Soyez les bienvenus au défilé de Fierté Montréal

E7f225247e742be88e80d9f885cb86b6

Sortir de la mentalité du « moins cher » pour assurer la qualité de nos infrastructures


Le 10 août dernier, Le Devoir publiait une lettre d’opinion intitulée « Legault n’est pas le bienvenu au défilé de la fierté ». Un texte dont plusieurs aspects méritent d’être remis en question. Nous allons réagir ici aux plus importants d’entre eux. Dans leur prise de position contre la venue du premier ministre au défilé de Fierté Montréal, les auteurs affirment, entre autres : « Depuis 2015, lui [Legault] et son parti [la CAQ] bloquent les avancées dans la reconnaissance légale des adultes et enfants trans citoyens [projet de loi 103], des personnes trans non binaires et des personnes trans non citoyennes. Autrement dit, M. Legault et son parti entravent l’égalité juridique d’un pan de la communauté LGBT et, par ce fait même, contribuent à sa marginalisation. »


Rappelons que c’est sous le ministre de la Justice Bertrand St-Arnaud que la loi 35 (octroyant des droits aux personnes trans adultes citoyennes) a été adoptée en 2013. Quant au règlement d’application de la loi 35, il fut mis en place par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée, en 2015. Madame Vallée a aussi fait adopter la loi 103 (venant donner des droits aux personnes trans mineures citoyennes) et son règlement en 2016. Toujours en 2015, le Centre contre l’oppression des genres a décidé de poursuivre le gouvernement du Québec afin de faire invalider des articles du Code civil envers les personnes trans et non binaires, incluant ceux visant les personnes immigrantes et réfugiées.


Dans le cas des lois 35 et 103, il est faux de dire que la CAQ a bloqué les avancées concernant les droits des personnes trans. Les deux lois ayant été adoptées à l’unanimité par les élus et élues sur place. D’ailleurs, les interventions de Michelyne C. St-Laurent et de Simon Jolin-Barrette, tous deux de la CAQ, témoignent du contraire. En ce qui concerne la plainte, elle fut déposée sous le gouvernement libéral. La CAQ doit aujourd’hui y donner suite. Le fait de judiciariser une cause force souvent le gouvernement à attendre la fin des procédures. Une situation que certains sont en droit de déplorer.


Il est bon de mentionner aussi que la CAQ, par l’entremise de la ministre de la Justice Sonia Lebel, a confirmé son engagement à poursuivre l’application du Plan d’action de lutte contre l’homophobie et la transphobie 2016-2021, en plus d’avoir rehaussé le financement à la mission d’organismes de défense des droits LGBT+, sans compter le financement par projet accordé par différents ministères aux organismes LGBT+. La CAQ poursuit ainsi ce que les libéraux et le PQ ont fait avant elle.


Une autre erreur d’interprétation veut « qu’à première vue, sa participation ainsi que sa promesse d’accorder 1,6 million de dollars à Fierté Montréal laissent croire que le premier ministre soutient les communautés LGBT ». Le financement de Fierté Montréal provient de programmes normés de ministères, dont celui du Tourisme. Avec ces subventions viennent aussi l’obligation de reddition de comptes et le dépôt des états financiers audités. Le financement n’a donc rien à voir avec « une promesse », mais bel et bien avec un processus balisé.


En ce qui concerne les reproches formulés à l’égard de Fierté Montréal, dont ceux envers Jean-Sébastien Boudreault, « le discours soi-disant apolitique de ce dernier a déjà été critiqué par le passé », cela n’est pas nouveau. Rappelons que c’était aussi vrai à l’époque de Divers/Cité. Depuis des années, nombre de gens critiquent différents aspects de l’organisation des manifestations de la fierté. Que ce soit le discours, le défilé, la commercialisation de l’événement, la présence des politiciens et politiciennes « qui en retirent des avantages politiques ». Bref, tout y passe ! Et ce, malgré les rajustements apportés au fil du temps. Bien entendu, tous ne pourront être satisfaits. Cependant, il nous apparaît important que Fierté Montréal demeure inclusif et, surtout, que l’organisme ait un discours dépourvu de partisanerie. Ne serait-ce pas plutôt le rôle des organismes LGBTQ+ et des participants et participantes de passer leurs messages et leurs revendications, s’ils le souhaitent, lors du défilé ?


En terminant, si les droits que nous avons acquis l’ont été grâce au travail de longue haleine des militants, militantes et organismes, il ne faut pas oublier que c’est également grâce au soutien d’un nombre croissant d’élus et d’élues, au fil des ans, que nous avons pu y parvenir. Il nous semble que tous les politiciens et politiciennes sont en droit de participer au défilé de Fierté Montréal, peu importe nos affinités politiques personnelles envers eux et peu importe s’ils y ont été invités ou non. Accueillir des politiciens et politiciennes lors de nos événements est toujours une très bonne occasion de les sensibiliser à nos réalités collectives actuelles et du chemin qu’il nous reste à faire pour atteindre la pleine égalité sociale. C’est par le dialogue avec les élus et élues que nous avons obtenu les gains des dernières années et non pas par une politique de la porte fermée. Et il ne faudrait surtout pas perdre de vue l’importance du message lancé par leur présence auprès de la population. Et, soyons honnêtes, au Québec et au Canada, nous sommes privilégiés de pouvoir compter sur leur présence, ce qui n’est pas le cas dans bien des pays dans le monde.









LE COURRIER DES IDÉES


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.