RÉMUNÉRATION DES DÉPUTÉS

À coût nul, vraiment?

7769afc66ef84ad29d65a9e603124162

Un scepticisme nourri de l'absence de transparence

Le rapport L’Heureux-Dubé sur la rémunération des députés propose une hausse importante de leur salaire. Or cette augmentation n’est pas simplement la conséquence d’une restructuration de leur rémunération ou de l’abolition de certaines indemnités. Une bonne partie de cette hausse est une augmentation de salaire pure et simple, sans contrepartie.

Les politiciens avaient donné un double mandat au comité L’Heureux-Dubé. Premièrement, les membres du comité devaient analyser la rémunération des députés et proposer des réformes afin de la rendre cohérente et transparente. C’est ce que réclamaient les citoyens.

L’autre mandat du comité, moins connu, était de se pencher sur la « valeur de la fonction » de député, c’est-à-dire qu’ils devaient déterminer si les députés étaient suffisamment rémunérés ou pas. Le comité est arrivé à la conclusion que le salaire des élus était trop bas et qu’il devait être augmenté.

Peut-être que le salaire des députés est insuffisant. Mais c’est une question qui devrait être étudiée séparément, par souci de clarté et de transparence. Le comité L’Heureux-Dubé aurait dû ne recevoir qu’un seul mandat dans un premier temps, soit celui de moderniser la rémunération des députés sans toutefois les appauvrir. Mais nos élus n’ont pas choisi la voie de la transparence, avec pour conséquence que la confusion règne autour de la fameuse augmentation de salaire.

On nous répète que cette augmentation serait « à coût nul ». Une partie de la hausse de salaire le serait, oui, mais l’autre partie n’a rien à voir avec les changements proposés par le comité aux allocations de transition, à leur régime de retraite ou à l’allocation de dépenses non imposable. Répétons-le : il s’agit d’une augmentation de salaire dans l’absolu.

Depuis quand une hausse de salaire dans le secteur public ne coûterait-elle rien aux contribuables ? Le comité lui-même concluait que la rémunération globale des députés (salaire et régime de retraite) coûterait 2,3 millions de dollars de plus si on appliquait intégralement leurs recommandations, une augmentation de 11,3 %. Si une telle majoration était accordée aux employés de la fonction publique, ce cadeau serait-il à « coût nul » pour les contribuables ? Bien sûr que non.

Beaucoup de citoyens auront la désagréable impression que certains politiciens tentent de profiter de la controverse au sujet des allocations de transition pour s’accorder une augmentation de salaire. Cela étant, de plus en plus de Québécois sont d’avis que les ministres et le premier ministre ne sont pas assez bien rémunérés, par exemple. Chers politiciens, faites preuve de franchise et de transparence avec les citoyens. Vous pourriez être agréablement surpris.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé