Trudeau demande à la nouvelle commissaire de réformer et moderniser la GRC

Ecd66bbf852b0cacf5f15da34d7bef21

Le totalitarisme de la diversité, jusque dans la police



Le premier ministre demande notamment que la GRC soit plus représentative et que les femmes, les minorités et les autochtones soient davantage représentés dans des positions de leadership.




Le gouvernement Trudeau a demandé à la nouvelle commissaire de la Gendarmerie royale du Canada de réformer et de moderniser la culture de la police fédérale canadienne, de protéger ses employés du harcèlement et de la violence en milieu de travail, et de s'attaquer à la réconciliation avec les autochtones.


Le gouvernement demande aussi à la commissaire Brenda Lucki de rendre la GRC plus représentative de la population diverse du Canada en adoptant la parité entre les sexes et en s'assurant que les femmes, les autochtones et les minorités sont représentés dans des positions de leadership.


Une lettre transmise à Mme Lucki par le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, explique que la GRC «doit être une organisation moderne qui reflète les valeurs et la culture des Canadiens».


-Advertisement-


La lettre ajoute qu'on accordera également la priorité à une amélioration de la santé et du bien-être au sein de la GRC, après qu'une enquête interne eut déterminé que le corps policier ne répondait pas aux besoins en santé mentale de ses membres en raison d'un manque de ressources, d'une surveillance défaillante et d'un manque d'appuis de la part des superviseurs.


Mme Lucki est devenue la 24e commissaire de la GRC le 16 avril. Elle est également la première femme à en prendre les rênes de manière permanente.