À la recherche d'une autre façon de vivre et de gérer la diversité culturelle

Lancé hier, le projet Montréal Diversité a réussi le tour de force de rassembler les milieux les plus divers

17. Actualité archives 2007


par Rioux Soucy, Louise-Maude
Inquiet de la tournure que prennent les récents débats entourant l'accommodement raisonnable à Montréal, l'organisme Vision Diversité lance un ambitieux projet de mobilisation. Dévoilé hier à la Place des Arts, Montréal Diversité a déjà réussi un premier tour de force, celui de rassembler les milieux les plus divers autour d'un même idéal, celui de la célébration de la diversité culturelle.
Selon l'architecte de cette entreprise de réconciliation, Aïda Kamar, Montréal est mûr pour un électrochoc. Depuis Expo 67, le paysage montréalais a considérablement changé. Les multiples cultures découvertes avec Terre des hommes ont fait leur nid dans la métropole, une transformation qui, aujourd'hui, appelle au bilan. «Le monde entier est à la recherche d'une formule, d'une façon de vivre et de gérer la diversité», a lancé Mme Kamar en guise d'introduction.
Une diversité culturelle mal gérée peut en effet engendrer des drames, comme on a pu le voir récemment avec les émeutes qui ont éclaté dans les banlieues parisiennes. Un an après, le sentiment d'injustice à Clichy-sous-Bois est intact et laisse présager un nouvel embrasement. Montréal prendra-t-elle la voie des banlieues parisiennes ou se donnera-t-elle les outils nécessaires pour recréer le miracle barcelonais? Cette question sera au coeur de la réflexion de Montréal Diversité.
De janvier à avril 2007, les différents partenaires réunis sous cette bannière seront appelés à mettre leurs idées en commun au sein de foyers de concertation qui seront créés dans les milieux de l'emploi, des affaires, de l'éducation, des médias et des institutions municipales et gouvernementales. La culture occupera une place prépondérante puisque ce sera elle qui fera le pont entre les différents foyers.
Dans sa réflexion, Montréal Diversité entend faire de la diversité un levier et une force en s'appuyant sur les principes défendus par la très jeune convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle. Le groupe de réflexion ne veut en effet rien savoir d'une diversité culturelle «folklorisante» ou exclusivement ethnoculturelle.
Consciente que son projet caresse des ambitions que plusieurs ont qualifiées d'irréalistes, Aïda Kamar a défendu les mérites d'une telle approche. «C'est vrai qu'il y a des difficultés importantes à Montréal, il y a de la discrimination, du racisme, de l'exclusion. [...] Mais il faut se rappeler que nous avons choisi d'être une société plurielle. Si cette démarche réussit à imposer cette idée comme une conviction, on sera déjà arrivé à quelque chose de très grand.»
Selon elle, une partie du chemin est d'ailleurs déjà tout tracé. «Nous ne partons pas de zéro. Chaque organisme a déjà ses initiatives, mais il faut les décloisonner et les mettre en commun et c'est à ça que Montréal Diversité s'attellera.» Cela fait, un colloque viendra sceller leur réflexion en vue du sommet Montréal, métropole culturelle - Rendez-vous novembre 2007.
Le projet prendra son envol dans l'arrondissement Ville-Marie. «À l'accommodement raisonnable, j'aime opposer les raccordements interculturels et intermilieux. Cette dynamique s'inscrit parfaitement dans la dynamique de Rendez-vous novembre 2007», a dit le maire de l'arrondissement, Benoit Labonté, bien connu pour son engagement dans la promotion de Montréal à titre de métropole culturelle.
À ses côtés, le responsable des relations interculturelles au comité exécutif, Marcel Tremblay, a confirmé l'intention de la Ville de s'impliquer à fond dans ce dossier. «Quarante ans plus tard, on voit la réalité de Terre des hommes au quotidien. Il est temps de mesurer le chemin parcouru et de se donner un coup d'adrénaline pour remettre Montréal en marche.»


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé