Bras de fer provincial/fédéral: impasse totale

9 nouvelles raisons de faire l'indépendance du Québec en 2022

Ce que Québec demande, Ottawa refuse

13a2e6ee1204b3d541dade9b9a1c7879

Tribune libre

Chaque année nous apporte de nouvelles raisons valables de vouloir faire l'indépendance du Québec sans plus tarder.


Plus que jamais, on constate que les relations Québec/Ottawa sont au plus mal, avec aucun espoir d’entente. Nos valeurs, nos objectifs de société s’opposent aux leurs.


C'est toujours la même histoire: ce que Québec demande, Ottawa refuse. Ça prend 2 pays pour se sortir d'une telle impasse. C'est la seule solution. L'indépendance du Québec.



Vous trouverez ici une liste officielle de plus de 50 raisons valables démontrant que l'indépendance est indispensable et plus que jamais nécessaire.


Pas moins de 9 raisons de plus s'y ajoutent cette année, bien qu'elle ne fait à peine que commencer!



Voici donc la cuvée 2022:



1- Le premier ministre du Québec François Legault a demandé au fédéral le plein contrôle de l'immigration. Justin Trudeau rétorque: "pas question".



2- Le premier ministre du Québec François Legault demande le contrôle de l'immigration temporaireJustin Trudeau a toujours refusé net de céder au Québec plus de pouvoir pour la sélection des nouveaux arrivants.




3- La CAQ réclame depuis longtemps le contrôle du programme de réunification familiale. Justin Trudeau refuse net.



4- Le premier ministre du Québec François Legault a demandé au fédéral de fermer la passoire migratoire du Chemin Roxham. Justin Trudeau rétorque: "pas question".



5- Le Canada veut forcer le passage de pipelines sur notre territoire contre la volonté de la population qui préfère protéger l'environnement. À notre tour de répliquer: "pas question".



6- Le Canada anglais et les autres provinces s'opposent à la loi 21 sur la neutralité de l'état et veulent entamer des procédures judiciaires contre. Dans un Québec souverain, nous ferons nos propres lois sans avoir à rendre de comptes à personne. Elles respecteront le désir de la majorité, comme le veut la démocratie.



7- Le Canada anglais s'oppose à la loi 96 sur la protection du français à peine adoptée et a déjà entamé des procédures judiciaires contre. Dans un Québec souverain et maître de son destin, nous ferons nos propres lois sans avoir à rendre de comptes à personne. Elles respecteront le désir de la majorité, le principe de base de la démocratie.



8- Des minorités raciales, ethniques et religieuses d'immigrés réticents à l'intégration se réfèrent constamment à la constitution canadienne (que nous n'avons jamais signée) pour revenir contre nous. Dans un Québec souverain, notre constitution servira à défendre le peuple québécois contre les attaques des agresseurs étrangers, pas l'inverse.


9- Devant la prolifération des fusillades quotidiennes à Montréal dues aux  gangs ethniques et aux risques de tueries de masse à l’américaine, le gouvernement Legault n’essuie que des rebuffades du fédéral lorsqu’Il demande de pouvoir mieux contrôler les frontières par où passe le trafic des armes à feu en provenance des États-Unis.


Chose rassurante: l'appui à l'indépendance maintient son niveau chez les francophones et connaît un regain d'intérêt certain chez les jeunes.



Il faut continuer d'en parler, plus que jamais. Motivons les troupes!



Et vous cher lecteur, voyez-vous d'autres raisons récentes pour justifier le recours inévitable et urgent à l'indépendance comme moyen de solution à privilégier? À vous d'ajouter la dixième!



P.S.: le chef du Parti québécois Paul Saint-Pierre Plamondon devrait profiter de chaque occasion pour commenter ces conflits dans les médias en concluant son intervention par: "seule l'indépendance nous permettra de résoudre ce problème".



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie808 articles

  • 1 397 886

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 395 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    18 mai 2023

    Voici une dixième bonne raison de réaliser l'indépendance du Québec au plus tôt:


    10- Combattre le projet fédéral Initiative du siècle visant à faire monter la population du Québec à 20 millions d'habitants rapidement (2 fois plus d'étrangers que de natifs) et à 100 millions au Canada. On programme notre noyade et disparation.


    Référence:  Ottawa veut faire monter le Québec à 20 millions d'habitants rapidement





  • Réjean Labrie Répondre

    31 août 2022

    L'attitude des Québécois face à l'idée de l'indépendance est paradoxale: un récent sondage démontre qu'une majorité absolue de Québécois de souche désire plus d'autonomie et de pouvoir décisionnel à tous les niveaux, l'équivalent d'un pays indépendant, mais hésite toujours à poser le grand geste libérateur et affirmatif de notre identité collective qui nous permettrait d'atteindre tous ces objectifs.


    Accorder un mandat de 4 ans à M. Legault pour quémander plus d'autonomie revient à prolonger l'impasse d'autant. Les résultats seront nuls face à un Justin Trudeau fédéraliste et centralisateur au possible. Toutes les demandes récentes ont été refusées du revers de la main.


    La seule solution pratique: faire preuve de courage et créer le pays du Québec.


    Les résultats du sondage:


    Les résultats étonnants de cette enquête démontre un appétit des Québécois et Québécoises pour que le Québec assume toutes les responsabilités d’un État dans chaque dimension de l’action politique et se dote d’instutionns qui lui sont propres. À défaut d’un appui majoritaire en faveur de l’indépendance, les citoyens et citoyennes du Québec en réclament pourtant tous les attributs. On est véritable en présence d’un indépendantisme qui ne dit pas son nom.   


    Pouvoirs du Québec 


    L’enquête révèle qu’une majorité absolue de Québécoises et Québécois serait favorable à ce que le Québec dispose de tous les leviers pour décider de ses propres politiques dans les domaines suivants : langue française [73%], immigration [60%], culture [77%], radio et télécommunications [66%], laïcité de l'État [62%], santé [68%], éducation, éducation supérieure et recherche [72%], politiques fiscales [61%], politique monétaire [61%], réglementation des banques [60%], commerce international [60%], transport international (trains, avions, routes) [55%], aéronautique et aérospatial [56%], propriété intellectuelle [62%], assurance-emploi [63%], environnement [67%], réglementation du transport d'énergies par oléoducs ou gazoducs [58%], relations avec les peuples autochtones [62%], pêcheries [62%], parcs nationaux [72%], le droit criminel [60%]. les droits et libertés [65%], le mariage et le divorce [65%] et le recensement [61%]. 


    Par ailleurs, une majorité simple de Québécoises et Québécois serait pour que le Québec exerce toutes les prérogatives en matière de sécurité, de renseignement et de défense nationale, avec 49% de réponses favorables, 35% de réponses défavorables et 16% d’indécis ou de refus de répondre. Chez les francophones, ce chiffre s’élève à 55% et représente donc une majorité absolue. 


    Parmi les répondants et répondantes qui voteraient contre la souveraineté du Québec si un référendum devait avoir lieu (les « fédéralistes »), on constate aussi une adhésion majoritaire (simple ou absolue) à la plupart des propositions du questionnaire relatives aux pouvoirs politiques que devrait exercer le Québec. Autrement dit, même les fédéralistes sont favorables à l'idée d'un Québec avec les pleins pouvoirs d'un pays! Ce sont eux qu'il reste à convaincre de prendre le beau risque.


    En résumé, à défaut de vouloir aujourd’hui l’indépendance comme telle, les Québécois et Québécoises – y compris une proportion significativement élevée de fédéralistes – en réclament les attributs.


    Source: La majorité québécoise veut son propre pays, mais hésite encore