Élections fédérales: Legault n’hésitera pas à intervenir

3e8d306ba9fb6beeb70f89319d379767

« Les provinces ont le droit d’utiliser ce qu’on appelle la clause dérogatoire. »





RIVIÈRE-DU-LOUP | François Legault n’hésitera pas à interpeller les chefs de partis fédéraux durant la campagne électorale en cours, comme il l’a fait mercredi sur la laïcité.


Comme ses prédécesseurs lors des dernières campagnes électorales, le premier ministre Legault déposera au cours des prochains jours une liste de demandes sur lesquelles il invitera les chefs de partis politiques fédéraux à se prononcer. 


Mais M. Legault ne se gênera pas ensuite pour commenter les déclarations des chefs fédéraux, au-delà de la «liste d’épicerie» traditionnelle. «S’il y a d’autres sujets qui se présentent qui nécessiteraient des éclaircissements et des demandes additionnelles aux partis fédéraux, on le fera», a-t-il affirmé à l’ouverture du caucus de sa formation politique en vue de la rentrée parlementaire. 


La veille, M. Legault avait exigé que les chefs de partis fédéraux s’engagent à ne pas appuyer une contestation judiciaire de la loi sur la laïcité, qui interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État. En déclenchant les élections fédérales quelques heures plus tôt, le premier ministre Justin Trudeau avait déclaré qu’il ne comptait pas «pour l’instant» intervenir dans une telle contestation judiciaire. 


«Je leur demande de s’engager, pas juste pour l’instant, pour de bon, à ne jamais contester la loi qui interdit les signes religieux pour les personnes qui sont en autorité», avait répliqué le premier ministre Legault, en semblant viser son homologue fédéral, sans le nommer. 


Une question de respect


Questionné sur sa sortie de la veille, François Legault a expliqué jeudi qu’il comptait «défendre les intérêts des Québécois» durant la campagne électorale. 











Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.






«Au cours des prochains jours, je ferai d’autres demandes où, peut-être, certains chefs se sentiront plus visés que d’autres. Mais mes demandes s’adressent à tous les chefs fédéraux», a précisé le premier ministre Legault. 


Même si la loi sur la laïcité est déjà contestée devant les tribunaux par le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civiles, M. Legault estime qu’une participation du gouvernement fédéral irait à l’encontre de l’autonomie des provinces. 


«C’est une question de respect des décisions de l’Assemblée nationale, dit-il. C’est important, pour certains sujets, de respecter l’autonomie des provinces. Les provinces ont le droit d’utiliser ce qu’on appelle la clause dérogatoire. Je pense que c’est une décision très légitime qui ne devrait pas être contestée par le gouvernement fédéral.»