Accord de Paris: Coderre et Couillard critiquent la décision de Trump

9baa7dc4230a048937ce8b4f4b7b298c

De quoi se mêlent-ils ? Ils compromettent les intérêts commerciaux du Canada






Devant des représentants de plusieurs mairies du monde, mardi, le maire de Montréal, Denis Coderre, a dénoncé la décision du président américain Donald Trump de se retirer de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Il a promis que les maires, eux, poursuivront le travail.


 

Le maire Coderre a pris la parole lors de l’ouverture du congrès Metropolis, qui réunit quelque 1000 délégués et 140 maires jusqu’au 22 juin à Montréal.


 

Il en a profité pour critiquer en anglais le « non-sens » du président américain, alors que la lutte contre les changements climatiques fait consensus.


 

« J’aimerais remercier le président Trump parce qu’à cause de son non-sens — au Canada, au Québec et à Montréal, on croit qu’on devrait bâtir des ponts et non des murs —, mais en plus de ça, parce qu’il était contre la COP21, grâce à Mike Bloomberg [Michael, ancien maire de New York] et à tous les maires et les institutions, plus de 1500 représentants se sont tenus et ont dit : “Le président est contre la COP21, [mais] les États-Unis, le peuple américain sont totalement en faveur de l’Accord de Paris” », a lancé le maire de Montréal.


 

« Et nous allons nous assurer, dans notre propre déclaration, que les maires du monde vont en prendre la responsabilité. Et s’il y a des gens qui n’en veulent pas, on va le faire quand même. Et croyez-moi : les maires vont être capables de respecter l’Accord de Paris », a-t-il ajouté.


 

Couillard déçu


 

De son côté, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est aussi dit désappointé du choix du président américain, tout en se disant heureux de voir que plusieurs États et villes n’avaient pas baissé les bras pour autant.


 

« Bien sûr, on a été déçu de l’annonce de l’administration présidentielle américaine de se retirer de l’Accord de Paris. Mais on a été rempli d’enthousiasme et d’espoir lorsqu’on a vu les 1500 personnes de la société civile, les élus locaux, les États comme la Californie — avec laquelle nous collaborons dans un marché du carbone — répéter leur engagement fondamental et profond envers la lutte aux changements climatiques et l’Accord de Paris », a commenté le premier ministre Couillard.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé