Daoust se porte à la défense des crédits d’impôt

Le ministre tente de convaincre le cabinet Couillard

305095884be1d8b85a3efe0d02c0e498

Après l'affaire PKP, c'est vraiment sans vergogne

Au sein du gouvernement Couillard, Jacques Daoust se pose en défenseur des crédits d’impôt versés aux entreprises de jeux vidéo, en aéronautique ou en technologies de l’information. Mais aussi de l’aide à la culture et à l’agriculture. Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations ne fait toutefois pas l’unanimité parmi ses collègues.

Partisan du maintien des crédits d’impôt dans les créneaux d’avenir, Jacques Daoust a consenti à livrer, dans une entrevue accordée au Devoir, sa « position, mais comme ministre de l’Économie, comprenant que je ne suis pas le gouvernement à moi tout seul ».

Jacques Daoust a rappelé que l’industrie aéronautique regroupe plus de 200 entreprises au Québec. « On ne peut pas abandonner ce secteur-là et on le subventionne. Mais vous remarquerez qu’on a beaucoup plus d’entrées fiscales que de sorties. » Ce secteur reçoit près de 500 millions en crédits d’impôt à la recherche-développement, selon le document d’information préparé en septembre par le ministère des Finances pour la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise.

Avec Pratt Whitney, Bombardier est le principal bénéficiaire de ces crédits d’impôt, un avantage que la société aéronautique a décidé de défendre bec et ongles. Bombardier a en effet embauché l’ex-ministre des Finances Raymond Bachand à titre de lobbyiste pour plaider sa cause auprès du gouvernement Couillard. Bombardier devrait donc trouver un allié en Jacques Daoust.

Le ministre est aussi d’avis qu’il faut maintenir les crédits d’impôt destinés aux sociétés de jeux vidéo comme Ubisoft. Ainsi, la production du film Avatar a coûté 250 millions et généré des revenus de un milliard après un mois dans les salles de cinéma, a-t-il signalé, alors que la conception du jeu vidéo Destiny, produit par la société américaine Bungie, a coûté la même somme, mais il a franchi le cap du milliard de ventes en 48 heures. « [Devant] mes collègues, quand on me demande un conseil, quand on me demande mon opinion, je me fais l’avocat de cette industrie. »

L’aéronautique et les jeux vidéo, ce sont « des secteurs en pleine émergence dans lesquels on a investi des centaines de millions de dollars pour les développer. On ne peut quand même pas les abandonner », juge le ministre. C’est le cas aussi des technologies de l’information avec l’essor du « joueur global », CGI.

Dans le budget du ministre des Finances, Carlos Leitão, le gouvernement Couillard a comprimé de 20 % l’ensemble des crédits d’impôt. L’État québécois consacrait un total de 2,5 milliards à l’aide fiscale aux entreprises, une somme que le gouvernement libéral entend diminuer de 650 millions dès l’an prochain. Avec la réduction déjà annoncée, c’est un montant de un milliard qui sera retranché.

Jacques Daoust défend la coupe générale de 20 % des crédits d’impôt. « Si je le regarde du côté positif : il y en a encore pour 80 %. » Pour les sociétés de jeux vidéo, le crédit d’impôt est passé de 37,5 % à 30 % des salaires, alors que l’Ontario, qui cherche à s’implanter dans ce secteur, offre 40 %. Mais un salaire de 60 000 $ au Québec grimpe en Ontario à 80 000 $ en raison du coût de la vie ; pour les entreprises, l’avantage est équivalent, « si on fait une mathématique bête et méchante », a soutenu le ministre.

Ressources naturelles, agriculture et culture

Selon lui, trois secteurs, outre les industries de pointe, doivent continuer à bénéficier d’un coup de pouce de l’État : les ressources naturelles, qui touchent une aide fiscale de 181 millions, l’agriculture qui, avec la Financière agricole seulement, reçoit 700 millions et la culture, qui est soutenue à hauteur de 205 millions.

Tous les pays subventionnent leur agriculture, a rappelé Jacques Daoust. Quant à la culture, c’est l’existence même de la nation québécoise qui est en cause. « À partir du moment où tu ne l’appuies plus, tu n’as pas une industrie de la culture, tu es a-culturel. Ça veut dire que tu es banal et que tu n’existes plus comme nation distincte », estime-t-il.

C’est le plan du gouvernement Couillard de réduire l’aide fiscale aux entreprises, beaucoup plus élevée au Québec que dans les autres provinces, pour ensuite abaisser les taxes sur la masse salariale, plus lourdes au Québec. « Il faut qu’on fasse des choix », a prévenu Jacques Daoust. « Étant une population de 8 millions — 30 % de la ville de Shanghai —, on ne peut pas être tout pour tout le monde. » Une révision des crédits d’impôt à la recherche-développement, une dépense fiscale de 792 millions, s’impose aussi. En entreprises, il se fait parfois de la « fausse recherche », souligne Jacques Daoust. « Je crois beaucoup à la recherche, mais je ne crois pas à la recherche que font les fiscalistes pour trouver des façons de passer les factures. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé