. Harper accepte de transférer des points d’impôt, on pourra dire que
c’est grâce à l’action conjuguée de tous les Québécois qui, les premiers,
les auront réclamés et donc obtenus.
Si Ottawa se braque comme précédemment, c’est aussi une situation gagnante
parce que les Québécois auront compris la duplicité de ceux qui veulent
perpétuer leur dépendance en les soumettant à l’arbitraire des Princes qui
résident à Ottawa et à Toronto.
Et pour le Canada-hors-Québec, féru des précédents qui sous-tendent son
“common law”, on peut toujours invoquer les précédents Duplessis et
Lesage.
(1) Entente Lesage-Pearson d'avril 1964.

Voir: Claude Morin, Mes premiers ministres, Boréal 1991, ch.6 p.141.

(On dit que ce recul de Pearson fut le déclencheur qui amena P. E. Trudeau
et ses amis, “les trois colombes”, à courir au secours du Canada).
***
Jean-Yves Papineau

Mont-Tremblant

Diplomate du Québec,

Paris, Edmonton, HongKong,

à la retraite
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/spip/) --


Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    20 mars 2007

    Êtes-vous sérieux? Un coup d'état? Moi ce que j'ai vu, c'est un gouvernement fédéral déposer son budget comme il le fait à chaque année. Et j'ai vu une campagne électorale qui se poursuit depuis quelques semaines. Les Québécois que je connais sont tout à fait capables de faire la différence entre les deux. Ce n'est pas le cas pour ceux que vous connaissez? Et si vous pensez que les Québécois se détournent de l'indépendance pour quelques dollars, c'est qu'il n'y attacheraient pas une grande importance. Vous ne trouvez pas? Ça devrait vous amener à vous questionner. Pourquoi n'accorde-t-il pas de valeur à cette fameuse indépendance que vous chérissez tant? Je sais, vous avez une réponse toute faite, c'est parce qu'ils n'ont pas encore compris. Et pourquoi donc, si les jeunes sont en grande proportion souverainistes, l'option ne progresse-t-elle pas depuis 1995? Est-il possible qu'il y en ait plusieurs comme moi qui quittent le bateau autour de la mi-trentaine?