ÉDITORIAL

Énergie Est, le pipeline à oublier

14e0e72e8689565dbf65b55ec969b586

Le Devoir aurait dü prendre position plus tôt



À la demande de TransCanada, l’Office national de l’énergie (ONE) accepte de suspendre l’examen du projet de pipeline Énergie Est jusqu’au début d’octobre. De la suspension à l’annulation définitive, il n’y a qu’un pas que la compagnie devrait franchir, pour des raisons environnementales autant que financières, sociales et même politiques.





Dans le communiqué publié jeudi dernier, TransCanada justifie sa demande de suspension des audiences de l’ONE par la nécessité de procéder à « une analyse plus minutieuse des changements récemment annoncés par l’ONE en ce qui a trait à la liste des enjeux et des aspects environnementaux des projets, tout en évaluant l’impact de ces changements sur les coûts, l’échéancier et la viabilité des projets ». Malgré le style bureaucratique, tout est là.


 

Rappelons que l’ONE a décidé, le mois dernier, de prendre en compte les gaz à effet de serre (GES) émis au moment de l’extraction et de la consommation du pétrole transporté par ce nouveau pipeline. Il s’agissait là d’une grande victoire pour les environnementalistes, qui ont toujours soutenu que le projet allait favoriser une augmentation nette de la production de pétrole et ainsi nuire à l’atteinte des engagements canadiens contenus dans l’Accord de Paris.


 

Pour le Québec, l’annulation possible du projet Énergie Est une bonne nouvelle puisque ce pipeline n’aurait que des retombées économiques à court terme, le temps d’enterrer les 625 km de tuyaux utilisés pendant les soixante prochaines années au moins.


 

Une petite fraction seulement de ce pétrole destiné à l’exportation aurait été raffinée à l’une ou l’autre des installations existantes le long du parcours total de 4600 km qui sépare l’Alberta du Nouveau-Brunswick.


 

Or, depuis que le président Trump a signé le décret qui redonne vie à l’autre grand projet de pipeline de TransCanada, Keystone XL, et qu’Ottawa a donné son aval à celui de Kinder Morgan pour exporter vers l’Asie, Énergie Est retombe au bas de la liste des priorités.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé