Un député libéral vante L'Illusion tranquille

Le diagnostic des réalisateurs adéquistes est bon, dit Alain Paquet

L'illusion tranquille


Québec -- Le député libéral de Laval-des-Rapides, Alain Paquet, estime que le documentaire L'Illusion tranquille, réalisé par Denis Julien et Johanne Marcotte, deux militants adéquistes, propose un bon diagnostic des problèmes socioéconomiques du Québec.
«Je pense que le message est clair; il y a des faits qui sont indéniables, il y a des débats à avoir sur les solutions, mais il n'y a pas de débats à avoir sur le diagnostic en tout cas», a-t-il déclaré lors d'un entretien de type «vox pop» à la sortie de la première du film, une vidéo promotionnelle qu'on peut visionner à partir du site Internet du film (lillusiontranquille.com).
Joint dans sa circonscription hier, M. Paquet, un ancien professeur d'économie à l'UQAM, s'est dit fier que le film ait été produit et réalisé par un de ses anciens étudiants à la maîtrise, Denis Julien.
Selon M. Paquet, le Québec, en matière de croissance économique, «n'a pas atteint son plein potentiel». Il croit que le niveau de vie des Québécois pourrait être bien meilleur et que le film réussit à remonter à la «source des problèmes». M. Paquet se dit d'accord avec une des thèses centrales de L'Illusion tranquille, soit l'omniprésence des syndicats au Québec. «Bien sûr que les syndicats ont le droit de s'exprimer, mais est-ce qu'ils doivent le faire 365 jours par année, par des manifestations, des points de presse, etc?» Le député libéral estime qu'en raison de l'activisme très grand des syndicats et de leurs dirigeants, il y a «un déséquilibre dans la couverture médiatique» et qu'avec ce documentaire, d'autres points de vue sont «enfin exprimés».
Sans dire que le film est adéquiste, le chef Mario Dumont, hier, notait: «Si tu partages les constats du film, il y a de grosses chances pour que tu ailles militer à l'ADQ.» Est-ce le cas du député Alain Paquet? Non, a répondu fermement ce dernier hier. Car aux yeux de cet ancien militant des jeunes libéraux maintenant âgé de 45 ans, le Parti libéral a «commencé à régler» plusieurs des problèmes pointés dans L'Illusion tranquille. Notamment en dégelant les tarifs d'électricité, en diminuant la taxe sur le capital, en abolissant l'article 45 sur la sous-traitance, en lançant des PPP et en recommençant à aider financièrement les familles. De droite, tout cela? M. Paquet croit que cette étiquette ne veut plus rien dire. Adéquiste? Il estime que l'ADQ tente de voler les idées économiques du PLQ et que son chef, Mario Dumont, est un homme de formule d'abord et avant tout, mais «derrière les clips, il faut de la substance».


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé