Comment écrire un téléroman à succès

C'est l'éternelle histoire du mec un peu cruchon qui se fait embarquer par la première belle fille venue et qui en perd le nord... et le sud et tout le reste aussi.

"L'affaire Maxime Bernier"

Comme j'ai écrit beaucoup de téléromans, on m'a posé la question mille fois: que faut-il faire pour écrire un téléroman? On commence comment? Où trouve-t-on la première idée, celle qui permet d'enclencher le travail? Comment fabriquer des personnages? Je vais tenter de répondre à toutes ces questions en prenant dans l'actualité récente des événements et des personnages qu'on pourrait certainement développer dans une série de 12 heures ou de 12 ans (12 ans, c'est la spécialité de Fabienne Larouche) et qui ne laisseraient jamais les téléspectateurs indifférents ou ennuyés.
On le sait, pour faire un bon scénario, il faut de l'action. Il faut des personnages passionnants qui occupent des postes de pouvoir, ce qui permet des rebondissements afin de durer dans le temps. Il faut bien sûr des trahisons, de l'amour, de la passion et du sexe. Libre à vous d'équilibrer les ingrédients selon votre propre inspiration. C'est le privilège de l'auteur.
Disons que nous avons un personnage principal d'assez belle apparence, du genre séduisant mais assez imbu de sa personne, qui se donne parfois des allures de James Bond. Il est encore jeune et occupe un poste de ministre de haut rang au sein d'un gouvernement quelque part dans le monde. Appelons ce pays le Cinada, par exemple, et évitons d'indiquer où il se trouve sur la planète Terre. Partout, on dit de notre personnage principal qu'il a de l'avenir et qu'il est destiné à monter en grade.
Un personnage de téléroman ne peut pas être parfait. Ce serait d'un ennui mortel. Il lui faut des défauts et des faiblesses pour que le téléspectateur puisse s'identifier à lui. Notre personnage aura donc le profil idéal, car il est un peu Gaston Lagaffe. Ses mots dépassent parfois sa pensée et il doit ramer régulièrement pour rester au-dessus des quolibets dont on l'afflige.
Une femme est entrée dans sa vie. Ici, l'auteur devra se servir de son imagination pour qu'on apprenne comment la rencontre a eu lieu, car le monsieur n'est pas bavard à ce sujet. Qui a présenté qui à qui? Où se sont-ils vus la première fois? Cette femme a été sa conjointe pendant combien de temps? Autant de sujets nébuleux qui vont permettre de garder l'attention du public.
Quand l'auteur aura bien ficelé ces données essentielles, l'histoire se corsera encore davantage. On découvrira que cette femme a un passé trouble. Elle est connue dans les milieux criminels du Cinada. Elle a successivement été liée à deux personnages connus de la police mais elle n'a pas de casier judiciaire. On aurait pu vouloir l'assassiner elle aussi sur les ordres des chefs du monde criminel. Qui la menaçait? Et pourquoi? Avait-elle trahi quelqu'un? Un vrai thriller.
Les téléspectateurs sont assis sur le bout de leur fauteuil. Le ministre est-il en danger? Que savait-il de cette femme? L'a-t-il quittée à cause de son passé? La police du pays lui a-t-elle fait savoir qu'il valait mieux rompre? Le téléspectateur se sent directement concerné, et c'est très bon pour une série. Au sein du public, il y a ceux qui pensent que le ministre a droit à une vie privée, qu'il peut bien coucher avec qui il veut et que ça ne regarde que lui. Mais d'autres croient que le poste qu'il occupe et dont on dit qu'il est tout particulièrement stratégique sur le plan international l'oblige à un comportement au-dessus de tout soupçon et à des fréquentations transparentes.
L'auteur pourrait très bien choisir de montrer que cette femme a délibérément été introduite auprès du ministre par le milieu criminel afin d'obtenir des informations ou des faveurs... Seul maître à bord, un auteur peut faire ce qu'il veut quand il écrit. Il faut seulement que ce qu'il raconte soit plausible et crédible. Il pourrait très bien aller aussi loin que de montrer la trahison après l'amour et le chantage éhonté auquel des criminels pourraient se livrer auprès du ministre imprudent. Du beau matériel de téléroman. Avec le suspense en plus. Sans compter le milieu criminel, si coloré et si passionnant.
L'auteur pourrait aussi laisser entendre que cette femme si mystérieuse travaille également pour la police nationale, qu'elle est un agent double et qu'elle a peut-être rencontré un jour l'assassin de John F. Kennedy. Le monde est si petit. Mais je m'emballe...
Sauf que plus j'avance, plus j'ai l'impression que cette histoire a déjà été écrite des centaines de fois. On l'a vue dans presque tous les films et dans toutes les émissions de télé du monde à un moment ou à un autre. C'est l'éternelle histoire du mec un peu cruchon qui se fait embarquer par la première belle fille venue et qui en perd le nord... et le sud et tout le reste aussi.
Alors j'abandonne. Je laisse le sujet à quelqu'un d'autre. Vive le Cinada libre.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé