Un «Davos de la santé» à Saint-Sauveur

«Davos de la santé» Saint-Sauveur 2007

Une rencontre très discrète qui se veut le «Davos de la santé» se tiendra cet automne à Saint-Sauveur, dans les Laurentides, réunissant des personnalités triées sur le volet et provenant d'une quinzaine de pays industrialisés, à l'invitation de Raymond Chrétien, neveu de l'ancien premier ministre et lui-même ancien ambassadeur.


«En novembre 2006 s'est réuni dans la plus grande discrétion un groupe très sélect de 136 leaders provenant des 16 pays les plus avancés en matière de santé, explique M. Chrétien dans une lettre d'invitation obtenue par La Presse. De ce think-tank de très haut niveau est né le Davos de la santé, un rendez-vous annuel où les meilleurs rencontrent les meilleurs.»
La rencontre est organisée par le World Health Executive Forum, basé à Montréal, qui «est à la santé ce que le World Economic Forum de Davos (en Suisse) est à l'économie», précise un document «strictement confidentiel», joint à l'invitation. «C'est dans cet esprit que ce forum a été conçu, pour que d'année en année, les leaders politiques et les grands décideurs de la santé puissent se réunir et partager sur ce qui se fait de mieux pour assurer la pérennité de nos systèmes de santé.»
Le premier ministre Jean Charest, la présidente du Conseil du Trésor, Monique Jérôme-Forget, et le ministre de la Santé, Philippe Couillard, avaient participé à la rencontre de l'année dernière, à Gatineau. Le document d'invitation contient d'ailleurs cette citation de M. Couillard: «Rares sont les occasions pour les décideurs de se retrouver entre eux, loin des lobbies, des médias et des groupes de pression, d'échanger en toute franchise, dans une atmosphère détendue, conviviale et strictement privée.»
Ce «forum grandiose», tel qu'il se définit, se tiendra les 5, 6 et 7 novembre au Manoir Saint-Sauveur. Il profite d'une contribution gouvernementale, mais l'inscription coûte quand même 4552$. À leur descente d'avion à Montréal, les participants venant d'Europe, des États-Unis et d'Asie seront transportés dans les Laurentides en limousine.
Le World Health Executive Forum se montre favorable à une plus grande participation du secteur privé dans la santé. Le document joint à l'invitation contient un sondage présenté ainsi: «81% des leaders politiques et des dirigeants de la santé croient qu'il est dans le meilleur intérêt de nos systèmes de santé d'avoir recours aux services du secteur privé».
«La majorité des pays industrialisés a déjà intégré le secteur privé (compagnies d'assurances et hôpitaux) dans leurs systèmes, dans des proportions différentes et selon des modèles très variés», explique-t-on, avant de poser ces questions: «Comment bâtir une industrie de la santé robuste à l'échelle nationale, capable de rivaliser avec les grandes multinationales? Comment réglementer le marché de façon optimale pour que l'intervention des acteurs du secteur privé soit la plus bénéfique possible?»
Une citation de M. Charest montre que le premier ministre considère ce forum comme «un rendez-vous incontournable»: «Nous aurons beaucoup besoin d'un forum comme celui-ci pour nous inspirer et mettre en place de nouvelles politiques qui nous permettront d'assurer la pérennité de nos systèmes de santé à des coûts raisonnables.»
Le document, qui répète cette phrase: «Les meilleurs rencontrent les meilleurs» au bas de chacune des quelque 30 pages, contient aussi des citations et des photos de personnalités provenant de Suisse, d'Allemagne, du Danemark, de Grande-Bretagne, d'Australie, du Japon, de Singapour, de Floride, de l'Ontario et de l'Alberta, qui ont participé à la rencontre de l'année dernière.
Parmi les sociétés se trouvaient des représentants de la firme KPMG (impliquée dans de nombreux partenariats public-privé), de l'Amerigroup Corporation (É.-U.), du Cirque du Soleil et de l'Alcan. Impossible de savoir qui va participer à la rencontre cette année. Le World Health Executive Forum fonctionne dans le secret. Il ne s'agit pas d'une compagnie comme tel, mais d'une marque déposée des Systèmes de Formation et de gestion Perform.
- source

Featured 0ced421a00fe15db0b0c67ec79524073

André Noël30 articles

  • 18 016

André Noël a étudié en géographie à l'Université de Montréal et en journalisme à Strasbourg. Après avoir été rédacteur à la Presse canadienne, il est entré à La Presse en 1984. Il a toujours travaillé dans la section des informations générales, où il a mené des enquêtes très variées.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé