Chaque région a son message dans la précampagne du Bloc québécois

415570703868cfc6a3ae1808ddb36fd1

Vers une campagne « positive » et enracinée régionalement pour le Bloc

Le Bloc québécois lance une précampagne «positive» pour l’été, qui mise sur l’appartenance régionale. Il y aura un message différent pour chaque région ciblée, dont le Saguenay et la Gaspésie.


Déjà, depuis lundi, on peut lire «L’autre Fort de Chambly» à côté d’une photo tout sourire du nouveau chef du Bloc, Yves-François Blanchet, sur l’affiche géante de l’autoroute 30, à l’ouest du boulevard Cousineau.


Le Bloc s’inspire des caractéristiques des régions et met son chef au centre de cette première campagne, il mise sur son niveau d’appréciation pour gagner des sièges. Dès la semaine prochaine, d’autres pancartes seront visibles le long des autoroutes jusqu’à la mi-août : «Une voix forte pour Lanaudière» à Repentigny, «Fier et fjord» à Jonquière et «Un phare pour la Gaspésie» en Gaspésie. 


«Le Bloc ne va pas travailler en disant : “Voici énormément d’argent pour faire une insistante campagne nationale”, on va plutôt cibler par l’originalité un message adapté précisément à chacune des régions. On veut avoir un message plus léger pour l’été, et arriver à l’automne avec des messages électoraux plus sérieux parce qu’on va prendre de grosses décisions», commente M. Blanchet, chef du Bloc.


Un ton moins dur qu'avant


M. Blanchet insiste sur le ton positif de la campagne et veut transmettre un message simple : le Bloc est présent dans toutes les régions du Québec.


Si seulement quatre pancartes sont annoncées, M. Blanchet laisse savoir que d’autres pourront s’ajouter. D’autres régions seront aussi ciblées pour des campagnes sur le Web et dans les médias sociaux, notamment la grande région de Québec. Les approches seront différentes, mais l’esprit du message sera le même.


«On veut donner le goût aux gens de s’intéresser à nous. La notoriété n’est pas encore la même que les autres chefs, je ne suis pas là depuis aussi longtemps qu’eux. On va travailler sur la notoriété et on va changer le ton. Pendant de nombreuses années, les souverainistes en général ont travaillé avec un ton un peu dur, toujours dans la dénonciation. Nous, on veut faire un message positif, une campagne souriante. Les gens doivent avoir envie de nous suivre», ajoute M. Blanchet. 


Le chef du Bloc soutient d’ailleurs que la réponse de la population est déjà très bonne depuis l’installation du premier panneau. Il reçoit de nombreux messages de la part d’électeurs.