Option Canada

Duceppe demande des comptes à Harper

Option Canada


Gilles Duceppe continue à considérer les révélations sur Option Canada comme un complot fédéraliste, parce qu'il impliquait aussi bien des conservateurs que des libéraux.
En tournée à Québec, le chef bloquiste a cité les déclarations du conservateur Peter White, qui était président du Conseil de l'unité canadienne (CUC) en 1995.
En entrevue au quotidien The Gazette, Peter White a affirmé que la création d'Option Canada visait bel et bien à injecter de l'argent dans la campagne référendaire du camp du non.
Dans cette entrevue publiée mercredi M. White affirme que la création d'Option Canada « a été faite à toute vitesse » et que c'était « clairement une façon de refiler de l'argent (« to funnel money ») au camp du non dans la campagne référendaire.
M. White explique également qu'Option Canada a été créé après que Revenu Québec et Revenu Canada eurent fait savoir que le Conseil pour l'unité canadienne perdrait son statut d'organisme de charité s'il s'engageait dans des activités partisanes.
Gilles Duceppe croit que Stephen Harper ne peut plus minimiser l'implication de son parti. Il demande au chef conservateur d'exiger des explications des membres de son parti qui auraient été impliqués dans les activités d'Option Canada.
Le chef du Bloc a aussi tenu à préciser que ce n'est pas le Parti conservateur, mais le Bloc québécois qui a demandé à la vérificatrice générale de faire enquête sur Option Canada.
Rassemblement à Québec
En soirée, le chef bloquiste a fouetté ses troupes lors d'un rassemblement souverainiste, à Québec.
Rassemblement du Bloc à Québec
Il est une fois de plus revenu à la charge contre Stephen Harper, dont le parti espère faire une percée dans la région.
Selon M. Duceppe, le Parti conservateur est dirigé depuis Calgary et est contre le soutien au développement régional. Il a de plus accusé le chef conservateur d'être à la solde des intérêts pétroliers albertains.
En outre, il a reproché à Stephen Harper de vouloir participer au projet américain de bouclier antimissile et d'être contre le protocole de Kyoto.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé