Comment le fléau christianophobe a englouti le Québec

8ee64d602152f915814506503ea89067

Mauvaise réponse de Lisée : le Québec subit une propagande anti-catholique depuis 50 ans et on a effectivement retiré le crucifix des écoles pour y introduire la théorie du genre


Le récit qui suit doit beaucoup à la boussole idéologique offerte lundi aux lecteurs du Devoir par le politologue de l’UQAM Francis Dupuis-Déri. Dans un texte qui fera date, intitulé « De l’antisémitisme à l’islamophobie : de la grève de 1934 à la loi 21 », il crée d’emblée un utile paradigme scientifique et ouvre un nouvel univers comparatif. Appelons-le « Le postulat Dupuis-Déri de la similitude entre pommes et oranges ».


Je cite d’abord le postulat, tel qu’il l’a décrit : « L’adage suggère de ne pas comparer pommes et oranges. Voilà pourtant deux fruits, ronds, qui poussent dans des arbres et qui réduisent le mauvais cholestérol. Leur comparaison révèle donc d’importantes similarités. »


Cette avancée scientifique majeure qui, enfin, réhabilite le sophisme, lui permet de créer une équivalence entre un événement antisémite survenu au Québec dans les années 1930 (le refus d’hôpitaux francophones d’embaucher un médecin juif, parce qu’il était juif) et la volonté manifestée aujourd’hui d’interdire aux employés de l’État en situation d’autorité d’afficher leurs convictions religieuses.


Ainsi outillé, permettez-moi maintenant de vous narrer l’épouvantable période de christianophobie qui a déferlé sur le Québec depuis les années 1960. Prétendant être « laïques » et s’inspirer des « lumières », une minorité agissante antireligieuse a infiltré des organisations politiques, comme le Parti libéral de Jean Lesage, et en a créé d’autres, comme le Parti québécois, dans le but évident de faire reculer les droits fondamentaux des chrétiens et des chrétiennes. Jusque-là, les chrétiens avaient l’entière liberté de travailler dans les services publics en portant leurs signes et vêtements religieux. En plus, à force de dévouement et de travail, ils avaient réussi à diriger la majorité des institutions d’éducation et de santé de la nation.


Leur travail était à ce point exemplaire que dans presque chaque famille québécoise on trouvait une jeune fille de 16 ans qui, exerçant son plein libre arbitre sans la moindre pression externe, décidait de renoncer à son indépendance pour la vie en se joignant à une communauté religieuse.


Mais les christianophobes, agissant sans le moindre respect pour les convictions des chrétiens, les ont d’abord dépouillés de leur autorité scolaire en créant — tenez-vous bien — un ministère de l’Éducation.


Cela a provoqué un climat de tension tel que des milliers de chrétiens membres du clergé, sœurs et curés, ont défroqué tant ils étaient ostracisés. On raconte même que certains d’entre eux se sont mariés et ont eu des enfants, mais on n’ose pas y croire complètement.


Devenant de plus en plus audacieux, les christianophobes ont ensuite ravi aux chrétiens le contrôle de la majorité de leurs hôpitaux. Et ce qui est bien la preuve que, contrairement à ce qu’ils prétendaient dans leurs beaux discours, ils visaient spécifiquement les chrétiens et non l’ensemble des religions, ils ont laissé l’Hôpital général juif de Montréal conserver son caractère religieux distinct. (Preuve ultime, même le plus odieux des christianophobes, le ministre péquiste Bernard Drainville, exemptait le Jewish des effets de sa charte satanique).


Le paradis multiculturel dans lequel nous vivons maintenant ne nous permet pas de même imaginer la hargne avec laquelle les christianophobes agissaient alors. Il y avait même un groupe de comiques, très justement appelés Les Cyniques, dont l’essentiel du répertoire était destiné à blasphémer et à tourner en ridicule les chrétiens et leur clergé. Ils ne sont pas allés aussi loin que d’accuser les prêtres de pratiquer la pédophilie, mais c’est tout juste. Il y a quand même des lignes à ne pas franchir.


Comment ces Cyniques furent-ils châtiés pour avoir ainsi atteint à la réputation des croyants et de leur Église ? La société d’État Radio-Canada leur a offert une émission à une heure de grande écoute.


Heureusement, ce n’est pas aujourd’hui que ça arriverait.


Les christianophobes sont sournois. Chaque fois qu’ils obtenaient une victoire contre les droits fondamentaux des chrétiens dans l’État, ils franchissaient un autre pas. Après les avoir expulsés des centres de décision aux ministères de la Santé et de l’Éducation, ils sont revenus à la charge dans les années 1990 pour « déconfessionnaliser » (c’est leur mot pour dire qu’ils suspendaient les droits des chrétiens) les commissions scolaires. Puis ils commirent encore un assaut dans les années 2000 pour mettre à la porte les professeurs de pastorale qui y étaient les derniers combattants de la foi chrétienne.


Y avait-il de la résistance ? Oui, bien sûr. Tels Francis Dupuis-Déri et Francine Pelletier aujourd’hui, de grands Québécois se sont levés pour défendre le « droit fondamental » de porter des signes religieux lorsqu’on travaille pour l’État (mais pas des signes politiques ou sociaux ou féministes ou athées, car… euh, car… ben, ce n’est pas aussi important que la religion, bon).


Je ne prends qu’un exemple parmi ces hérauts braves et lucides. Camil Samson, dernier chef du grand Parti créditiste, n’hésitait pas à faire les amalgames appropriés. Il révélait notamment que les christianophobes voulaient « sortir les crucifix des écoles pour les remplacer par le sexe ». Il n’avait pas peur, lui, de comparer des pommes et des oranges.


Merci à Francis Dupuis-Déri de reprendre son grand flambeau.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.




Squared

Jean-François Lisée289 articles

  • 163 279

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.