Québec favoriserait la gare de triage d'Outremont

Deux emplacements pour le CHUM

CHUM


jeudi 13 janvier 2005
--------------------------------------------------------------------------------
Après six ans de tergiversations et d'études pour consolider un seul nouvel hôpital universitaire francophone, Québec baisse les bras et envisage désormais la construction du CHUM sur deux emplacements: la gare de triage d'Outremont et l'hôpital Notre-Dame, a appris La Presse.
Coincé d'une part entre le lobby des hommes d'affaires et de l'Université de Montréal qui mettent de la pression en faveur
d'Outremont et de l'autre, par les partisans du 1000, rue Saint-Denis, qui réclament un hôpital au centre-ville, le gouvernement Charest tente de ménager la chèvre et le chou. Il souhaite aussi respecter la balise financière qu'il avait lui-même fixée, à savoir 1,1 milliard, dont 800 millions provenant de fonds publics.
De 700 à 550 lits
Le projet piloté par le recteur de l'Université de Montréal à la gare de triage d'Outremont, projet qui a forcé le gouvernement Charest à revoir sa décision initiale de construire le CHUM à Saint-Luc, prévoyait la construction d'un hôpital de 700 lits auquel se joindraient les facultés des sciences de la santé.
Or, pour respecter les balises budgétaires fixées, Québec songe maintenant à réduire cette capacité à 500 ou 550 lits à la gare de triage. Par le fait même, il doit garder ouvert un hôpital d'environ 450 lits au centre-ville, soit l'hôpital Notre-Dame, a appris La Presse. Il y aurait donc deux emplacements pour le centre hospitalier universitaire.
«La différence ferait en sorte qu'on soit obligé d'administrer l'hôpital Notre-Dame, ce qui n'était pas notre choix d'origine et de lui donner une vocation universitaire, parce que ça va représenter en pratique entre 45 et 50 % de nos activités. Ça fout par terre toute la planification clinique qui se construit depuis au moins sept ans autour du projet CHUM», reconnaît le président de son conseil d'administration, Patrick Molinari.
Le scénario maintenant envisagé par Québec brouille en effet les cartes. «Dans ce modèle, l'Université de Montréal est loin d'être gagnante. Si elle construisait sa faculté de médecine (à la gare de triage), elle la construirait à côté d'un demi-hôpital», souligne M. Molinari.
«On nous propose un CHUM asymétrique, un hôpital sur deux pattes, une souris à deux têtes», lance pour sa part, ironique, Marc Laviolette, membre du conseil d'administration du CHUM et ancien président de la CSN.
Rencontre privée
C'est mardi soir, lors d'une réunion à huis clos, que M. Molinari a révélé aux membres du conseil qu'il avait été convoqué le mercredi précédent par le premier ministre Jean Charest et le ministre de la Santé, Philippe Couillard.
Devant un Jean Charest impassible, le ministre Couillard avait alors demandé à M. Molinari de considérer le scénario d'un « CHUM sur deux sites », a appris La Presse.
Hier, tant du côté de M. Molinari que du côté du cabinet du ministre Couillard, on refusait de confirmer le contenu de cette rencontre privée.
«Quand on avait annoncé le 1000, rue Saint-Denis (hôpital Saint-Luc), en juin dernier, M. Couillard avait prévenu que, compte tenu des balises financières, il serait impossible de construire 700 lits» neufs, a cependant rappelé l'attachée de presse du ministre, Cathy Rouleau.
La direction du CHUM a toutefois revu ses plans et réussi à présenter un projet de 700 lits à Saint-Luc. Depuis, le recteur de l'Université de Montréal a aussi présenté un projet à la gare de triage.
Bien qu'il ait toujours refusé de se prononcer en faveur de l'un ou l'autre des projets, le conseil d'administration du CHUM a adopté une résolution indiquant clairement que, quel que soit le projet retenu, il tient mordicus à un hôpital de 700 lits sur un seul emplacement.
Synthèse défavorable à Outremont
Lors de la réunion de mardi du conseil d'administration du CHUM, M. Molinari a aussi distribué à ses membres la synthèse du Conseil exécutif (ministère du premier ministre) qui résume les avis et rapports rédigés à ce jour sur le projet d'Outremont, un document transmis la veille par le sous-ministre à la Santé, Roberto Iglesias.
Le document confirme notamment que l'avis remis par l'ancien premier ministre Daniel Johnson au gouvernement le 8 décembre penchait en faveur de Saint-Luc.
Avec une estimation frôlant les deux milliards, le projet de la gare de triage d'Outremont «signifiait un dépassement budgétaire par rapport aux balises définies», a conclu M. Johnson. Il est aussi d'avis que le projet pourrait difficilement être réalisé selon l'échéancier prévu.
«Les risques étaient plus importants qu'avec le projet 1000, Saint-Denis» et avec le projet d'Outremont, «le centre-ville subirait possiblement un déficit de lits», affirmait M. Johnson.
Quant au comité interministériel mis sur pied à la demande du premier ministre pour évaluer la pertinence du projet de la gare de triage, le document du Conseil exécutif révèle que le comité «doute de son apport réel au développement de la médecine» universitaire.
Le groupe de travail note aussi des inconvénients en ce qui a trait à l'accessibilité pour la population à desservir et à la sécurité.
À la lumière de ce document, le gouvernement Charest a repoussé sa décision de quelques semaines et mandaté deux nouveaux experts, Guy Saint-Pierre et Armand Couture, pour analyser de nouveau les documents disponibles. Selon des sources consultées par La Presse, les deux experts travaillent maintenant sur le scénario d'un CHUM sur deux emplacements.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé