PHILIPPE COUILLARD À PARIS

Vert très foncé

72a83ce282134bf9a170e1f4d8de10c7

«Le vert va-t-il pâlir» à la première occasion ?

L’air de Paris a ceci de grisant que tous s’y sentent emportés par un vivifiant élan vert : sus aux hydrocarbures, lance Philippe Couillard ; resserrons la cible en matière de réchauffement climatique, clame la ministre fédérale de l’Environnement. Puisqu’elle est fraîchement arrivée, laissons-lui son droit à l’enthousiasme du débutant. La conversion du premier ministre du Québec, elle, est plus surprenante.
Depuis quelques jours, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, répète sur toutes les tribunes, à l’Assemblée nationale comme à Paris, qu’il n’est pas entiché de l’exploitation éventuelle des hydrocarbures sur l’île d’Anticosti, projet du gouvernement Marois que son gouvernement est contractuellement tenu de poursuivre. Pas emballé non plus, mais alors « absolument pas », par l’exploitation en général du pétrole et du gaz naturel tant, explique-t-il, l’avenir appartient aux énergies renouvelables.

Cette profession de foi écologique n’a pas manqué de soulever la perplexité du lobby Manufacturiers et exportateurs du Québec. Son président, Éric Tétrault, a à juste titre soulevé un enjeu important : fort bien, mais où est le plan de transition ?
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé