Difficile de fixer un seuil d'immigration idéal

957f79d4fbc3150318f2e946a0cb788a

« En fait, c’est en fermant complètement les vannes de l’immigration que le PIB par habitant augmenterait le plus. »


L’Institut du Québec, un organisme de réflexion qui réunit HEC Montréal et le Conference Board du Canada et dont le parti pris — et ce n’est pas une tare — est de favoriser des politiques gouvernementales contribuant à la croissance de l’économie, a rendu publique cette semaine une étude intitulée Seuils d’immigration au Québec : analyse des incidences démographiques et économiques, étude qui montre toute la difficulté de déterminer un seuil d’immigration optimal pour le Québec.


Les auteurs de l’étude ont analysé quatre scénarios sur 20 ans (jusqu’en 2040) : aucune immigration — un scénario que peu de gens envisagent -, la cible du gouvernement caquiste pour l’année en cours, soit 40 000 admissions, ou 12 % des immigrants à l’échelle du Canada, le seuil des libéraux de 53 000, ou 16 % de l’ensemble canadien, et enfin un seuil de 63 000, ce qui représente le poids démographique du Québec dans la fédération à l’heure actuelle.


Il va de soi que toute augmentation du nombre d’immigrants entraîne une accroissement du Produit intérieur brut (PIB). Mais l’étude établit que ce n’est pas toujours le cas pour le PIB par habitant, véritable étalon de la richesse d’une nation. Ainsi avec le seuil maximal de 63 000, en se basant sur les difficultés passées des immigrants à intégrer le marché du travail et le fait qu’ils commandent des salaires moindres dans les premières années suivant leur arrivée, le PIB par habitant diminuerait, ce qui n’est certes pas l’objectif visé par une saine politique gouvernementale. En fait, c’est en fermant complètement les vannes de l’immigration que le PIB par habitant augmenterait le plus. Du moins, en théorie, car il est possible que dans ce scénario qui implique un déclin démographique à compter de 2028, le manque de main-d’oeuvre conduise à des délocalisations et à une baisse des investissements des entreprises.


Ainsi, l’Institut du Québec estime qu’il n’existe pas un seuil optimal en immigration. « Les résultats de l’analyse — surtout ceux sur le PIB par habitant — indiquent que le nombre actuel de nouveaux arrivants devrait plutôt être établi en fonction de notre capacité à les intégrer sur le marché du travail », écrivent les auteurs de l’étude, nombre qui doit être fréquemment ajusté.


On pourrait croire que l’Institut du Québec apporte son soutien à la réforme de l’immigration que veut mettre en oeuvre le gouvernement Legault avec le projet de loi 9 et avec la baisse de 53 000 à 40 000 du nombre d’immigrants admis cette année. Après tout, le titre du projet de loi « visant à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégration réussie des personnes immigrantes » semble épouser les constats de l’étude. Au diapason des milieux d’affaires, l’organisme prône plutôt un accroissement des seuils d’immigration en raison de l’amélioration de la situation des immigrants sur le marché du travail depuis deux ans. Il note cependant que le Québec accuse toujours « un important retard » par rapport au reste de Canada en ce qui a trait à l’intégration en emploi des nouveaux arrivants.


L’Institut insiste sur la nécessité de « mettre les bouchées doubles » pour réduire les délais affectant la sélection des immigrants et pour rendre celle-ci efficace, pour assurer la reconnaissance des qualifications et de l’expérience étrangère et pour remédier aux lacunes en matière de francisation. C’est précisément ce que le gouvernement caquiste ambitionne de faire avec le projet de loi 9, notamment en offrant aux nouveaux arrivants des « parcours d’accompagnement personnalisé » en vue de leur francisation et de leur intégration au marché du travail et en mettant en oeuvre un nouveau processus de sélection, le système Arrima que le gouvernement libéral a annoncé sans véritablement l’implanter.


À l’heure actuelle, l’étude détaillée du projet de loi 9 avance à pas de tortue. À juste titre, les partis d’opposition critiquent l’annulation pure et simple des dossiers en inventaire. On s’élève contre les conditions — relatives à la connaissance du français, notamment — que veut imposer le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette pour que les immigrants conservent leur statut de résident permanent octroyé par le gouvernement fédéral. Malgré les défauts qu’y trouve l’opposition, le projet de loi 9 doit être adopté au terme de la présente session puisqu’il importe de « mettre les bouchées doubles » dès cette année. Déjà, le gouvernement libéral a trop longtemps fait traîner les choses et ne serait-ce qu’en matière de francisation, un vigoureux coup de barre s’impose.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.