Trad Hamadé : «Les armes du Hezbollah ne sont pas sacrées»

Le ministre libanais du Travail, membre du Hezbollah, appelle la France à reprendre un rôle moteur au Moyen-Orient.

Géopolitique du Proche-Orient


LE FIGARO. - Les Israéliens vont-ils parvenir à leur objectif de repousser le Hezbollah au-delà du fleuve Litani au Liban-Sud ?
Trad HAMADÉ. - Depuis trois semaines, le Hezbollah donne une leçon aux armées arabes. Les Israéliens sont incapables de remporter une victoire militaire franche. Ils ont pourtant bombardé le sud, la plaine de la Békaa et Beyrouth. Ils ont utilisé la meilleure technologie américaine. Mais la guerre, ce n'est pas tuer des civils, des enfants, et détruire un pays tout entier. Les Israéliens peuvent pratiquer la terre brûlée, ils ne parviendront pas à atteindre leurs buts militaires. Aujourd'hui, la capacité militaire du Hezbollah n'a pas été réduite de manière importante. La preuve : hier encore, nous avons réussi à tirer de nombreux missiles sur plusieurs villes du nord d'Israël. Qu'ils avancent près du Litani ! Ils n'arriveront pas à défendre longtemps leurs positions face à une guérilla mobile composée de petits groupes de combattants qui pourront évoluer dans une zone étendue. Les Israéliens croient qu'en détruisant les maisons, ils vont peser sur le Hezbollah. Ils se trompent. C'est exactement le contraire. Dans le malheur, les habitants du sud affichent un enthousiasme national incroyable. En même temps, ils veulent que nous les vengions des douleurs qu'ils endurent depuis trois semaines.
Le Hezbollah soutient-il l'idée d'une force de stabilisation internationale qui se déploierait au Liban-Sud ?
Le gouvernement libanais et le Hezbollah n'acceptent pas de négocier sous le feu alors que l'occupation continue. Nous réclamons un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes israéliennes. Ensuite, le Hezbollah sera prêt à discuter avec la communauté internationale de l'envoi d'une force, de son mandat, de ses effectifs et de ses moyens. Mais cette force doit régler les problèmes en suspens et non pas en créer d'autres. Après Cana, le Hezbollah maintient son soutien au plan Siniora (chef du gouvernement libanais) de sortie du conflit, un plan qui est proche de celui défendu par la France. Il faut une convergence internationale pour que les États-Unis acceptent un cessez-le-feu immédiat. Nous demandons à l'Europe tout entière son appui au plan Siniora. Les Iraniens le soutiennent. Français, Libanais et Iraniens convergent dans cette crise. La France ne doit pas accepter qu'Israël détruise notre pays. La France est une amie du Liban, mais depuis une dizaine d'années elle est aussi une amie du Hezbollah. La communauté chiite est de plus en plus francophone. La France a évacué de Côte d'Ivoire en 2004 des sympathisants du Hezbollah qui avaient un passeport français. Aujourd'hui, Paris peut reprendre un rôle moteur au Moyen-Orient.
Soutenir le plan Siniora, cela veut dire accepter que le gouvernement libanais recouvre sa souveraineté sur l'ensemble du territoire. Le Hezbollah accepte-t-il donc d'être désarmé ?
Le premier point est correct. Pour ce qui est du désarmement du Hezbollah, il dépend de la stratégie de défense nationale qui sera choisie après la guerre quand l'ensemble des formations politiques reprendra le dialogue national. Si on arrive alors à définir un système de défense basé sur l'armée libanaise, sans les armes du Hezbollah, cela ne nous pose pas de problèmes. Nous ne sommes pas férus d'armes. Nous préférons prier plutôt que faire la guerre. La question de notre armement n'est pas sacrée. Nos armes ne sont pas une fin en soi. Elles visent à résister face à Israël. Lorsque les prisonniers libanais en Israël seront libérés et que les Israéliens se seront retirés des fermes de Chebaa, le rôle libérateur de la résistance du Hezbollah sera terminé. Il faudra alors déterminer quelle sera la meilleure dissuasion face aux violations israéliennes de notre espace aérien. Cette capacité de dissuasion sera définie par la stratégie de défense du Liban.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé