Augmentons encore plus les moyens de pression

De nouvelles mesures pour mettre fin à la guerre en Ukraine

5 nouvelles sanctions proposées

7eff702cce153f5380cc4968778c4cd6

Tribune libre

De nouvelles mesures pour mettre fin à la terrible guerre qui sévit en Ukraine peuvent encore être ajoutées à celles déjà en place. Plus il y en aura, plus les chances d'un cessez-le-feu augmenteront.


En plus de fournir du matériel militaire et des secours humanitaires, la coalition internationale doit continuer à ajouter divers moyens de pression sur le président Poutine.



On pourrait entre autres proposer ces 5 nouvelles sanctions:



  1. Les avoirs des oligarques actuellement simplement gelés seront confisqués définitivement et seront remis en totalité à l’Ukraine pour la reconstruction du pays.

  2. Menaçons la Russie d'une taxe de 10%, 20%, 30% sur toutes les exportations russes qui sera imposée pour servir à la reconstruction de l’Ukraine jusqu’à ce que tout soit remboursé.

  3.  L'Union européenne pourrait annoncer qu'elle va s'approvisionner temporairement en pétrole ailleurs qu'en Russie, soit chez les autres gros pays producteurs de pétrole, tant que la guerre ne sera pas finie.

  4. L'Union européenne pourrait même menacer de continuer avec ceux-ci après la guerre.

  5. Les pays producteurs de pétrole et d'énergie doivent proposer d'approvisionner l'Ukraine et l'Europe tant que la guerre durera en augmentant leur production en conséquence.


Le président Poutine croyait pouvoir s’en tirer avec une guerre éclair. Les forces alliées internationales peuvent faire cesser cette guerre en appliquant de plus en plus de sanctions économiques ou autres.



 


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie679 articles

  • 1 204 134

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelques 675 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    4 mai 2022

    2 des sanctions contre la Russie que j'ai élaborées plus haut font actuellement l'objet d'études par la Commission européenne.


    Voici mes 2 propositions présentées plus haut:


    3- L'Union européenne pourrait annoncer qu'elle va s'approvisionner temporairement en pétrole ailleurs qu'en Russie, soit chez les autres gros pays producteurs de pétrole, tant que la guerre ne sera pas finie.


    4- L'Union européenne pourrait même menacer de continuer avec ceux-ci après la guerre.



    Et voici les recommandations de la Commission européenne:


    La Commission européenne est l'une des principales institutions de l'Union européenne, avec le Conseil de l'Union européenne, le Parlement européen et le Conseil européen. Instituée par le traité de Rome de 1957, elle est composée d'un commissaire européen par État membre, soit 27 commissaires.



    La Commission européenne a proposé un embargo progressif de l'UE sur le pétrole et les produits pétroliers achetés à la Russie, en représailles à la guerre en Ukraine, a déclaré mercredi sa présidente, Ursula von der Leyen.


    Bruxelles propose d'arrêter d'ici à six mois les importations européennes de pétrole russe et d'exclure la plus grosse banque russe, Sberbank, du système financier international Swift, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Nous renoncerons progressivement aux livraisons russes de pétrole brut dans les six mois et à celles de produits raffinés d'ici à la fin de l'année", dans le cadre d'un sixième paquet de sanctions contre Moscou visant à tarir le financement de la guerre contre l'Ukraine, a-t-elle déclaré devant les eurodéputés à Strasbourg.


    "Une interdiction complète des importations de tout le pétrole russe"


    "Il s'agira d'une interdiction complète des importations de tout le pétrole russe, transporté par voie maritime ou par oléoduc, brut et raffiné (...) de façon ordonnée, d'une manière qui nous permettra de mettre en place d'autres voies d'approvisionnement", a-t-elle expliqué. Le pétrole russe représente environ un quart des importations de pétrole de l'UE. Selon plusieurs responsables et diplomates européens, le projet de la Commission - soumis dans la nuit aux États membres - prévoit une exemption pour la Hongrie et la Slovaquie. Ces deux pays, enclavés et totalement dépendants des livraisons par l'oléoduc Droujba, pourront continuer leurs achats à la Russie en 2023, a précisé l'un de ces responsables.


    Source: Embargo contre le pétrole russe


    Les idées venant de simples citoyens peuvent s'avérer aussi valables et efficaces que celles des grandes institutions, leur servant parfois de point de départ. De là l'importance des tribunes libres et de la liberté d'expression.