Un juge québécois à la tête de la Cour suprême

9cbd58792c618633c7f110c5d38e4701

Pee Wee Trudeau veut conserver ses appuis au Québec


Le Québécois Richard Wagner deviendra le prochain juge en chef de la Cour suprême du Canada.


Le gouvernement Trudeau a confirmé sa nomination à la tête du plus haut tribunal du pays mardi matin.


«Le juge Wagner pratique le droit depuis 1980. Il amène à la table une énorme expérience. Son intégrité et sa collégialité sont des atouts indispensables pour être juge en chef», a expliqué la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, en point de presse au Parlement, soulignant également que le bilinguisme du juge avait été important dans le choix de sa nomination.



«Il a des souliers immenses à chausser, mais nous sommes persuadés qu’il est la meilleure personne pour le poste», a-t-elle ajouté.


Le magistrat montréalais, qui siège à la Cour suprême depuis 2012, occupera le poste laissé vacant par la juge Beverley McLachlin. Cette dernière fera ses adieux vendredi, après plus de 17 ans de service.


Avec cette nomination, le premier ministre Justin Trudeau respecte la tradition d'alternance entre un juge de la common law et un juge du Québec issu du droit civil.


Mme Wilson-Raybould n’a toutefois pas affirmé que cette tradition avait influencé le choix de son gouvernement. Même son de cloche chez le député libéral montréalais Marc Miller, qui était à ses côtés pour prendre les questions en français, qui a parlé d’une «soi-disant» alternance, utilisée au fil des ans «à des fins utilitaires».


«Selon nous, c’est une tradition d’excellence. La tradition, c’est de nommer le juge qui est le plus capable d’exercer ce rôle», a-t-il commenté. M. Miller a refusé de dire s’il y avait eu des pressions internes au caucus pour nommer un Québécois.


Âgé de 60 ans, Richard Wagner est maintenant en poste jusqu’en 2032. Les juges de la Cour suprême doivent obligatoirement prendre leur retraite à 75 ans.


Il sera assermenté lundi prochain à la résidence de la gouverneure générale.


Réactions


Au Québec, la nomination de Richard Wagner a été saluée par le Barreau et la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.


«Le Barreau du Québec se réjouit que le gouvernement ait nommé Richard Wagner au poste de juge en chef de la Cour suprême du Canada, un candidat formé en droit civil et issu du Québec. Le juge Wagner est un juriste d’une grande compétence», a écrit sur Twitter le bâtonnier du Québec, Paul-Matthieu Grondin.


La ministre Vallée a parlé d’une «excellente nouvelle». «Je salue le respect ainsi manifesté envers la tradition civiliste spécifique au Québec», a-t-elle dit dans un tweet.


Parcours


Le nouveau juge en chef pratique le droit depuis plus de 35 ans. Il a été admis au Barreau en 1980.


De 2004 à 2011, Richard Wagner a siégé comme juge dans de nombreuses cours au Québec : la chambre civile, la chambre commerciale et la chambre criminelle de la Cour supérieure du Québec. Il a ensuite siégé à la Cour d’appel du Québec de février 2011 à octobre 2012.


Il est le fils de Claude Wagner, qui a occupé le poste de ministre de la Justice, de 1965 à 1966, sous le gouvernement de Jean Lesage, au Québec.