Bonnes vacances, Monsieur Alan Baker

Manifestation pour la paix au Liban


Lettres:
Monsieur l'ambassadeur d'Israël, Alan Baker, a un besoin urgent de prendre des vacances prolongées. La tension et le stress de ces dernières semaines le poussent à déparler, et à oublier la retenue et la modulation de ses propos dans le cadre de ses fonctions, au grand dam du pays qu'il représente.

Tout d'abord, le Canada étant une démocratie libre et souveraine, il n'est pas du rôle d'un représentant d'un autre État de morigéner ou de rabrouer les représentants élus du pays, quel que soit leur parti. Leur participation à telle ou telle manifestation ne regarde que ceux qui les élisent. Agir comme M. Alan Baker, c'est faire preuve d'ingérence, d'aucuns diraient d'arrogance. J'opte pour l'inconscience.
Ensuite, selon la tendance à l'amalgame propre aux intégristes de tout poil qui préconisent que tout ce qui n'est pas en leur faveur fait parti de l'axe du Mal, Monsieur Alan Baker considère que la manifestation du 8 août était en faveur du Hezbollah.
Certes, il y avait dans la foule quelques partisans, auxquels il faut ajouter un certain nombre de nos concitoyens d'origine libanaise dont les parents venaient d'être éliminés grâce à Tsahal. D'autres aussi pour ne pas être complices tacites d'un massacre systématique et hasardeux des enfants, des femmes et de vieillards, qu'ils soient d'Israël, du Liban ou de la Palestine. D'autres simplement pour la paix., C'est cela qui les réunissait. Un acte démocratique.
Être ambassadeur n'est pas état aisé; la fonction étouffe l'individu qui la pratique.
C'est pourquoi je souhaite à M. Alan Baker un départ sans tarder pour des vacances, sans doute bien méritées, hors du Canada. Après ce, s'il veut continuer sa carrière, je lui suggère de solliciter un poste en Mongolie extérieure ou mieux à Vanuatu (ex-Nouvelles-Hébrides).
François Piazza
_ Écrivain, Montréal, 16 août 2006


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé