DSK. On ne condamne pas la Haute criminalité

Tribune libre

Maintenant les faits sont clairs. Avec de brillants avocats payés à coup de centaines de milliers de dollars, on arrive toujours à absoudre les pires crapules et criminels. DSK blanchi et la femme de chambre noircie… Les découvertes sont stupéfiantes, les preuves physiques sont là, les tests d’ADN le révèlent, la mère de famille pieuse a menti. On a trouvé des failles dans son témoignage et des témoins crédibles pour la discréditer. Les puissants de ce monde sont toujours de saintes personnes, admirées, choyées et intouchables.

Occidentaux, allez toujours plus vers le libéralisme impérialiste et génocidaire. Gens de l’OTAN allez toujours vers un Nouvel Ordre mondial qui tue les libertés, les États, les souverainetés, les démocraties, en sacrifiant les peuples. Seuls les imbéciles Canadiens, Français, Américains, Anglais, Allemands et Italiens croient en de tels médiamensonges.

Le Tribunal de la Haye ne juge pas les grands criminels de l’Occident, mais les Saddam Hussein, Hariri, Gbagbo ou Kadhafi, des non alignés accusés des pires crimes contre l’humanité. Nos grands États occidentaux continuent de traquer les diligents de régimes indépendants, d’envahir, de voler, de piller, de bombarder, de tuer des civiles, aux quatre coins du monde. En attendant, tout va pour le mieux pour les puissants de ce monde. Vive la modernité!

Marius MORIN

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 121 504

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    Le public d'aujourd'hui, en raison de l'endoctrinement humaniste sans frein et du déclin général de la morale, est devenu incapable de comprendre que les êtres humains ne sont pas biologiquement égaux en termes de morale justement. L'idéalisme occidental ne s'applique pas du tout aux Noirs généralement parlant. Le caractère sacré de l'amour est quelque chose que le Noir peut imiter de près, mais non jamais éprouver. Pour une Noire Peul comme Naffissou, la seule question est à savoir si le bénéfice économique et sociétal d'une relation sexuelle comme celle qu'elle a subi de DSK valait ou non le désagrément et les débordements éventuels sur la réputation du clan, et de plus il faut considérer aussi que dans ce genre de personnalité c'est plus le clan qui pense que la personne comme telle. Sa notion de vertu, aidée en cela par l'Islam, tient uniquement à sa valeur de revente sur le marché du mariage, et à l'effet sur la valeur des autres membres du clan, non de quelque notion d'intégrité personnelle que ce soit : c'est plus un problème d'atteinte à la propriété qu'à l'intégrité des personnes impliquées. L'avocat de la défense a justement fait valoir que la solution à ce problème réside dans des compensations économiques somme toute modestes à offrir à la victime et aux proches, si tant est que son avanie fut non simulée, ce qui est de moins en moins certain.
    Par ailleurs, une femme de chambre, et qui plus est une femme de chambre noire, n'est pas embauchée dans un hôtel de cette classe pour son aptitude au ménage, mais bien plutôt d'abord en raison d'une certaine aptitude à séduire en tant qu'élément de mobilier de luxe. Un peu comme pour les bars, le revenu touché est presque nul car les bénéfices sont surtout collatéraux. Nafissou faisait un travail de demi-prostituée. La caractère sacré de l'individu et de ses droits au sens démocratique moderne du terme est tout comme celle de l'amour inexistante chez la plupart des Noirs, la structure du câblage nerveux ne le permet tout simplement pas. La seule question qui puisse se poser chez les Noirs Peuls à propos d'un tel scandale est à savoir quel bénéfice on peut tirer d'une telle présence médiatique. Ce genre de sens du sacré en question est par contre très bien perçu chez l'autre par ce genre de Noirs mais toujours comme une faiblesse dont profiter, un point faible où frapper, ou si l'on est bon musulman à dûment châtier, jamais à respecter. Pour ce genre de Noirs, c'est ne pas profiter d'une telle occasion de manipulation du bon sentiment général des petits Blancs qui est le grand déshonneur viscéralement perçu, le péché suprême contre la vie et contre l'Intelligence.
    Toutes ces considérations que je résume grossièrement permettent de conclure au caractère factice du comportement victimaire de Nafissou. Tant que le Québec continuera de se laisser caresser par de tels arguments idéalistes qui lui font prendre parti pour ce genre de manipuleuses, il restera un peuple colonisé, méprisé et des Nafissou et des DSK.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    En effet, c'est, aussi àma, n'importe quoi.
    Pourquoi un homme de la stature et de la réputation de DSK a-t-il besoin d'assaillir une boniche alors qu'il peut ( et il l'a fait) séduire des dizaine de belles femmes éduquées.
    La domination??? Ben voyons c'est un peu facile et t. cliché. On l'a constaté en lisant ses accusateurs (trices).
    Qu'il ait payé pour une pipe rapide et satisfaisante suite à une pulsion ou un désir de s'amuser avant de reprendre l'avion... ok mais pas plus. Voilà une attitude crédible pcq répandue chez de nombreux mâles en forme.
    SVP, ne criez pas aux préjugés et aux mépris tt de suite... essayez de réfléchit qqpeu avant!

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    Comment Vigile peut-il laisser publier ce type de commentaire....qui occulte totalement la réalité de la situation. J'aime beaucoup "la femme de chambre noircie...", de l'humour involontaire surement...
    Cette femme vient de Guinée, un pays ou les filles de 12 ans sont régulièrement violées, une situation largement dénoncée par de nombreuses organisations travaillant en Afrique.
    Nous ne saurons probablement jamais ce qui s'est réellement passé dans cette chambre mais le rapport du DA (District Attorney) de NY est accablant pour cette femme (extrait en anglais).
    "Additionally, in two separate interviews with assistant district attorne ys assigned to the case, the complainant stated that she had been the victim of a gang rape in the past in her native country and provided details of the attack. 1)During both of these interviews, the victim cried and appeared to be markedly distraught when recounting the incident. In subsequent interviews, she admitted that the gang rape had never occurred. Instead, she stated that she had lied about its occurrence and fabricated the details, and that this false incident was part of the narrative that she had been directed to memorize as part of her asylum application process. Presently, the complainant states that she would testify that she was raped in the past in her native country but in an incident different than the one that she described during initial interviews. In the weeks following the incident charged in the indictment, the complainant told detectives and assistant district attorneys on numerous occasions that, after being sexually assaulted by the defendant on May 14, 2011 in Suite 2806, she fled to an area of the main hallway of the hotel's 28" floor and waited there until she observ ed the defendant leave Suite 2806 and the 28" floor by entering an elevator. It was after this observation that she reported the incident to her supervisor, who arrived on the 28" floor a short time later. In the interim betxveen the incident and her supervisor's arrival, she claimed to have remained in the same area of the main hallway on the 28" floor to which she had initially fled. The complainant testified to this version of events when questioned in the Grand jury about her actions following the incident in Suite 2806. The complainant has since admitted that this account was false and that after the incident in Suite 2806, she procee ded to clean a nearby room and then returned to Suite 2806 and began to clean that suite before she reported the incident to her supervisor. Additionally, the complainant has stated that for the past two tax years, she declared a friend's child in addition to her own as a dependent on her tax returns for the purpose of increasing her tax refund beyond that to which she was entitled . She also admitted to misrepresenting her income in order to maintain her present housing.
    I finally, during the course of this investigation, the complainant was untruthful with assistant district attorneys about a val-iety of additional topics concerning her history, background, present circumstances and personal relationships. Please do not hesitate to contact us with any questions"
    Pour avoir un acces complet veuillez regarder à;
    http://www.nytimes.com/interactive/2011/07/01/nyregion/20110701-Strauss-Kahn-letter.html?smid=tw-nytimes
    De plus tout ceci a été découvert par l'accusation et pas par des avocats payés des centaines de milliers de dollars..
    Croire que la justice aux Etats-Unis, au Canada ou en France est rendue totalement indépendamment des sommes que peuvent débourser les plaignants pour se défendre relève d'une ignorance du fait judiciaire.
    J'ai un peu de mal à comprendre cette hargne contre DSK, dont je n'approuvais absolument pas le travail au FMI, mais son origine et sa religion, juif, semble ajouter à la haine et aux torrents de boue dont il a été couvert récemment.
    On ne peut ignorer le fait que l'opération ait été organisée par une officine para-gouvernementale plus ou moins souterraine ou un service secret. Dans ce cas les coupables devraient être cherchés du côté des "banksters" ou de services plus ou moins proches de l'Elysée...

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    Dominique Strauss-Kahn n’est pas à ses premières escapades, et Tristane Banon saura nous le dire en temps et lieu (http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/tristane-banon-pourrait-attaquer-strauss-khan-mais-en-france-01-07-2011-1348413_240.php)

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    Àgalement sur le même sujet, un article fort intéressant à lire.
    http://www.centpapiers.com/derniere-heure-dsk-rehabilite-mais-au-chomage/75160
    L'histoire n'est pas close et les révélations toutes entendues.
    Une histoire à suivre

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    [1] Vous mélangez tout. C'est une vraie bouillie pour les chats, votre affaire.
    [2] J'ai pratiqué le droit criminel pendant 41 ans et je sais que, dans une affaire comme celle-là, peu importe l'accusé, si le témoignage de la plaignante n'est pas corroboré par une preuve indépendante et si sa crédibilité est mise en doute, de surcroît par la poursuite elle-même, il y a de fortes chances que la poursuite ne puisse pas faire face à son fardeau de preuve qui est celle de la preuve "hors de tout doute raisonnable".
    [3] La présomption d'innocence est la norme la plus "civilisée" que je connaisse. Sinon, on retourne au Far-West où on pendait des gens et on s'excusait après.
    [4] Dans le présent dossier, même s'il y avait une preuve d'ADN démontrant qu'il y a eu relations sexuelles, c'est la crédibilité de la plaignante qui est essentielle pour démontrer hors de tout doute raisonnable que ces relations sexuelles n'ont pas été librement consenties. Tout est là.
    [5] Avec un témoin amoché que l'on ne croit pas ou que l'on croit plus ou moins, le procureur de la poursuite va-t-il prendre la chance de se rendre au procès? J'en doute.
    [6] J'espère que vous n'avez pas la prétention de dire que vous savez ce qui s'est passé dans la chambre du Sofitel cette journée-là, monsieur l'inquisiteur.
    [7] Un peu de rigueur, s.v.p
    Pierre Cloutier ll.m
    avocat à la retraite

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juillet 2011

    C'est n'importe quoi ça. Les failles dans la vie de Nafissatou ont été révélées par le procureur et non par la défense de DSK! Donc le coup des brillants avocats cher payés ne tient pas. Copie à revoir.