Penser le Québec

Ce qu’ont oublié les impatients et les écorchés

Notes sur les conditions minimales de la réorganisation nationale

Penser le Québec - Dominic Desroches

« On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années, on
devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme »

Douglas MacArthur

***
On sent que le social se transforme plus rapidement que les idées des
auteurs convaincus. Plusieurs adeptes d’idées nationales, en effet, veulent
voir leur cause triompher à la manière des années 1970, c’est-à-dire dans
une manifestation de colère planifiée et populairement organisée, comme
dans le temps de Mao. Ils veulent voir leur rêve se réaliser tout de suite.
Ils se trompent et se voient écorchés par la nouvelle réalité du Québec, un
État moderne, démocratique, ouvert à l'immigration et complexe. Malgré
cela, les vieilles peaux sensibles continuent de penser en des termes
dépassés : ils opposent encore dogmatiquement la droite à la gauche, le
patron aux syndicats, les riches et les pauvres, les méchants et les bons,
etc. Au lieu de chercher des coupables, ils devraient penser en utilisant
des termes nouveaux afin d’expliquer autrement les dynamiques sociales qui,
elles, évoluent. Les prêtres autoproclamés de la cause nationale,
fussent-ils des écrivains engagés, enragés et réguliers des tribunes,
répètent des leitmotive pour le moins dépassés qui ne favorisent pas le
développement d’un argumentaire neuf. Dans les vieux mots, ils perdent
leurs âmes.
Je réfléchirai dans ce texte sur les limites de nos conceptions
habituelles du politique. Je défendrai l’idée que la politique, à l’image
du monde dans lequel elle se trouve, est en pleine transformation. Je
montrerai qu’il ne s’agit plus aujourd’hui de penser le politique en termes
de rapports de force exclusifs, en recourant aux dialectiques classiques
(ami-ennemi, public-privé, intérieur et extérieur) comme le faisait Julien
Freund au milieu du siècle. Non, aussi riches et fécondes soient-elles, ces
oppositions dialectiques risquent de nous tromper car elles ne nous
permettent plus d’approcher adéquatement la réalité complexe contemporaine.
Bien qu’utiles pour apprendre les bases de la philosophie politique, ces
termes n'assurent plus de développer, en 2008, une nouvelle rhétorique de
la cause nationale. Il importe, comme dirait Daniel Innerarity, de penser
la politique avec des mots nouveaux. Avant de traiter des conditions de
base de la réorganisation de la cause, je dessinerai à grands traits le
portrait des auteurs écorchés par le Québec postmoderne.
Qui sont les écorchés vifs ? / Sur le besoin urgent de crème solaire...
On reconnaît les auteurs écorchés par le recours continuel à la nostalgie
des années 1960 et 1970. Ceux-ci voudraient voir les syndicats déposséder
le privé et regrettent l’inévitable désunion des indépendantistes. Ils
regardent la télévision et commentent dès le lendemain sur les tribunes la
performance des humoristes. Ils critiquent le contenu des émissions de
variété dans le cadre desquelles, leur chef, a réussi à expliquer une idée,
mais non sans jouer le jeu des médias. Ils redoutent souvent les flux
migratoires et s'éprennent de catégories claires et nettes. Fiers ou non de
ce qu’ils ont senti en regardant la télévision de leur enfance, ils
dénoncent les propos entendus à la radio, tout heureux de se savoir devenus
auteur à succès. En vérité, les écorchés sont souvent des auteurs
prolifiques qui carburent aux mêmes émotions que leurs opposants. Ils
commentent sans cesse des sondages, écrivent des lettres et font des
prédictions dans l’aveuglement de la conviction. Parmi les écorchés, les
plus actifs se préparent déjà à écrire un texte ; ils savent que la cause
exige des martyres, des apôtres et ils sont heureux de s’improviser Robin
du bois du Québec.
Les auteurs à la peau sensible n’acceptent pas
facilement qu’on remette en question, par le simple jeu de l’écrit, la
vérité de leur conception. Ils voient des traîtres à la nation partout, y
compris dans leur parti politique. Ils sont même prêts à remettre ou à
reprendre une cartes de membre selon les aléas du moment. La chose est
simple : les écorchés, qui n’ont pas de loisirs les fins de semaine, n’ont
jamais mis de crème solaire contre les brûlures continuelles de l’actualité
politique canadienne. Leur épiderme politique les fait souffrir et les
engage à dénoncer immédiatement leurs ennemis pour tenter de les contrôler
: de vigilants à impatients, ils sont devenus des enragés de la fausse
communication. Ils ressemblent à des parents qui veulent contrôler leurs
enfants avec des téléphones cellulaires... Aux écorchés vifs, je proposerai
de la crème solaire sous forme de pistes de réflexion froides et coulantes.
Celles-ci voudraient rendre la mobilisation plus consciente d’elle-même, en
deux mots : plus rationnelle et plus critique. Aux saints qui travaillent
activement à la réorganisation de la cause nationale, j’écrirai cinq petits
paragraphes sans grande importance.
Le militantisme en miettes et le désenchantement du monde
On oublie cruellement dans le moment que le militantisme, qui se trouve à
la base de tous les changements sociaux durables, exige une excitabilité de
la fierté, ce qui a presque disparu dans notre grande collectivité gâtée et
individualiste. Fort de nos valeurs féminines politiquement correctes, nous
craignons les vieux partis et nous ne voulons plus nous engager comme
avant. Suivant l'effet de mode, nous renions nos régions pour draper les
vêtements idéologiques du Plateau Mont-Royal. Mais pour diriger des foules
vers l’extérieur, il faut encore de la force, des haut-parleurs et de la
conviction, des denrées rares sur le marché de Noël du sapin sans nom. À
l'ère postmoderne, il ne sert plus à rien de critiquer violemment les
syndicats puisque ceux-ci ne détiennent plus la « balance » du pouvoir
qu’ils avaient. Les grands groupes, s’ils ne parviennent plus à mobiliser
par blocs leurs adhérents, doivent accepter les conditions du marché –
toujours néolibéral - dans leurs négociations à venir. Dans ce contexte,
ils sont plus vulnérables qu’ils n’y paraissent à première vue. Une
mutation sociale des valeurs est en cours et n'épargne personne.
Or, si les médias mettent toujours plus de poids sur le travailleur et
rarement sur l’employeur, alors le pouvoir se trouve légitimé d’emblée. Au
moment même où la démocratie syndicale se trouve en crise apparaissent des
signes de contre-démocratie et de contre-pouvoir, c’est-à-dire des
actes-limites dont la vocation est de déstabiliser les pouvoirs
traditionnels. En ce sens, le poids ne se trouve plus dans les mains des
syndicats, mais en d’autres mains, des mains sans pancartes, je pense à
celles qui abandonnent des colis suspects dans une université par exemple.
On le voit : le militantisme a changé de sens et la colère n’est plus
l’affaire des groupes organisés. Certains défendent ouvertement les
phoques, d’autres les chiots, quelques-unes les femmes afghanes, de plus en
plus de gens s'attroupent vers la banquise, et rares sont celles et ceux
qui manifestent pour des causes nationales. Et cela s’explique entre autres
par le fait que les jeunes en âge scolaire, en majorité, ne développent
plus la culture de l’opposition, ils lancent plutôt des appels aux
cellulaires et cherchent dans les cadeaux de Noêl le sens de l’être. Ceux
qui s’opposent encore, anarchistes pour les uns et êtres-sans-avenir pour
les autres, prennent des moyens subtils, et ce, à l’intérieur d'un monde
traditionnel désenchanté.
Car le militantisme en miettes auquel nous assistons actuellement
correspond au phénomène large du désenchantement du monde occidental. Les
valeurs de fierté, de réputation et de force laissent place à l'amour, les
soins et les formes multiples de la guignolée sociale. Le monde occidental,
quand il regarde autour de lui, s’ennuie de son passé, car il voit des
cultures religieuses énergiques et des groupes hétéroclites qui vivent pour
demain, tandis qu'il a renoncé à tout avenir. Le Québec, qui est un petit
éclat du miroir occidental, ne formule plus d’utopies ni de rêves : il a
renoncé à des lendemains qui chantent. Désenchanté, le Québec est
désengagé, du moins pour l’instant. La plupart des Québécois que nous
côtoyons consomment heureusement et vivent dans l’éros de la possession,
peu dans l’être. Ils ne formulent pas d’idées claires pour le futur et
acceptent de voir la planète se refermer sur eux. Ils devront changer de
conception du monde s’ils veulent un jour être reconnus.
« Repolitiser » : entre la vigilance et la défiance démocratiques
Or, dans un monde de consommation qui ne défend plus des rapports de force
directs, la repolitisation doit passer par des canaux sous-terrains. En
effet, les succès dans nos démocraties ne viennent plus des grands projets,
mais de l’échec et de la neutralisation de ce que l’on ne veut pas voir
émerger. La mode dans nos démocraties avancées est à la contestation
passive, à la vigilance et la méfiance, pour parler ici comme Pierre
Rosanvallon. La colère se répand dans les canaux sous-terrains des
institutions, elle n’est plus canalisée en vue d’une fin, comme le
voudraient inconsciemment certains écorchés. Cela signifie que celui qui
veut réellement changer les choses doit éviter d’assister à une séance du
conseil des ministres ou de se présenter à une réunion d’un conseil
d’administration. Tout se trouve désormais dans la défiance envers les
élus, envers ceux qui ont reçu des votes, mais sans obtenir la pleine
majorité. Pour résumer : on dira que ceux qui veulent réorganiser la cause
nationale du Québec ont intérêt à comprendre que dans la «
contre-démocratie », l’énergie est plus forte dans la surveillance et la
vigilance que dans la configuration de nouvelles structures démocratiques.
Les démocraties avancées à l’ère de l’information ponctuelle
Mais puisque la liberté importe, certains écorchés vifs liront encore
quelques lignes. Ils devront retenir que nos démocraties contemporaines
sont construites sur la diffusion d’informations, des informations vraies
et fausses. Si les informations vont plus vite que jamais et qu’elles sont
contrôlées par des groupes qui ne voient pas souvent leurs intérêts dans la
construction d’un nouveau pays, elles nuisent alors à nos capacités de nous
mobiliser au bon moment. Ainsi l’information choisie et habilement mise en
forme, à l’intérieur d’un travail de sape quotidien de certains médias
intéressés, vient relativiser les causes longues, c'est-à-dire les causes
qui demandent du temps pour se réaliser. Pour le dire autrement, le monde
actuel favorise les petites causes ponctuelles au moyen d’informations de
courte vue. On aime voir les nouvelles une seule journée durant. Le suivi
de la nouvelle et sa reprise durant la semaine ne sont pas bien vus à
l'heure de la fibre optique. On pourra exprimer cette réalité en disant
qu’aux calendriers de nos démocraties, il y a bien une journée de la femme,
une journée de la Terre, une journée de la philosophie, les 24 heure du
Mans ou de Mont Tremblant, mais il n’existe pas de décennie de la
souveraineté politique...
Les limites (négatives et positives) des mouvements sociaux
Quand on comprend cela, on rit un peu en lisant les journaux. Que penser
en effet des lettres de frustration dirigées vers des éditorialistes qui
pensent le contraire de nous ? Que dire des doléances qui meublent les
colonnes d’opinions et les tribunes libres ? La plupart des coups de gueule
quotidiens se perdent dans les méandres du temps mal utilisé et de
l'information-spectacle. Ils n’ont en vérité aucune pertinence politique –
les écorchés mobilisateurs devraient s’aviser - parce qu’ils ne comprennent
pas la nouvelle dynamique des mouvements sociaux. À l’heure actuelle, la
participation des citoyens n’est pas totale et ne le sera jamais plus. Ici,
il convient de s’arrêter un instant sur le problème de la relève.
Pourquoi ? Parce que les formes d’engagement des jeunes sont alternatives
et non massives. Ces formes rencontrent des défis énormes parce que de
nombreux jeunes ne croient plus à la force du changement, au travail
nécessaire de l’utopie. On a le sentiment que la politique impose encore sa
logique et que celle-ci passe bizarrement encore par les partis élus. Si
cela est vrai, il importera de rénover à la base les partis politiques
classiques, c’est-à-dire de les réinvestir et d’en modifier la direction.
Plus que jamais sont demandés des discours nouveaux, subtils, ironiques et
mobilisateurs, ceux des jeunes audacieux qui n’ont pas peur de s’inventer
un monde meilleur à même la civilisation panique. Pour le dire autrement,
si la gauche « nouvelle » veut séduire, elle doit montrer que son portrait
de la réalité est plus adéquat que celui de l’ancienne droite et que ses
espoirs sont rationnels.

Les risques de l’action et le rejet du destin
Si les lecteurs me laissent encore une minute, je présenterai rapidement
une défense de l’idée de risque. Car si la contingence n’a jamais été aussi
décisive dans la vie politique, il appert que les meilleurs militants
seront ceux qui accepteront les risques de l’action. L’erreur des
dogmatiques du Québec n’est pas de renoncer à la possibilité de l’action,
mais de ne pas reconnaître que les causes nobles exigent des actions «
risquées », c’est-à-dire des actions dont on ne connaît pas encore toutes
les conséquences. L’écorché vif ne veut pas que l’on parle de manière
critique du Québec qu’il affectionne, car il a peur de la démobilisation ou
de l’étiolement de la cause. Mais il oublie qu’une mobilisation sans
risques rationnels n’est que ruine de la cause. Le volontarisme aveugle ne
mène pas à la réussite d’un projet, encore moins à un changement
constitutionnel. Si l’ignorance ne construit pas de pays, l’audace de
canaliser intelligemment le ressentiment, oui.
Si l’on parvient à éviter les pièges de l’impatience, on mobilisera encore
demain des citoyens par des promesses à tenir. On les mobilisera aussi par
des critiques avisées pouvant conduire à un monde meilleur. Il n’y aura
sans doute plus de héros pour la cause, mais il y aura encore des citoyens
de sang-froid capables d’agir librement, sans peur d’être ce qu’ils sont
devenus, c’est pourquoi la cause nationale, en cette période trouble,
demeure bien vivante et attend sa réorganisation.
Dominic Desroches

Département de philosophie

Collège Ahuntsic



-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 3bc656a157371f8088707f1cd413e7c0

Dominic Desroches115 articles

  • 99 215

Dominic Desroches est docteur en philosophie de l’Université de Montréal. Il a obtenu des bourses de la Freie Universität Berlin et de l’Albert-Ludwigs Universität de Freiburg (Allemagne) en 1998-1999. Il a fait ses études post-doctorales au Center for Etik og Ret à Copenhague (Danemark) en 2004. En plus d’avoir collaboré à plusieurs revues, il est l’auteur d’articles consacrés à Hamann, Herder, Kierkegaard, Wittgenstein et Lévinas. Il enseigne présentement au Département de philosophie du Collège Ahuntsic à Montréal.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé