Ali Baba Charest et ses 40 voleurs

Tribune libre

La semaine dernière quand j’ai lu dans le journal que Jean Charest voulait assouplir les règles, les balises de l’éthique à son gouvernement, je n’en croyais pas mes yeux ; on croit rêver. Il adapte les règles pour permettre à se députés et ministres de bafouer à leur guise la base même de la décence. On ne se gêne plus pour nous voler allègrement, c’est clair, ce n’est même plus caché. Heureusement que François Legault du P.Q. veille au grain sinon cela se ferait encore plus effrontément. Je n’aurais jamais cru qu’un gouvernement pouvait tomber aussi bas dans la politicaillerie. Y a-t-il un moyen légal d’empêcher Charest de détruire ainsi le Québec ? Si quelqu’un me lit et a des notions, des connaissances de la loi, j’aimerais, et je suis loin d’être le seul, j’aimerais dis-je savoir quelles sont les avenues pour empêcher ce virus porcin de continuer à faire des ravages dans ce pays, le Québec. François Legault et Amir Khadir déploient tout ce qu’ils peuvent mais celle qui devrait crier le plus fort a peut-être eu une extinction de voix, on l’entend à peine.
J’ai souvent eu des critiques des indécrottables du P.Q. me disant que je n’avais pas à taper sur l’image de Pauline Marois, que je frappais sur le mauvais clou. Quand on élit un chef, c’est pourquoi ?...c’est pour qu’il dirige, pour qu’il exprime tout haut ce que la base du parti pense. Dans le cas du P.Q., le but numéro un est l’indépendance. Tout le monde sait ça ou du moins devrait le savoir. Depuis des dizaines d’années le P.Q. ne parlait que de référendum. On en avait tous ras le pompon d’entendre ça. Mme. Marois n’en parle plus car ce n’est pas rentable politiquement.Au lieu d’enfouir sous le tapis la raison même du P.Q., il aurait été, à mon avis, plus avisé, comme le faisait à l’époque René Lévesque et à sa suite Jacques Parizeau d'explique clairement ce quÙ'est la souveraineté et ce qu'elle nous procurerait. Dans la période précédant le référendum volé de ’95, j’ai vu Lucien Bouchard et Pauline Marois prendre le micro d’une salle bondée et soulever littéralement cette assemblée. Elle est capable de le faire. Pourquoi ne le fait-elle plus? Qu’est-ce qui lui fait peur? Qu’est-ce qui a fait virer capot à Lucien Bouchard, serais-ce la même chose? Serait-ce des pressions financières indues à la Paul Desmarais le mentor, que dis-je, le maître d’Ali Baba Charest et ses 40 voleurs? Ce dernier terme n’est même plus une figure de style, avec ce qu’on voit présentement, c’est du réel, du tangible ; on se fait littéralement voler.
Pour reprendre une idée exprimée précédemment, n’y a-t-il pas une forme canadienne ou québécoise d’ « empeachment » comme disent les américains pour évacuer du gouvernement une telle bande d’escrocs avant qu’il soit trop tard, avant que le Québec ait les pieds et poings liés?...dans ce sens, c’est déjà très avancé. Tirer la chasse de ces excréments de la politique, est-ce possible ou faut-il, comme cela s’est fait ailleurs, faire la révolution, la désobéissance civile, le chaos, la violence? Si ça continue de cette manière et qu’il n’y ait pas de leader charismatique ‘’légal’’, à un certain moment, il s’en trouvera bien un qui saura soulever les foules. L’ère du laisser faire est révolue, il est temps que les Québécois sortent de leur coquille et manifestent, espérons-le, pacifiquement mais fermement.
Parmi les plus grands ennemis du Québec, on connait bien sûr ces banquiers et financiers requins voraces mais de l’autre côté du spectre, tous les « oui mais », les amateurs de petits pains, tous ceux qui préfèrent dormir et blâmer ceux qui veulent de l’action, les véritables colonisés avec un boulet au pied, les maroisiens de la parlotte. À une certaine époque, les anglo-saxons, avec l’aide du clergé, nous ont asservis alors il faudrait passer à une autre étape. Le clergé est devenu un folklore, n’a plus de pouvoirs réels, donc, passons au stade deux, remettre les anglo-saxons à leur place, à Ottawa, pas à Québec.
Ivan Parent
PS: Dans Le Devoir d’hier, une extraordinaire caricature de Garnotte (Garneau) nous montre ce Charest et son étique. Absolument tordant. Si vous la voulez vous pouvez aller sur le site du Devoir sinon je peux vous l’envoyer.

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 348 800

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    4 mai 2009

    Il n'existe pas de procédure politique légale qui serait l'équivalent de l'impeachment américain. Ce qui existe, c'est une motion de non-confiance (de censure) envers le premier ministre. Voir ici:
    http://www.assnat.qc.ca/FRA/patrimoine/lexique/m/index.html##motcen
    Une telle motion s'applique surtout lorsque le gouvernement est minoritaire, comme il l'était avant le 8 décembre. Et encore, ce procédé ne peut mener qu'à de nouvelles élections, rien n'empêchant John James Charest de se re-briguer les suffrages. Maintenant qu'il est redevenu majoritaire, JJC a le pouvoir de passer les lois et règlements qu'il veut. Ce sera au prochain de découdre ces textes cousus de fil blanc, et préférablement instaurer une loi-cadre pour contrôler les agissements des futurs despotes voulant émuler notre premier sinistre actuel.
    La seule solution est la pression populaire, inonder leur boîte au lettres et leur serveur de courriels exigeant sa démission. La désobéissance civile pourrait êtreau bout de la rue.
    batirquebec.blogspot.com

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    3 mai 2009

    @ C. Montmarquette:
    Cher Christian,
    Mon but ici, n'est pas de faire un débat sur les défauts ou qualités de Charest, mais je ressens le besoin que certaines chose soient rendues claires et explicites.
    Sans dire que Johnny Charest est le tout dernier des deux de pique en ce monde, il ne faut pas surestimer (surtout pas!) un tel adversaire, car sinon nous allons perpétuer le genre de mécanisme qui fait que nous ne la faisons pas, notre indépendance nationale...
    Tu parles de contôle de ses émotions... Johnny avec les années, nous a offert différentes situations où il s'est «échappé». Je pense, entre autres nombreuses anecdotes, à la fois où il a traité la députée Elsie Martin de «chienne!» devant les caméras de l'Assemblée nationale; comme à la fois où, croyant que le micro près d'eux était fermé, il a dit à Monique Gagnon Tremblay et deux autres libéraux de l'opposition (en 1998) qu'il fallait «qu'ils apprennent à les haïr», en parlant de Lucien Bouchard et autres membres de ce gouvernement-là. Bouchard, d'ailleurs, avait offert une brève conférence de presse sur la chose...
    Pour ce qui est de son mode d'expression, c'est à peu près du joual légèrement retravaillé, disons. On ne parle d'un grand tribun, avec Johnny-les-pattes-courtes. Et qu'on ne me parle pas d'un charisme du personnage en question , de grâce!
    Un ratoureux? Oui, bien sûr; sauf que Patapouf, comme certains l'appellent, est tellement grossier et (et parfois, assez simplet) dans ses tactiques, qu'on le voit franchement venir d'avance. Ou sinon, on apprend assez vite de quoi il retourne, car John James C., n'excellerait pas dans l'art d'affacer ses traces.
    Puis-je ajouter qu'en matière d'accomplissements, de choses positives faites pour le Québec, et carrément en termes d'intelligence, Charest fait paraître un gars comme feu Robert Bourassa comme un géant, comme un des grands personnages que la Terre aie portés? Et je ne dis pas cela, parce que je suis vraiment un admirateur de Bourassa. Mais la comparaison ne peut pas tenir une seconde.
    Pour faire d'une longue histoire une courte: Charest paraît «grand», parce que le peuple québécois a courbé l'échine devant lui! Et parce qu'il est soutenu par la machine Gesca.
    Notre Johnny, bonhomme bas sur pattes et aux horizons étroits, n'a pas plus l'étoffe d'un vrai chef d'état que Jean Chrétien pouvait l'avoir.
    En outre, je pense que le peuple québécois s'est fait mal, très mal, en ne profitant pas des dernières élections pour le sortir du siège de premier ministre avec un magistral coup de pied au cul! Pourquoi? Parce ce n'est pas comme si nous ne savions pas que sa job, c'est d'affaiblir notre nation, pour que dans un avenir pas si lointain, nous ne puissions plus la faire, l'indépendance... mais malgré tout, nous «l'endurons» là où il est, en position de maître! Cela ne fait que nous faire paraître comme le peuple de «pas bons» que le Rest of Canada veut tant croire que nous incarnons...
    Non, je respecte ton opinion, Christian, mais je pense qu'en l'occurence c'est le contexte, l'argent, et je dirais, un certain manque de combativité de notre nation, face à cet oppresseur contemporain, qui ont fini par créer la créature qu'est John James Charest. Pas autant son talent (limité) ni ses efforts à lui; que notre peuple fasse le bon choix, en 2013, et cette espèce de traître ne sera plus qu'un mauvais souvenir.
    En revanche, si jamais son équipe et lui devaient être réélus, et bien, ils continueront le génocide symbolique du peuple québécois auquel ils se livrent, à nous livrer pieds et poings liés au Rest of Canada et aux grandes puissances financières de ce monde, depuis 2002.
    Ça passe ou ça casse!

  • Archives de Vigile Répondre

    3 mai 2009

    @ Jean-François,
    Tu dis...
    « Notre premier ministre adoré gagne officiellement un peu plus de 200 000$ par année et paie des impôts, aussi, non ?»
    Voici ma réponse :
    Oui, je crois que tu as parfaitement raison. $200,000 pour le PM moins 50% à l’impôt. Reste donc 100,000 net. Pas de quoi fouetter un chat ou rouler sur l’or.
    Et nul n’est à l’abri du fisc Jean-François. Même pas Johnny – en autant bien sûr, qu’on n’est pas une Religion qui bénéficie d’exemptions de taxes ou un Paul Martin avec une compagnie de bateaux à qui traite ses affaires aux Bermudes.
    - Même les revenus et bénéfices du crime ou du trafic de la drogues son imposables !
    D’ailleurs, à l’instar de ce qui est arrivé à Al Capone, c’est souvent comme ça que le Wouèrnement pince la mafia. Si ce ne est pas la police criminelle qui les arrête, c’est le fisc ; et précisément à cause de leurs dépenses princières. Lorsqu’on est incapable de les attraper à l’entrée… On les coince à la sortie… comme dirait l’autre.
    Quand à la personnalité soi-disant «mièvre» de John James Charest. Même si je déteste ses actions, je n’en suis pas aussi convaincu de ça. <
    Charest aura beau être un fichus de ratoureux, au stricte point de vue de sa personnalité tel : l'apparence, l'expression orale, le contrôle de ses émotions etc. Je crois qu’il possède de redoutables capacités.
    D’ailleurs… Il ne serait pas là, s’il ne les possèdait pas.
    Je crois qu’il serait une erreur de sous-estimer l’adversaire.
    Mais, c’est son dernier mandat, il se fout éperdument de sa réputation… Et ne conséquences, nous allons en manger toute une mon cher Jean-François…

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    2 mai 2009

    @ Christian Montmarquette:
    Oui, en effet, cela semblerait être une approche intéressante.
    Il y a la question des deux luxueuses résidences de Charest, dont on parle depuis... quoi, plus d'un an, déjà? À moins que le beau Johhny en aie une autre quelque part sans que nous le sachions. Comme à la Barbade ou aux Bahamas, qui sait? Notre premier ministre adoré gagne officiellement un peu plus de 200 000$ par année (et paie des impôts, aussi, non?); alors j'aimerais connaître sa recette, en matière de finances personnelles, pour ainsi s'offrir le train de vie d'un multimillionaire, avec de tels revenus.
    Comprennons nous bien: c'est déjà plus qu'enviable, le salaire de premier ministre du Québec, mais que n'importe quel citoyen québécois affiche un train de vie correspondant à celui de quelqu'un qui gagnerait dix fois plus, et je crois que notre Ministère du revenu va s'intéresser de plus près, au dit citoyen. Non?
    En tout cas, une chose est sûre: c'est qu'à se payer ainsi une vie de «jet setter», en plus d'avoir été réélu une seconde fois premier ministre, le rouquin Johnny s'en tire vraiment bien, dans la vie, pour un gars qui ne s'était aucunement distingué dans sa profession, devenu rapidement un politicien, au niveau fédéral, considéré comme drabe et un peu benêt. Et que personne, mais vraiment personne à Ottawa, ne voyait sérieusement devenir premier ministre du Canada.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mai 2009

    Rectification à mon commetaire précédent
    Richard Bergeron, le chef de Montréal «Projet Montréal», vient de porter plainte à la police afin de réclamer une enquête contre notre indécrottable jovialiste ; et ce maire en twitte, aura beau s’époumoner à répéter que ce n'est pas Natalie Collard de La Presse mais les électeurs qui vont décider de sa carrière, si jamais Tremblay est accusé au criminel et condamné, je le vois mal continuer de diriger la Ville...
    Scandale des compteurs d’eau :
    Richard Bergeron porte plainte à la police :
    http://www.projetmontreal.org/communique/66

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mai 2009

    @Jean-François et Ivan Parent,
    Combats populaire, politique et judiciaire
    Richard Bergeron, le chef de la gauche municipale de Montréal «Projet Montréal », vient d’intenter pas plus tard qu'aujourd’hui même, des poursuites judiciaires contre notre indécrottable niais de représentan. Et le vérificateur de la Ville vient d'intimé la police en ce qui concerne la situation de Gérald Tremblay ;et il aura beau dire que ce n'est pas Natalie Collard de La Presse qui va décider de sa carrière ; si jamais Tremblay est accusé au criminel et condamné, je le vois mal continuer de diriger la Ville...
    - Il faudrait considérer une telle approche en ce qui concerne la lutte contre Jean Charest et la destitution du gouvernement Libéal.
    À titre d’exemple…
    Nombreux sont ceux et celles qui se demandent en quel honneur Jean Charest est-il capable de se payer les deux luxueuses résidences qu’il possède ? Aurait-il mis la main sur des revenus non déclaré aux fisc ? Et si oui, combien a-t-il reçu ? En vertu de quoi ? Et de qui ?
    -Voilà en ce qui concerne le combat en justice contre Jean Charest.

    Pour ce qui en est de l'aspect politique, je dois reconnaître que Québec Solidaire semble faire tout ce qu’il peu avec les moyens dont il dispose pour s’acquitter de cette tâche.
    Mais je pense qu’il devrait comme moi, non seulement en appeler à la mobilisation générale et au boycott de l’Assemblée, ,ais à en en saisir le leadership et en être l'instigateur.
    Christian Montmarquette

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    2 mai 2009

    @ Ivan Parent,
    Je me suis demandé, et à plus d'une reprise, moi aussi, s'il existait une loi permettant de destituer un premier ministre du Québec, par l'entreprise d'une procédure qui ressemblerait à un «impeachment» au niveau présidentiel chez les Américains...
    Que dire...? Aux dernières élections, ceux qui ne comprennent toujours rien, ont voté pour Charest; et ceux qui ne voulaient pas voter pour Charest, furent beaucoup trop nombreux à rester chez eux au lieu d'aller voter! Maintenant, les premiers disent «on n'a jamais voté pour ça», les autres devraient se sentir coupables de leur paresse et de leur manque à leur devoir de citoyens.
    Il ne faut surtout pas chercher midi à quatorze heures: Charest est un authentique fossoyeur du Québec! C'est pour ça, et pas autre chose, qu'il est passé en politique provinciale en 1998. Est-ce qu'il y a encore des «pas allumés» pour en douter?
    Je me permettrais d'ajouter, que notre cher ami Jean Charest, son vrai nom, ce n'est pas Jean: c'est John! Que ceux qui peuvent comprendre, le fassent (enfin).

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mai 2009

    Une bloguiste du Devoir en désarroi réagissait récemment à mes commetaires disons... assez enflammés contre les abus quasi criminels du gouvernement de John James Charest.
    Voici ma réponse en guise de commentaire à votre présent article Monsieur Parent...
    Bonjour Diane,
    Je considère que votre questionnement était hautement pertinent.
    Je sais que ce n'est pas parfait, mais voici ce qui m'est venu à l'esprit....
    - Les organisations syndicales, populaires et politiques doivent initier une mobilisation générale afin de provoquer de nouvelles élections.
    Je ne puis que vous comprendre et sympathiser avec votre réaction ma chère Diane.
    En fait, «tout le monde» est ou devrait être concerné par cette effrayante et désastreuse situation politique.
    Et ce, qu'ils soient policiers, fonctionnaires, enseignants, étudiants. Ou que ce soit les syndicats, les associations communautaires, les mouvements citoyens, les partis politiques... Même le Bloc, le PQ et Québec solidaire devraient appeler à la mobilisation générale.
    - Mais que font ces leaders ???
    - Eux ! …qui devraient être les premiers à monter aux barricades et à appeler à la mobilisation générale ?
    Car ce sont les organisations, comme Conseil central du Montréal métropolitain CCMM-CSN qui disposent des forces et des ressources nécessaires, de l’organisation et surtout : DE L’ARGENT pour mettre sur pied une telle riposte d’une telle envergure !
    Le PQ aussi devrait être le premier à SORTIR et à BOYCOTTER L’ASSEMBLÉE NATIONALE !
    «Tous» les députés devraient immédiatement quitter leurs sièges et faire grève devant l'Hôtel du parlement à Québec et exiger rapidement des élections !
    Car toute cette succession d’abus de pouvoir et de corruption n’a AUCUN SENS.
    Ne pas agir équivaut à «ENDOSSER» la situation et cette aberrante gouvernance libérale.
    Sachez bien que si seulement je disposais d’un peu d’argent, je l’organiserais «MOI-MÊME» cette foutue riposte !
    Mais, nous, le peuple, sommes abandonnés de tous ceux qui disposent d’un peu de moyens et qui ne font que prêché pour leur petite paroisse ; comme ces syndicats qui sont malheureusement devenus aussi sectaires et corporatistes que les entreprises elles-mêmes…
    Je le répète… si seulement j’avais les sous…
    J’initierais moi-même ce mouvement.

    Vous pouvez en être absolument convaincue.

    Christian Montmarquette
    Membre de Québec solidaire
    Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec
    Courriel : chmontmarquette@yahoo.fr

    Références :
    Article original :
    Charest et les conflits d'intérêts :
    Une insoutenable légèreté
    Bernard Descôteaux
    Édition du jeudi 30 avril 2009 :
    http://www.ledevoir.com/2009/04/30/248116.html

    Vigile sous la tente devant l’Assemblée nationale
    Une réussite médiatique :
    http://www.vigile.net/Une-reussite-mediatique
    Conseil central du Montréal métropolitain CCMM (CSN) :
    http://www.ccmm-csn.qc.ca/cmsFrameMain.aspx?Lang=FR&ParentID=home

    «Fédéralisme -Souverainisme » : Une dialectique aliénante
    http://www.vigile.net/Federalisme-Souverainisme-Une